TEEN WOLF (Rod Daniel)

REALISATEUR

Rod Daniel

SCENARISTES

Joseph Loeb III et Matthew Weisman

DISTRIBUTION

Michael J. Fox, James Hampton, Scott Paulin, Jerry Levine…

INFOS

Long métrage américain
Genre : comédie fantastique
Année de production : 1985

De 1982 à 1989, Michael J. Fox fut l’un des acteurs principaux de la sitcom Sacrée Famille, ce qui ne lui laissait pas beaucoup de temps pour développer d’autres projets. Entre deux saisons, il pouvait apparaître dans une autre série le temps d’un épisode (comme pour Tribunal de nuit et La Croisière s’amuse) mais le tournage d’une grosse production était plus chronophage. C’est pourquoi le producteur Gary David Goldberg n’avait dans un premier temps pas prévenu Michael J. Fox que Robert Zemeckis voulait lui confier le premier rôle de Retour vers le Futur car il craignait que l’absence de l’acteur nuise au succès de la série.

La suite, les fans de la trilogie Retour vers le Futur la connaissent bien : parce que Eric Stoltz, l’acteur choisi pour jouer Marty McFly, s’est révélé être une belle erreur de casting, Gary David Goldberg a finalement accepté que Michael J. Fox joue dans le film. Une période très éprouvante pour le jeune acteur de 23 ans qui a du mener ses deux rôles parallèlement : de 10 à 18h , il était sur les plateaux de Sacrée Famille avant de filer sur le tournage de Retour vers le Futur jusqu’à tard dans la nuit. Cette solution lui a permis d’incarner un de ses rôles les plus emblématiques dans le plus gros succès de l’été 1985…devant une toute petite production au budget d’un million de dollars qui débuta à la deuxième place du box-office, Teen Wolf !

En effet, fin 1984 (et alors que le tournage de Retour vers le futur avait commencé avec Eric Stoltz), Michael J. Fox avait profité d’un petit break de trois semaines dans le planning de Sacrée Famille (suite à la maternité d’une des actrices principales) pour jouer Scott Howard, un ado qui découvre un jour qu’il est le descendant d’une longue lignée de lycanthropes. Le film a été tourné à l’économie (la qualité des maquillages en témoigne) et devait sortir au printemps 1985, mais flairant le bon coup, les producteurs ont décidé d’attendre la sortie de Retour vers le futur, ce qui fut une bonne opération car Teen Wolf a récolté 80 millions de dollars de recettes pour une mise initiale de 1 million.

Pour ce qui est du résultat, on est bien entendu loin du classique de Robert Zemeckis. Le collégien joué par Michael J. Fox devient populaire après s’être transformé devant le public d’un match de basket qu’il gagne presque à lui tout seul, une situation qui va lui monter à la tête…mais sans vraiment le rendre totalement antipathique. Le déroulement est prévisible, tout comme la morale assez niaise et lourdement appuyée.

Teen Wolf contient bien quelques scènes passablement amusantes et le capital sympathie de Michael J. Fox reste intact (il est de toute façon le meilleur acteur de la distribution) mais l’ensemble ne vole pas très haut (et les compétitions de basket, autour desquelles le scénario est construit, guère enthousiasmantes). Les résultats au box-office ont tout de même permis de développer une petite franchise autour de ce concept : une suite en 1987, une série animée entre 1986 et 1987 et une série TV pour MTV de 2011 à 2017.

Teen Wolf est l’un des premiers longs métrages écrits par un certain Joseph Loeb III, que les lecteurs de comics connaissent sous le nom de Jeph Loeb. Et avec Loeb, les références au comics ne sont jamais loin, surtout quand le père de Scott lui déclare après sa première transformation qu’« un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ».

C’est bien résumé.
C’est sympathique comme téléfilm… Mais c’est un film !

Sans Michael J. Fox, hélas. On y suit le cousin du personnage (joué par Jason Bateman), lui aussi atteint de lycanthropie.
Le basket est remplacé par de la boxe (mais les matches ne sont pas plus convaincants).
Le film est franchement sans intérêt… Passez votre chemin.

Tori.

Comme Willis (Clair de Lune de jour, Piège de Cristal de nuit).