SUPERMAN : RED SON (Mark Millar / Johnson, Plunkett)

http://img600.imageshack.us/img600/3347/6lmo.jpg

[quote]
Superman : Red Son

Scénario: Mark Millar – Dessin: Dave Johnson, Kilian Plunkett

Ukraine, 1938. Une fusée s’écrase en pleine campagne : à son bord, un bébé qui va être rapidement adopté par un couple de fermiers. Des années plus tard, l’enfant a grandi au sein du régime stalinien. Il devient alors le héros des travailleurs et la fierté de l’État soviétique. Son nom ? Superman ! Mais lorsque Joseph Staline meurt, c’est à cet homme de fer qu’il incombe de diriger et de faire fructifier un empire à l’abandon…

Public: Ado-adulte – à partir de 12 ans
Collection: DC Deluxe
Date de sortie: 20 septembre 2013
Pagination: 176 pages
ISBN: 9782365772228
Format: 185 x 282mm
Prix: 15 €[/quote]

Le site de l’éditeur : urban-comics.com/superman-red-son/

Septembre ?

Oui, c’est également septembre sur leur planning (même si c’est dans la case octobre. Et ça a été annoncé en septembre). Pourquoi, tu n’as pas encore reçu le service de presse ? :mrgreen:

Nop, je fais les planning maintenant, donc je suis surpri de voir septembre

urban-comics.com/superman-red-son/

comics-sanctuary.com/comics- … 72841.html

[quote=“Le Doc”]…]

J’en garde un bon souvenir, l’un des rares bons en ce qui me concerne vis à vis de Millar.
Reste que j’aurais bien aimé que l’on “soviétise” les noms des personnages.

[quote=“artemus dada”]

[quote=“Le Doc”]…]

Scénario: Mark Millar – Dessin: Dave Johnson, Kilian Plunkett

Ukraine, 1938. Une fusée s’écrase en pleine campagne : à son bord, un bébé qui va être rapidement adopté par un couple de fermiers. Des années plus tard, l’enfant a grandi au sein du régime stalinien. Il devient alors le héros des travailleurs et la fierté de l’État soviétique. Son nom ? Superman ! Mais lorsque Joseph Staline meurt, c’est à cet homme de fer qu’il incombe de diriger et de faire fructifier un empire à l’abandon…

J’en garde un bon souvenir, l’un des rares bons en ce qui me concerne vis à vis de Millar.
Reste que j’aurais bien aimé que l’on “soviétise” les noms des personnages.[/quote]

bis

Ouaip, la même. A choisir entre ça et le Pupu, c’est vite fait (bon, j’ai pas à choisir, j’ai déjà les deux)

Moi j’ai jamais lu “Red Son” et je vais peut-être en profiter pour me refaire, en fonction de mon budget.

J’en garde un bon souvenir également.

Donc profites-en Photonik

Bon souvenir également surtout la fin qui m’a énormément plut. Le seul truc con c’est l’incohérence du parcours des autres personnages qui ne devraient pas être liés au fait de l’arrivée de Superman en Russie

Pareil pour une fois que Millar fait dans la finesse et semble inventé un truc sans trop repompé, c’est vraiment sympa.

D’après Yann Graf, c’est Morrison qui a suggéré la fin de “Red Son” à Millar.
On avait parlé de ces “emprunts” (à l’époque ils étaient potes) sur un autre thread, et on en avait déduit qu’à peu près tout ce que Millar avait fait de bien (“The Authority” par exemple, ou les “Ultimates”) portait la marque du scénariste chauve…ce qui en dirait long, si c’était avéré, sur les qualités réelles de Millar qui est sûrement un bon business-man, mais le roi de l’esbroufe au scénario selon moi.

Ah oui c’est vrai j’avais oublié c’est dans le boquin de Yann.

[quote=“Photonik”]
D’après Yann Graf, c’est Morrison qui a suggéré la fin de “Red Son” à Millar.
On avait parlé de ces “emprunts” (à l’époque ils étaient potes) sur un autre thread, et on en avait déduit qu’à peu près tout ce que Millar avait fait de bien (“The Authority” par exemple, ou les “Ultimates”) portait la marque du scénariste chauve…ce qui en dirait long, si c’était avéré, sur les qualités réelles de Millar qui est sûrement un bon business-man, mais le roi de l’esbroufe au scénario selon moi.[/quote]

C’est effectivement le souvenir que j’ai de cette discussion que l’on avait eu (je ne sais plus sur quel thread, mais sans doute celui sur l’action comics new 52 en vo).

Je n’ai pas encore lu complètement le Red Son (j’attendais une réédition d’Urban, en fait), mais pour moi, le meilleur travail de Millar, c’est indéniablement ce qu’il a fait sur Authority.

Or, il semblerait que ce succès serait dû en réalité à de très fortes idées de Morrison, voir carrément du travail de ce dernier sous le nom de Millar pour l’aider quant il était malade et ne pouvait rendre le script dans les temps.

Quant à la fin de Red Son (que je ne connais pas), il semblerait également que ce soit la reprise d’idées de Morrison.

je crois qu’on grossit le trait là.

La fin de red son du à morrison c’est la petite boucle finale, de là à en faire l’inspiration derrière le comics c’est exagéré, je crois.

De même pour authority, de ce que j’en sais, morrison le remplace sur la fin de son dernier arc, et ça m’étonnerait pas que ce soit l’épisode où l’on découvre le destin des membres de l’équipe après leur défaite, tant la narration s’accélère alors.

Le talent de faiseur de millar se situe pour moi dans un dosage entre décompression, combat de super héros réellement pensé comme chorégraphie, provocation, pose iconographique et image choc et enfin vanne.

Très efficace, très superficiel, on s’en lasse vite. Je ne supporte plus pour ma part. Je retenterais pour jupiter children mais j’ai peu d’espoir.

De fait, l’écriture de millar est très éloignée de celle morrisonienne, donc faire reposer les bons cotés de l’une sur le talent dont fait preuve l’autre me semble pas très à propos.

Attention, j’aime tout le run de Millar sur Authority, mais je trouve que ce dernier arc avec Seth, le retour Midnighter, les doubles négatifs de l’équipe d’Authority et le sort des héros, c’est quand même vraiment excellent et de loin ce qui a été fait de mieux dans ledit run.

Personnellement (et tant pis si on me jette des pierres), j’ai beaucoup aimé ces Ultimates et son Old Man Logan.

Mais il paraît qu’en réalité, les deux n’avaient rien de très novateurs quand on connaît bien l’univers Marvel.

Après, je n’ai pas du tout aimé son Kick ass et son Ennemi d’Etat, qui sont très tape à l’oeil.

Moi aussi, mais c’est surtout pour Quitely, dont je suis un très grand fan.

Même sans connaître l’univers Marvel, avec un peu de culture cinématographique, OML, ça sent quand même le réchauffé.

La critique par Blackiruah est disponible sur le site!

Lire la critique sur Comics Sanctuary