TETSUO II : BODY HAMMER (Shinya Tsukamoto)

[quote]REALISATEUR

Shinya Tsukamoto

SCENARISTE

Shinya Tsukamoto

DISTRIBUTION

Tomoro Taguchi, Min Tanaka, Nobu Kanaoka…

INFOS

Long métrage japonais
Genre : cyberpunk / épouvante
Durée: 1h23
Année de production : 1992

SYNOPSIS

Tomoro Taniguchi et son épouse Kana vivent paisiblement auprès de leur jeune fils Minori. Un jour l’enfant est enlevé et mis en pièce sous les yeux des parents par un monstrueux skinhead. Fou de douleur, le père se retrouve captif d’une organisation vouant un culte au dieu de la destruction. Il devient le cobaye psychique et virtuel du savant…

[/quote]

Moins crucial et définitif que son illustre prédécesseur, moins beau aussi, “Tetsuo II” demeure un film passionnant.
Il s’agit plus d’un remake du premier volet que d’une suite, malgré des apports thématiques frais (la parenté) ; l’apport majeur du film est évidemment l’adjonction de la couleur, que Tsukamoto ne pouvait que sublimer par son approche à la fois naïve et très pure du cinéma, presque enfantine.
Le principe est de faire une sorte de film “noir et blanc en couleurs”, si j’ose dire. Le film est une sorte de monochrome de bleu glacé, soudain violemment perturbé par l’intrusion de tons orangés violents portés par les protagonistes majoritairement nus ou torses nus. Une sorte de revisitation de l’expressionnisme allemand, très primaire dans sa conception mais très porteuse narrativement et plastiquement : le bleu glacé représente l’environnement urbain, allant jusqu’à parfois recouvrir de son voile les personnages, l’orange / chair représente le bouillonnement d’une sorte de vitalisme très représentatif de ce que Tsukamoto cherche à suggérer. Au passage, le japonais explore de nouvelles pistes en termes de montage, le choc chromatique binaire évoqué précédemment lui permettant d’optimiser ses effets.
Moins fort que le premier, mais très fort.