STORM t.1-22 (Martin Lodewijk / Don Lawrence)

Discutez de Storm

Série néerlandaise illustrée par le Britannique Don Lawrence, et publiée à l’origine par l’éditeur Oberon, Storm est un subtil (ou foutraque) mélange de science-fiction et de fantasy.

Couv_9231

L’action suit Storm, le personnage principal, un Terrien ballotté de monde en monde. Dans les premiers albums, il arpente une Terre post-apocalyptique, tandis que dans les suivants, il explore Pandarve, un univers étranger aux règles sociales et aux lois physiques différentes.

Couv_9241

Lancée aux Pays-Bas en 1978, la série est traduite par Glénat à partir de 1980. L’éditeur français est aussi l’adaptateur de L’Empire de Trigan, l’autre série de Lawrence. Ce dernier propose un travail à la peinture, dans un style un peu pompier et guindé, très joli mais plus démonstratif que narratif. D’autant que l’agencement de ses cases est pensé surtout en fonction de la place qu’il désire pour étaler ses illustrations qu’en fonction de la fluidité du récit : Lawrence est avant tout intéressé par ses images, il est plus illustrateur que bédéaste.

Storm1516_28012007

La science-fiction déployée par le scénariste Martin Lodewijk est étonnante. Faisant souvent fi de tout réalisme, il s’inscrit dans une sorte de tradition du non-sens, mélangeant une imagerie fantasy, des personnages surréalistes et des décors extraterrestre. Parfois, en revanche, il se montre très moderne, comme dans le vingtième chapitre, “La Machine Von Neumann”. L’ensemble compose un résultat final assez désarçonnant.

PlancheA_60546

L’édition Glénat s’est arrêtée après une quinzaine de numéros, en 1988. Un peu moins de vingt ans plus tard, les édition Toth ont repris le flambeau, éditant les albums deux par deux afin de compléter la collection.

Storm1718_27012008_213149

J’ai eu le plaisir de traduire cette fournée d’albums. Je travaillais sur l’édition anglaise, mais j’avais également accès à l’édition néerlandaise. Mes connaissances dans cette langue sont médiocres, je suis à peine capable de commander mon café (en gros, j’aurais plus de mal à me nourrir dans les rues d’Amsterdam que dans celles de Barcelone), mais j’ai dans ma collection quelques comics de Marvel dans cette langue, ce qui m’a permis de ma familiariser un peu. Le fait d’avoir les deux éditions m’a permis de voir dans quelle mesure l’édition anglaise retouchait le texte, et d’apporter quelques inflexions dans ma traduction là où je sentais que je pouvais être plus proche de l’intention (ou de ce que je croyais être l’intention) des auteurs.

PlancheA_71143

Expérience intéressante, cette traduction m’a permis de participer à la conclusion francophone de cette série, une petite aventure patrimoniale et éditoriale qui m’a laissé de bons souvenirs.

Jim

Et méconnue… Je note dans un coin de ma tête, des fois que je tombe sur un volume…

Tori.

Ah c’est marrant que tu ne connaisses pas.
À la fin des années 1980, j’étais “abonné” au SP (alias le Sous Presse), une sorte de catalogue promotionnel de Glénat. Et je voyais les images de cette série et de Trigan partout. En plus des publicités dans les magazines de l’éditeur. Et les deux séries ont tellement duré, à la fois en termes de numéros et de longévité, que j’ai l’impression que leur image est connue de tous.

Jim

Pour info, Toth a édité un artbook, intitulé Legacy, qui explore les coulisses du travail de Don Lawrence.

DonLawrenceCollection_10022007

En fait, il y en a deux, mais je n’ai traduit que le premier.

Couv_309228

Jim

J’étais un peu trop jeune : ce type de BD ne m’attirait pas encore.

Tori.

Je relaie ici une information qui peut en intéresser plusieurs :

Ça évitera de se disperser sur plusieurs sujets.

Jim

Tiens, sais-tu s’ils reprennent ta trad’ ?

J’ai demandé. J’attends la réponse.
Ils peuvent très bien en faire une autre.
En revanche, s’ils utilisent la mienne…

Jim

Va dans la FAQ, visiblement, tu vas avoir ta réponse …

C’est une course d’obstacles, ce site.

Jim

https://www.kickstarter.com/projects/limitedcollection/storm-de-don-lawrence/faqs

Bien bien.
J’attends un peu, on verra.

Jim

Mais d’un coup, je comprends mieux le montant demandé pour la campagne …

Trente albums, c’est un coup à faire un objet à 1300 pages. Donc déjà, c’est super gros. Ensuite, « une équipe de passionnés », faut quand même les rémunérer, au moins un peu, pour les huit albums qui restent inédits. Enfin, s’ils veulent faire les choses correctement, il y a d’autres frais. Donc ouais, la somme est grosse. Mais pas inexplicable.

Jim

Donc, ça, c’est avant que tu donnes tes honoraires ?
(ça y est, leur budget a du plomb dans l’aile !:yum:)

J’ai rien donné du tout. J’ai envoyé un petit mot. Tout en délicatesse, tu me connais.

Jim

Bien évidemment, je n’en doute point !