THE VISIT (M. Night Shyamalan)

Après l’échec de son After Earth avec les Smith père et fils et un passage par la télévision (Wayward Pines), le réalisateur et scénariste M. Night Shyamalan fera son retour sur grand écran cet automne avec une production à petit budget et sans stars, le thriller horrifique The Visit, dont voici le pitch et la première affiche.

[quote]DATE DE SORTIE PREVUE

11 septembre 2015 (USA)
7 octobre 2015 (France)

REALISATEUR & SCENARISTE

M. Night Shyamalan

DISTRIBUTION

Kathryn Hahn, Peter McRobbie, Ed Oxenbould, Olivia DeJonge…

INFOS

Long métrage américain
Genre : horreur/thriller
Année de production : 2015

SYNOPSIS

Deux enfants sont envoyés passer une semaine en Pennsylvanie, dans la ferme de leurs grands-parents. Mais lorsque l’un d’eux découvre qu’ils sont impliqués dans quelque chose de profondément dérangeant, leurs chances de retour s’amenuisent de jour en jour… [/quote]

La meilleure façon de repartir sur de bonnes bases.

[quote=“Le Doc”]

… Mais lorsque l’un d’eux découvre qu’ils sont impliqués dans quelque chose de profondément dérangeant, leurs chances de retour s’amenuisent de jour en jour… [/quote]

Ils ont fait caca dans les cookies ?

La bande-annonce :

Et à la fin, on découvrira que les deux gamins sont des fantômes…

Shyamalan, voilà bien le cinéaste qui aura percé de manière retentissante et qui aura vite fait “pschiit”. Cela dit, “Incassable”, quel film ! “Le village” aussi, c’était pas mal. “6ème sens”, faudrait que je le revois, ça fait longtemps, mais ce gamin était tellement horripilant…

Je n’ai pas vu ses derniers films à la sale réputation, mais Shyamalan est un sacré metteur en scène, c’est rien de le dire (et le premier épisode de “Wayward Pines” qu’il a tourné prouve qu’il a de beaux restes).
Je suis très fan de “Sixième Sens” perso (et j’aime bien le gamin pour ma part), mais c’est surtout pour “Incassable” (meilleur film de super-héros de tous les temps ? P’têt bien…) qu’il a ma gratitude éternelle. Pour ce que ça vaut.

Ce que j’apprécie chez lui, c’est sa capacité à faire frissonner avec… rien.
Je m’explique (ce “rien” n’est ni une critique ni une moquerie).
Sa manière de placer les caméras, de cadrer sans effets (apparents), de créer une sorte de banalité, est ahurissante. Le Sixième Sens, c’est un film qui raconte par le hors-champ, c’est ce qui n’est pas montré qui est important (et le travelling latéral de l’introduction est à ce titre éclairant). Incassable, c’est un film sur la relecture de l’action (montrée ou pas, d’ailleurs), d’où l’importance des retours en arrière, en flash-back ou en évocation. J’adore le premier, j’ai appris à aimer le second (qui m’avait laissé un goût de “so what” à la première vision).
Son récit sur les phéromones des plantes (zut, au moment où je parle, le titre m’échappe ! Phénomènes ?) est assez brillant parce qu’il tient sur absolument aucune révélation, puisque tout a été expliqué en amont. Et la menace étant invisible, elle se concrétise par les immobilités et les tremblements. Donc par le jeu des acteurs. Il suffit d’une scène où l’un des personnages s’arrête, pris de saisissement (le héros à l’entrée de la scène), pour que l’on ait peur pour lui, alors que justement, rien ne se passe. Si bien que la menace devient difficile à identifier, et qu’il induit un frisson partout, même quand il n’y a pas besoin. Et donc une tension qui ne se relâche pas.
Sérieux, je suis assez amateur de ses films, surtout quand il va vers un certain minimalisme (j’aime moins ses trucs à gros budget). Quand il est tout dans l’ambiance, je suis assez client.

Jim

J’ai récemment vu Le Village, et j’en suis très client. Outre le principe du film à révélation, cette dernière induit beaucoup de questions qui ne peuvent trouver des réponses qu’en revoyant le film ; et au-delà, l’ambiance fantastique et de conte macabre est très bien travaillée, alors qu’elle ne repose finalement que sur des artifices.

