SPIDER-MAN : FAR FROM HOME (Jon Watts)

Ce serait marrant!

Dans le genre,Todd MacFarlane voudrait un Spawn/Venom en film.

Il voudrait surtout un film Spawn, je pense.

Même s’il est bardé de défauts (et pas des moindres), j’ai bien aimé ce « Spider-Man : Far From Home », notamment parce que de manière pas banale pour un blockbuster, le film se fait auto-réflexif à bon escient, et en viendrait presque à retourner ses défauts pour en faire des qualités…

Bon, je n’en fais pas grand mystère sur ce forum, je ne suis pas bien fan des « comic-book movies » en règle générale, et peut-être plus encore ceux du MCU ; il y a bien un savoir-faire particulier derrière cet univers cinématographique, mais son origine est plus à chercher du côté de la production que des metteurs en scène eux-mêmes (d’où cette tenace impression de « formatage » qui ne cesse de me hanter à chaque film du MCU).
En la matière, ici, la première heure du film fait très peur…

Je dois dire également que je n’ai guère été convaincu par « Homecoming ». Si Tom Holland est quant à lui très convaincant (et sacrément doué, le bougre), les choix d’adaptation en eux-mêmes ne m’avait pas emballé dans l’ensemble. L’humour omniprésent, pourquoi pas, et ce type de tonalité va mieux à un Peter Parker qu’à un Stephen Strange, au hasard. Mais trop c’est trop (je n’aime pas trop quand Spider-Man glisse vers le slpastick pur et simple, comme cette séquence de « Far From Home » où il se mange une cloche d’église dans la face, plusieurs fois tant qu’à faire). Pour moi, quitte à convoquer l’esprit propre au matériau d’origine, il faut que le côté fun soit mêlé à une sorte de sens du tragique qui est là d’emblée dans la biographie fictive de Peter Parker (la mort de l’oncle Ben, évidemment) et ne cessera de revenir aux moments-charnières de son existence. Pas trop ce feeling ici, même si la mort- de-qui-vous-savez est utilisée pour tenter de reproduire un peu de cet ingrédient (et je trouve que ça marche très moyennement).
Et d’autres choix sont étranges ou trop décalés, comme ce Flash Thompson complètement à côté de la plaque et cette Tante May en mode « MILF bombastic » (qui me trouble beaucoup, je dois bien l’admettre… :slight_smile: ).

La première moitié du film, donc : beaucoup, beaucoup de problèmes d’écriture à mon sens, comme cette non-gestion totale du « cliffhanger » de l’épisode précédent (un peu commode, non ?) et idem pour « l’éclipse » comme on dit ici (alias le « snap »), qui n’est que l’occasion de deux trois vannes un peu basses du front (« hey mon petit frère est plus vieux que moi !! » ; ok…).
Plus étonnant encore pour une prod’ de ce calibre, je trouve la réalisation franchement à la ramasse par moments, notamment dans les premières scènes d’action, avec des raccords sacrément disgracieux ; à la lettre ce sont même des faux-raccords (m’étonnerait que ce soit fait exprès) qui ne respectent pas la règle des trente degrés (deux plans de valeur identique ou équivalent se succédant au montage doivent présenter un changement d’axe de caméra d’au moins 30 degrés, sinon l’effet obtenu, comme un jump-cut involontaire, est très moche : on a des moments où le montage « s’oublie » de la sorte ici). Les SFX quant à eux sentent un peu trop à mon goût à ce stade du film la bouillabaisse numérique, mais sur ce point il me faudra revenir un peu plus bas…
Le reste du métrage (scènes de dialogue ou autres) est emballé correctement mais de manière très fonctionnelle, sans génie aucun, un peu comme sur « Homecoming », même s’il faut reconnaître que le rythme très speed de certaines séquences le fait bien, et optimise les effets comiques (Holland est très bien sur ce registre mais c’est aussi le cas du reste du cast’).

Une première heure assez piteuse donc, sans même prendre en compte les nombreux clichés sur les pays visités par la classe de Peter, éhontés pour ne pas dire lamentables.

Puis survient le « twist » du film (je mets des guillemets car tout le monde l’aura grillé à l’avance, y compris les non lecteurs de la BD), vertigineux dans ses implications. Déjà je trouve Mysterio brillamment adapté (quoique trop discret à mon goût sur l’ensemble du métrage) et ça n’est pas dû qu’à son formidable interprète ; le concept est transformé juste ce qu’il faut pour tisser des liens avec le MCU (Tony Stark, encore et toujours), mais se révèle très raccord avec ce qui reste l’une des créations les plus marquantes de Steve Ditko aux premières heures de « Amazing Spider-Man ».

La nature même du twist permet au film de se mettre à réfléchir à sa propre nature, avec une mise en abyme follement astucieuse, voire carrément brillante : Mysterio est très explicitement présenté comme un metteur en scène lui-même (le perso versions papier était d’ailleurs issu de ce milieu, tout ça est donc très cohérent) ; c’est flagrant quand il « dirige » une « séquence » en compagnie de son équipe, réglant les détails lui-même. Le film devient presque une réflexion sur la façon dont on fait un film comme « Far From Home »…
Ce twist très malin permet même de reconsidérer certains des défauts de film : les SFX du film font vraiment très « fake » ? Normal, ce sont des SFX dans la diégèse elle-même. Etc, etc…
Et on en vient à repenser à certains éléments de l’histoire à l’aune de cette thématique du « faux », en repensant par exemple à cette vidéo hommage aux héros tombés durant « Endgame » au tout début de métrage, incroyablement cheap et ridicule (sur fond de Whitney Houston ; je me suis bien marré, j’avoue) où l’on ne nous révèle qu’après coup qu’il s’agit d’une réalisation de lycéens pour leur émission télé…
Idem pour les clichés sur les pays visités, où le bouchon est poussé un peu plus loin au fur et à mesure de l’avancée du film (les Pays-Bas, le pompon), jusqu’à ce qu’on comprenne qu’ils sont volontairement mis en place.

