TWIN PEAKS : LES LABORATOIRES DE DAVID LYNCH (Guy Astic)

[quote]Twin Peaks : Les laboratoires de David Lynch
*Auteur : Guy Astic
Date de parution : février 2005, octobre 2008 (réédition revue et augmentée)
155 x 215 mm
cousu-collé, avec rabats
176 pages
205 images noir & blanc et couleur
22 €
ISBN 978-2-915083-31-6

Il aura suffi de deux saisons et de trente épisodes pour que Twin Peaks, créé en 1990 par David Lynch et Mark Frost, devienne l’une des références incontournables en matière de série télévisée. Tout commence avec l’assassinat de Laura Palmer, reine de beauté de son lycée, dont l’existence s’avère être plus sombre et torturée que les apparences ne le laissaient supposer. Dale Cooper, agent du FBI dépêché sur les lieux, enquête et découvre l’envers du décor de Twin Peaks ainsi que les histoires cachées de ses habitants, sans oublier ces présences qui rôdent à la lisière de la forêt de Ghostwood. Le résultat est une série creuset, mêlant le soap, le fantastique, le film noir, le teen movie, le burlesque et le mystique. Sans être l’artisan de bout en bout de la série, David Lynch a suffisamment œuvré pour imposer un style visuel et une tournure narrative qui vont perdurer d’épisode en épisode et influencer nombre de séries à venir : X-Files, Wild Palms, Buffy, la tueuse de vampires, Carnival, Six Feet Under…

Ne se présentant pas seulement comme un guide de la série (résumé des épisodes, liste des personnages, chronologie précise), l’ouvrage privilégie les rapports que David Lynch entretient avec le format cathodique, n’hésitant pas à faire jouer les tensions entre cinéma et télévision pour aboutir à une œuvre hybride qui passionne, précisément parce qu’elle n’a pas d’équivalent. Après Twin Peaks, le cinéaste a fait d’autres tentatives de création sérielle, notamment Mulholland Drive qui fut d’abord envisagé sous la forme d’un feuilleton. Plusieurs pages seront aussi consacrées à l’élaboration d’un mythe moderne, celui de Laura Palmer, que Lynch ne se résout pas vraiment à faire mourir, allant même jusqu’à tourner un long métrage qui filme les sept derniers jours de son existence : Twin Peaks. Fire Walk With Me (1992). De même, seront privilégiées les tentatives d’interprétation du fameux épisode final, tout aussi déconcertant que le dénouement du Prisonnier.*[/quote]

Lien :
Le site de l’éditeur : www.rougeprofond.com

Très intéressant. Ardu mais passionnant, notamment parce qu’Astic évite un écueil récurrent dans le domaine de l’analyse lynchienne, qui est de caler une grille d’analyse quelconque (psychanalytique, sémiologique, etc…). Or, l’expérience montre qu’aucune grille de lecture ne suffit à elle seule à recouvrir toute la portée d’une oeuvre de Lynch. Astic, quoiqu’érudit, se positionne comme un spectateur lambda, désarçonné devant la complexité de la narration de Lynch, sa bizarrerie, et part de cet sidération propre aux créations de Lynch pour l’analyser. Il privilégie ainsi, comme il le dit lui-même, “le mystère à l’énigme”. Les oeuvres de Lynch ne sont pas des rébus à déchiffrer.
Je dirais lecture recommandable pour tout le monde (il faut avoir vu la série bien sûr), et quasi indispensable pour les fans acharnés…

A noter qu’Astic a aussi signé un livre sur une autre oeuvre lynchienne, “Lost Highway”, beaucoup plus difficile d’accès, j’ai trouvé.