SUPERMAN VS MUHAMMAD ALI (Denny O'Neil / Neal Adams)

La critique par Blackiruah est disponible sur le site!

Lire la critique sur Superpouvoir

Je pense tout le contraire. Personnellement ca fait partie des bd indispensable à avoir pour quiconque veut avoir une bdthéque comics de qualité.

Pour l’évènement, oui je suis complètement d’accord avec toi. Après si on met de côté M.Ali, je trouve pas que ce comics soit exceptionnel.

j’avais dis ça sur le tpb anglais :

Ou quand le meilleur duo des années 70 se voit donner la mission de conduire à bien un projet à la con.
Et au final c’est super.
Parce que ce duo prend justement le sujet au sérieux et cherche une bonne excuse pour faire ce combattre ces deux “héros” qui ont habituellement autre chose à faire.
Ça sera tout simplement à cause d’envahisseurs, les Scrubs, aussi brutaux que les terriens (selon eux), qui privilégie les valeurs guerrières et veulent donc organiser un combat entre leur champion et celui de la terre pour savoir quel race est la meilleure.
Et si les terriens refuse, il seront éliminés par une armada de vaisseaux spatiaux qui sont prêt à attaquer.
Et émissaire des Scrubs tombe sur Clark Kent qui fait un reportage sur Ali, ce dernier boxe le Scrubs et Superman finit par intervenir, le Scrubs décide donc que le champion terrien se trouvera entre ces deux, un combat les départagera.
Superman prend ainsi des leçons auprès d’Ali en utilisant une lumière rouge imitant le soleil de Krypton qui neutralise ses pouvoir, afin d’être prêt pour le combinat tant attendu par les lecteurs qui sera télévisé dans l’univers entier avec Jimmy Olsen en commentateur.
Puis ensuite Ali livrera son combat pendant que Superman s’occupera d’un plan B pour neutraliser la flotte extra-terrestre, tout ça pour donner un mélange étonnant et efficace de boxe et de combats spatiaux.
J’ai eu un peu de mal avec la recolorisation (comme toujours), mais on finit par s’y habituer finalement le trait de Neal adams ressort bien, d’autant plus qu’il est a son meilleur niveau, mention spécial à la double couverture qui arrive a reunir 171 personnalités des années 70 et de DC Comics.
J’aurais presque envie de me prendre la version Fac Similé rien que pour elle.
Superman vs Muhammad Ali, c’est du bon mangez en.

Et si on met Superman de coté
Et si on met de coté le dessinateur
Et si on met de coté l’histoire
Et si on met de coté les SFX dans Star Wars ce n’est pas exceptionnel
Et si on met de coté les zombies dans un film de zombie
Et si on enlève Sakuragi dans Slam Dunk
Et si…

Excuse moi mais cette remarque me fait rigoler parce qu’elle ne veut rien dire au final. Oui, forcément si on enlève tout ce qui fait le charme et les spécificités d’une histoire celle-ci sera quelconque mais au final c’est là et vouloir le mettre de coté pour appuyer son propos me parait totalement maladroit et vain.

Mais sinon rien que pour les planches d’Adams je trouve que la bd est exceptionnel

avec un caméo du mec qui est la mascotte de Mad.

[quote=“Lord-of-babylon”]
Et si on enlève Sakuragi dans Slam Dunk [/quote]

:smiley:

[quote=“Lord-of-babylon”]
Excuse moi mais cette remarque me fait rigoler parce qu’elle ne veut rien dire au final. Oui, forcément si on enlève tout ce qui fait le charme et les spécificités d’une histoire celle-ci sera quelconque mais au final c’est là et vouloir le mettre de coté pour appuyer son propos me parait totalement maladroit et vain. [/quote]

Enfin là, on s’est mal compris : le titre c’est Supermman vs M.Ali, ceux qui veulent découvrir cette histoire pour Superman sans connaitre ou apprécier M.Ali vont être, à mon avis, déçu car finalement Superman est plutot mis au second plan.

C’est marrant cette discussion car finalement, c’est plutôt une confrontation de génération. L’intéret n’est pas le même selon ta vision du comic et de Ali.

Ne connaissant pas Muhammad Ali, je ne sais pas s’il est bien caractérisé ou non (à priori, oui, si j’en juge la première critique qui parle de sa fierté et de sa fanfaronnade). Et puis quand on lit plus tard que la discussion va jusque la taille de son tibia dans les dessins, je suppose que les dialogues ont été passés au crible également.
Mais à part ça, ce comic prévaut surtout pour la rencontre des deux champions, tant le scénar est sans surprise. D’ailleurs, même sans l’ellipse temporelle pour l’entraînement de Supes, je doute que deux semaines d’entraînement soient suffisantes pour espérer rivaliser avec un champion de boxe.
Graphiquement c’est pas mal.
Je ne trouve pas le volume indispensable, mais pour la rencontre des personnalités, ça vaut le coup d’oeil quand même, même si pour les fans de boxe, ça peut être frustrant, Superman se faisant rétamer assez facilement (pour ça, j’aimais bien Super-Boxeurs)

C’est aussi un album où Adams (et Giordano à l’encrage, je crois, non ?) déploie une virtuosité graphique étonnante. Outre la puissance évocatrice de Superman, la qualité photoréaliste du traitement d’Ali (qui n’est pourtant jamais figé), on a un découpage efficace, audacieux mais jamais confus et une sensation purement cinémascope. Adams à son meilleur.
Et la double cover, avec les portraits de tout le public, c’est un moment d’anthologie, un tour de force. Et l’encrage du globe terrestre dont la couverture nuageuse est encrée à coup d’empreintes digitales, c’est fort aussi.
Non, vraiment, c’est un festival, cet album.

Bah justement, je ne suis pas tellement d’accord, le scénario est plein de petites surprises et d’idées astucieuses. Notamment cette fameuse stase temporelle dans laquelle s’isole Superman.
Non, sérieux, c’est finaud et roublard, et ce qui est fort, c’est que l’histoire fonctionne encore, alors qu’on est à trois décennies de la gloire d’Ali et que l’ensemble a une touche old school certaine. C’est un peu le signe que c’est solide.

Jim

Faudra juste signaler sur la fiche que le dessinateur s’appelle Neal ADAMS, pas Adams NEAL.

Jim