THE LEOPARD FROM LIME STREET t.1-2 (Tom Tully / Mike Western, Eric Bradbury)

The Leopard From Lime Street

image

Billy Farmer lives with his Aunt Joan and Uncle Charlie in the when he is scratched by a radioactive leopard at the local zoo. Gaining leopard-like strength, speed, reflexes, and tree-climbing abilities, when he’s not fighting crime, Billy sells photographs of himself to the local paper, using the money to support his frail aunt while contending with his violent, greedy and lazy uncle. With warmth, wit, and stunning artwork by Mike Western and Eric Bradbury, The Leopard from Lime Street is a gem of 1970s and 1980s British comics.

  • Éditeur : Rebellion; 1er édition (13 juillet 2017)
  • Langue : Anglais
  • Broché : 160 pages
  • ISBN-10 : 1781085978
  • ISBN-13 : 978-1781085974
  • Poids de l’article : 503 g

Jim

The Leopard From Lime St 2

image

The UK’s answer to Spider-Man returns in the second collection of this long lost classic from the hugely popular and long running Buster comic!

THE BEAST OF SELBRIDGE RETURNS!

After being scratched by a radioactive leopard, Billy Farmer discovered that he had somehow developed the powers of the mighty jungle cat.

Life is getting tougher for Selbridge’s premier crime-fighter. The criminals are getting tougher, his the local newspaper editor is out for his blood and now his new leopard skin costume is turning him into a savage beast! To make matters worse, a girl from his school suspects his true identity!

Is this the end for the Leopard from Lime Street…?

  • Éditeur : Rebellion; 1er édition (13 juin 2019)
  • Langue : Anglais
  • Broché : 176 pages
  • ISBN-10 : 1781086788
  • ISBN-13 : 978-1781086780
  • Poids de l’article : 826 g
  • Dimensions : 21.2 x 1.3 x 27.6 cm

Tom Tully is one the most prolific writers ever to grace British comics. His diverse portfolio of work was produced over four decades. Born in Glasgow, Tully entered the industry in the sixties when he began working for Fleetway. One of his earliest strips, Heros the Spartan , ran in the original Eagle and was illustrated by the great Frank Bellamy. He also wrote Mytek the Mighty ( Valiant & Vulcan ) and The Steel Claw ( Valiant & Vulcan ) in the same decade. The seventies saw Tully work on a variety of significant stories including Adam Eterno (Thunder) , Johnny Red (Battle), Harlem Heroes ( 2000 AD ), The Leopard from Lime Street ( Buster ) and Roy of the Rovers ( Tiger ), the strip he worked on longer than any other writer.

Il y a quelques temps, chez ma libraire, j’ai remarqué qu’il y avait un rayon de littérature étrangère. J’ai donc demandé si elle était en mesure de faire venir des bandes dessinées étrangères, puisqu’elle pouvait le faire pour les livres sans image. Je précise qu’il s’agit d’une librairie généraliste, pas spécialisée en BD, et encore moins un comic shop.
Elle m’a dit que c’était possible, à condition d’être sûr que les bouquins soient disponibles. Elle m’a expliqué qu’elle donnerait la référence à son représentant qui fera remonter l’info, et si le bouquin est disponible, la commande est alors confirmée. Bien entendu, puisque ça vient de plus loin, le temps de livraison est un peu plus long, mais bon, personnellement, je ne suis pas pressé, donc moi, ça ne m’ennuie pas.
Question prix, c’est assez comparable à ce que j’aurais payé si j’avais acheté dans un comic shop lors d’une de mes visites parisiennes. Donc je trouve que c’est pas mal (et ça m’évite de me casser l’épaule dans le train, héhé…).
J’ai donc proposé une liste de six références, deux américaines, deux anglaises et deux italiennes. Pour l’instant, les quatre premières sont arrivées, étalées dans le mois. Tout est un peu ralenti et aléatoire à cause de la situation sanitaire qui complique un peu tout, et en plus, y a le Brexit… Ce qui est amusant, c’est que ce sont les deux BD italiennes qui sont toujours en chemin, alors que c’est le pays le plus proche.
Donc voilà, si vous ne voulez pas engraisser Amazon, si vous n’aimez pas commander en ligne, si vous préférez soutenir votre libraire, et si vous voulez trouver des BD (ou autres) dans des langues étrangères qui ne sont pas faciles à dénicher (je pense ici aux produits italiens, moins facilement trouvables que les comics, même à Paris), si vous n’êtes pas pressés, voyez avec votre libraire. Il est possible qu’il soit en mesure de vous dépanner.
J’attends mes deux albums italiens et je reviens vous raconter.
En attendant, je vais ouvrir quelques sujets sur les produits que j’ai commandés (je suis sûr que certains vous parleront bien), et j’ai même créé un tag « comics britanniques » qui permettra peut-être d’attiser la curiosité.