Au final, et j’ai l’impression que c’est une thématique éminemment dans l’air du temps aux States (qu’on pense aux « fake news » et autres « faits alternatifs ») mais sûrement ailleurs aussi, le film propose le défi suivant au héros : retrouver la trace du réel authentique au milieu d’une déferlante de virtuel (à ce titre les scènes à SFX les plus réussies sont les séquences cauchemardesques, très abouties, et qui sont des renvois directs au comic-book).
Et ça sonne presque comme une note d’intention : et si on retrouvait un peu de ce feeling « réaliste » dans des films majoritairement dominés par le virtuel pur (SFX, fonds verts et tutti quanti) ? La dernière séquence « d’action » du film (la ballade avec MJ au bout d’une toile), filmée en « dur » je pense, semble aller dans cette direction… Sera-t-elle suivie d’effets à l’échelle du MCU tout entier ? J’en doute, mais je dois dire que ce point me rend le film, nonobstant mes réserves par ailleurs, très sympathique.

Un film du MCU avec les défauts « structurels » habituels (notamment un climax trop long et confus, comme d’hab’ à mon sens) mais qui a la pertinence de se pencher dessus pour en faire un moteur thématique. Pas mal comme démarche.

Je l’ai vu hier et je me suis franchement ennuyé, je n’ai pas accroché alors j’avais beaucoup aimé le premier opus, là l’enthousiasme se perd très vite et j’ai fini par faire autre chose en même temps …
Clichés, facilités scénaristiques, copies de scènes d’un opus à l’autre …
J’ai très vite décroché malgré la performance des acteurs. Peut être le film du MCU auquel j’ai le moins accroché.

Un peu de rab de JJJ :

Résumé

TheDailyBugle.net EXCLUSIVE! Spider-Man is a Menace! - YouTube

https://www.thedailybugle.net

Comment c’est cool de retrouver et le perso et l’acteur. Un des pitits plaisirs du film. Et un chouette clin d’oeil à la première trilogie. :slightly_smiling_face:

Vous vous rappellez la précédente adaptation de Mysterio en live?

Voyez par vous-même:

On jurerait que c’est lui.

Je viens de le voir, quelqu’un peut m’éclairer sur la dernière scène post générique avec fury. Il est où ? Il fait ami-ami avec les skrulls?
Sinon dans l’ensemble j’ai passé un bon moment. Mysterio est bien foutu, et revoir Jonah jameson fait plaisir ( j’ai fini oz hier ça le change du rôle de pourriture aryenne)

Une hypothèse…

Personne ne sait.

Il est dans l’espace avec des skrulls qu’il connait suite à « Captain Marvel ».

C’est l’hypothèse qui me parait la plus probable

Le début est un peu laborieux, mais dès que le voyage européen de Peter Parker et de ses camarades trouve sa vitesse de croisière, le spectacle est au rendez-vous. Je l’ai déjà écrit et répété, je suis client de la recette Marvel, du bon divertissement super-héroïque qui propose de chouettes réactualisations des figures connues au sein de cet univers cinématographique. J’aime le portrait qui est fait de Peter (très bon Tom Holland) au fil des films et la galerie de personnages secondaires est attachante (il y a pas mal de répliques et de situations qui font mouche). Et j’adhère totalement à la façon dont Mysterio a été adapté à l’écran. C’est bourré de très bonnes idées (et là, je rejoins l’avis de Photonik exprimé plus haut), bien exploitées dans les deux parties, avant et après le twist.
Et quelle scène post-générique (la première). Un retour qui fait plaisir et un rebondissement qui promet pour le troisième épisode !

Oui.
Finalement, le seul défaut de ce Spider-Man, c’est l’absence complète de référence à l’oncle Ben. Même si faire de Stark son mentor est une bonne idée, même si ne pas refaire l’origine fait du bien, ne jamais en parler ou l’évoquer, c’est dommage.

C’est pas faux…juste une mention rapide dans Homecoming sans le nommer (je crois que Peter dit juste que May est passée par une période difficile) et le fait que Peter utilise la vieille valise de Ben pour son voyage…

Dw9edBlVsAEqXuj

Oui, complètement. Ca a le mérite d’exister.
Mais c’est quand même trop faible.
Je suis ravi de la connexion forte Tony/Peter, qui fait sens dans les films, dans le MCU, et même via l’alchimie des acteurs. Mais bon, un bout de dialogue où Peter dirait qu’il avait retrouvé une figure paternelle en Tony après Ben, mais qu’il la perd encore, ça n’aurait pas mangé de pain…

Il passe ce soir sur TF1. Il peut se voir sans avoir vu Endgame ?

Ca spoilera dur.

Mais peu de chance que tu ais pu éviter ces spoils jusque là.

Ouaip. Ca parle notamment d’une des conséquences d’Endgame

Ouais bah non alors. Merci à vous deux.
(Bizarre ce choix de TF1)