THE ICE ROAD (Jonathan Hensleigh)

MV5BNmU4YzliNjgtZmU0Zi00MTQyLThjNjYtNmMzZWI4NTRlZDE4XkEyXkFqcGdeQXVyNjU1NzU3MzE@.V1_FMjpg_UX1000

DATE DE SORTIE PREVUE

Indéterminée

REALISATEUR & SCENARISTE

Jonathan Hensleigh (The Punisher)

DISTRIBUTION

Liam Neeson, Laurence Fishburne, Holt McCannally…

INFOS

Long métrage américain
Genre : action/thriller
Année de production : 2021

SYNOPSIS

Goldenrod est le propriétaire d’une entreprise de transport routier. Il embauche le conducteur, Mike, afin que ce dernier l’accompagne pour accomplir une mission dangereuse. Ils doivent venir en aide à des mineurs piégés dans l’extrême nord du Canada. Ils ne peuvent pas faire autrement pour les retrouver que de conduire sur un océan gelé.

Et c’est donc pour ça que l’image montre Liam avec un flingue.

Chargé, qui plus est.
L’extrême nord du Canada, il est très très méchant. Mordant, même.
Cela dit, faire des films par temps froid, ça lui réussi bien, à Neeson.

Oui, c’est ce que je me disais aussi, certains de ses meilleurs films ces 10 dernières années se déroulent dans ces conditions.

Le territoire des Loups et Sang Froid sont plutôt reussis en effet.

Absolument, je pensais effectivement à ces deux-là.

the-ice-road-netflix-poster

Elle ne spoile pas un peu trop, leur BA ?

Pas tant que ça, en fait.
C’est pas si mal, même si le montage est un peu « classique », à une époque où l’on est passé par les cases McTiernan et Greengrass. Mais la gestion dramatique (ou dramaturgique) du truc est plutôt pas mal.
Sous ses allures de remake nordique du Salaire de la peur, le film emprunte aussi beaucoup à Aliens, avec sa mission de secours dont l’un des membres a son « propre agenda », comme on dit de nos jours.
Au-delà de l’action, des grands paysages, de la critique du pognon roi et de l’irresponsabilité des décisionnaires, j’aime bien la peinture de la corporation des chauffeurs : la description des petites habitudes et des menues superstition, la solidarité, les règles, tacites ou non, que parfois l’on ne respecte pas.
J’aime bien aussi l’increvable méchant, qui revient constamment à la charge. Le film est ponctué d’indications de kilométrage, et c’est plutôt sympa, ça rythme bien la course poursuite que constitue le film, où poursuivants et poursuivis changent régulièrement de rôle.
Pas un grand film, mais une intrigue solide, bien racontée, qui ne révolutionne rien et n’apporte sans doute rien de neuf dans le domaine, mais qui fait le boulot. Une bonne grosse série B à l’ancienne.

Jim