Jim

Oui, j’ai vu ça en entrant sur ce sujet…

En ce qui me concerne, il y avait une librairie spécialisée en livres en langues étrangères (principalement en anglais, mais pas seulement)… Mais elle a, hélas, fermé.
Il m’arrivait de lui commander des trucs, mais il n’était pas très motivé quand il s’agissait de commander de la BD : il préférait faire des commandes de « vrais livres »…

Du coup, comme toi, je profite de mes passages à Paris pour dévaliser les boutiques (et pour ne pas me casser les épaules, les dernières fois, j’y suis allé avec une valise à roulettes).
Mais je n’y suis presque pas allé en 2020 (j’ai seulement profité des deux FCBD).

Tori.

J’ai demandé à ma libraire si, financièrement, l’opération était bonne, si elle s’y retrouvait. C’est le cas. Donc j’attends l’arrivée des deux albums italiens, et je referai une commande.

Si je ne me trompe pas, ça fera un an demain (dans une dizaine de minutes) que je suis allé dans la région parisienne pour la dernière fois. C’était pour la dédicace chez Kab. Depuis, j’ai fait deux commandes à Pulps (et ils ont encore un TPB pour moi, je vais donc rajouter des trucs et en faire une troisième), et je lis ce que j’ai acheté, plutôt que d’entasser, héhé…

Jim

J’ai entamé la lecture du premier tome de l’intégrale. Alors certes, je connais vaguement, pour avoir parcouru quelques histoires dans des petits formats, sans doute dans les collections des copains, mais là, j’ai l’impression de redécouvrir. Remettre tout ça dans l’ordre, ça aide.


[/quote]

Et effectivement, je pensais que l’expression « la réponse britannique au Spider-Man de Stan Lee » était une formule un peu toute faite sur le mode de la boutade, mais en réalité, l’emprunt est assez flagrant : un gamin (certes sans doute un peu plus jeune que Peter Parker tel que conçu par Lee et Ditko) est mordu par un animal radioactif, il est élevé par un oncle et une tante à qui il doit cacher ce secret (en revanche, ses rapports avec son oncle Charlie sont très conflictuels, différence notable) et tente de gagner quelques sous en vendant des photographies de son alter ego à un patron de presse pingre et colérique qui va tenter d’instrumenter lesdits exploits pour augmenter ses ventes.

image

Tom Tully, qui a travaillé un peu dans tous les genres, donne une place de choix à l’humour et parvient à dédramatiser pas mal de situations en privilégiant le sourire. C’est donc léger, enlevé, rythmé, c’est plutôt sympa. Et c’est agréable de voir les planches telles qu’elles étaient pensées à l’origine, sans les remontages liés à l’adaptation en petit format de ce côté de la Manche.

image

Graphiquement, j’apprends par la préface que Mike Western et Eric Bradbury, qui à l’époque ont déjà de longues années d’expérience derrière eux, travaillent à quatre mains sur la série, le premier dessinant et le second encrant. Je ne suis pas toujours fan du découpage, trop éclaté à mon goût, de sorte que les moments forts ne se distinguent pas aisément, mais le rendu est très chouette, d’autant que le papier est de qualité.

Bref, une redécouverte très agréable.
Tiens, pour finir, une petite illustration de Duncan Fegredo consacrée au personnage.

image

Jim

Oui, parce qu’il me semble que Peter Parker est plus proche de la fin de l’adolescence que du début…

Tori.

Je dirais seize ou dix-sept ans pour Peter, et treize ans pour Billy (il me semble que c’est indiqué dans la BD, et la préface indique qu’il est un poil plus vieux que les lecteurs, et Buster était destiné à des enfants de sept à douze ans).

La « période anglaise » où je suis, en matière de lectures, ça me fait prendre conscience que la presse BD anglaise était d’une vivacité incroyable : Buster, Scream, Pink, puis Warrior, Action et 2000 AD, entre autres, c’était quand même de sacrés viviers.

Jim

J’aurais dis dix-sept pour Peter… Pour Billy, c’est indiqué treize dans la planche que tu as postée…

Tori.

J’aurais dit plus jeune dans ses débuts pour Peter.

Ah bah voilà, c’est là (entre autres) que je l’ai vu.

Jim

Il est au lycée, il me semble…

Tori.

Mis il peut être au début de lycée

Et il peut avoir sauté une ou deux classes, aussi, surtout, quand on y pense…

Tori.

Et faire partie de ces élèves surdoués qui sautent des classes.

Voilà.
Comme Tori.

Jim

Il peut donc être plus jeune que 17 ans :relaxed:

En même temps, Lee et Ditko ont conçu un personnage élevé dans la modestie et la simplicité, qui ne va peut-être pas faire étalage de son savoir… Et puis, il n’a pas l’air d’avoir treize ans, mais Ditko qui dessine des ados, ça donne des adultes en plus petit.

Jim

Apparemment, il aurait quinze ans.
Bon, je le voyais un peu plus vieux.

Tori.

J’avais effectivement 15 ans en tête.