Oui, j’ai également bien aimé ces trois films (et Signs, avec Gibson, c’est de lui aussi il me semble). Je suis ressorti de Sixième Sens … assez bizarrement ! ç m’avait scotché à l’époque, j’avais eu du mal à m’endormir après …

La Fille de l’eau en revanche, ça ne m’a pas trop plu et après, je n’ai plus suivi …

[quote=“soyouz”]
La Fille de l’eau en revanche, ça ne m’a pas trop plu et après, je n’ai plus suivi …[/quote]

Je ne l’ai pas vu, celui-là, mais je vais de ce pas réparer cette lacune.

Jim

Pour moi, le maître absolu du “frisson avec rien”, c’est Jacques Tourneur. Et Shyamalan est quand même assez loin de ce niveau. C’est un faiseur habile, un petit malin mais qui s’est enfermé dans son mini-genre - le film avec le twist final.
Le souci, c’est que, en répétant le procédé, j’étais sûr d’être déçu parce qu’après “6ème sens” et “Incassable”, ça devenait difficile de faire mieux.
Il a réussi un coup de théâtre épatant avec “Le village”.
Mais “Signes”, c’était au mieux frustrant (j’avoue ne pas avoir tout pigé) : cette histoire de crop circles, d’aliens, de religion, de deuil… C’était quand même lourd à digérer (et, alors là, pas bien joué du tout). “Phénomènes” m’a intéressé pour Zooey Deschanel et Mark Wahlberg mais j’en suis sorti perplexe, je n’ai pas compris ce que ça voulait dire (ou alors j’ai trouvé le message écolo très lourdaud), visuellement c’était assez quelconque (alors qu’il y avait moyen de créer des images fortes).

Je me rappelle quand même que certaines revues cinéma qualifiaient ce mec de “nouveau Spielberg” (comme JJ Abrams maintenant… “Nouveau Spielberg”, c’est comme “Nouveau James Dean” pour un jeune acteur : généralement, ça fait long feu).
Du coup j’ai du mal à voir en Shyamalan un vrai bon cinéaste (quelqu’un qui allierait une esthétique avec des thèmes personnels), il n’a pas sur faire mieux qu’à ses débuts, au contraire.

Bon pour les films que j’ai vus de lui c’est assez bien fait, mais c’est vrai que ça joue contre lui finalement.

[quote]Le souci, c’est que, en répétant le procédé, j’étais sûr d’être déçu parce qu’après “6ème sens” et “Incassable”, ça devenait difficile de faire mieux.
Il a réussi un coup de théâtre épatant avec “Le village”.[/quote]

C’est plutôt de l’ordre du “savoir” du spectateur, de mon point de vue.
Par exemple pour Le Village j’anticipais le twist (et surtout je savais qu’il y en aurait un) et ma déception ne vient pas du film mais du twist qui était ce à quoi je m’attendais.

Pas mal, The Visit.
Un film plutôt étrange, bizarre, car il oscille beaucoup entre la comédie et le film d’horreur/de frisson. M. Night Shyamalan l’a d’ailleurs dit, il a plusieurs re-travaillé le script car ce fut d’abord une comédie, un film plus artistique, avant d’aller sur cette veine de thriller d’épouvante et de comédie.
Un film bizarre, donc, mais réussi, grâce à un casting très impliqué (le gamin est très bon, le vieux tient bien le truc, la grand-mère est exceptionnelle et la gamine n’est pas trop fatigante), quelques bonnes vieilles recettes efficaces (mais pas trop poussées : les passages d’épouvante sont courts, les nuits également, c’est bien ; c’est étalé sur plusieurs jours/nuits, ça permet de bien gérer le rythme), et ce jeu devenu habituel chez l’auteur de chercher le twist, les indices. Et si ce n’est plus aussi fulgurant qu’à ses débuts, si on s’y attend, ça fonctionne encore bien ici, car le twist n’est pas à la toute fin et qu’il joue très bien avec nos attentes.
Mieux encore, cette histoire alternant entre comédie et épouvante est une bonne chose, elle surprend et change un peu les règles du genre, sans entrer dans la facilité ou le potache. A ce niveau, la dernière scène, énorme, est très bien vue, et la résolution de la menace est jouissive.

Un bon film étonnant et bizarre, qui a du succès et pourrait relancer la carrière de cet auteur. Une bonne chose.