UNIVERSAL SOLDIER 4 : LE JOUR DU JUGEMENT (John Hyams)

[quote]DATE DE SORTIE PREVUE

30 novembre 2012 (USA)
L’année prochaine au rayon DVD de votre supermarché (France)

REALISATEUR

John Hyams

SCENARISTES

John Hyams, Doug Magnuson & Jon Greenhalgh

DISTRIBUTION

Scott Adkins, Jean-Claude Van Damme, Dolph Lundgren, Kristopher Van Varenberg, Andrei Arlovski…

INFOS

Long métrage américain
Titre original : Universal Soldier - Day of Reckoning
Genre : action/science-fiction
Année de production : 2012

SYNOPSIS

John wakes up from a coma to discover his wife and daughter were slaughtered in a brutal home invasion. Haunted by images of the attack, he vows to kill the man responsible, Luc Deveraux. While John tries to piece his reality back together, things get more complicated when he is pursued by a relentless UniSol . As John gets closer to Deveraux and the rouge army of genetically enhanced warriors led by back-from-the-dead leader Andrew Scott, John discovers more about himself and begins to call into question everything he believed to be true…
[/quote]

nom de zeus…

après la mode des morts-vivants, voici la mode des licences mortes-vivantes !

4 opus ? Mais c’est génial !

4 si on ne compte pas les deux téléfilms…

Régénération avait fait un bide y paraît ?! Et il en refond un ?! (en même temps il refond bien un Resident evil :unamused:
En tout cas moi je l’ai bien aimé, on repartais sur des soldats froid implacable, bref des universal soldier.
Mais là, ça s’annonce différent des autres opus.

Van Damme en Colonel Kurtz !

C’est tout à fait ça en effet, “Apocalypse Now” faisant partie des nombreuses références surprenantes qui émaillent ce 4ème “Universal Soldier” (y’a Van Damme en Kurtz, donc, et aussi une descente de rivière qui rafraîchira la mémoire des amateurs de l’odyssée du Capitaine Willard), que j’ai vu ce week-end et à ma grande surprise, beaucoup aimé…

Déjà, je précise que j’en ai rien à foutre de la franchise et que mon seul contact avec elle demeure la vision du premier opus signé Emmerich en salles, à l’époque.
Mais alléché par un article fort élogieux dans le dernier Mad Movies en date, et cherchant un bon actioner pour soirée pizza / bières et le reste entre copains, je me suis laissé tenté.
Ben il est pas mauvais du tout, le John Hyams.

Les producteurs se sont dit que foutu pour foutu, autant laisser un réal (très motivé en l’occurrence et déjà auteur du volet précédent) faire ce qui lui semblait le mieux.
Celui-ci gère intelligemment la relative absence à l’écran de ses deux têtes d’affiche (Van Damme et Lundgren, 15 mn de temps de présence à l’écran à eux deux) en introduisant un nouveau perso, joué par Scott Adkins (qui est très convaincant dans les scènes d’action, mais pour le reste, euh, c’est pas vraiment De Niro quoi).
Et Hyams de pousser intelligemment l’aspect SF du script, extrêmment sommaire jusque-là dans la franchise. Rien qui ne révolutionne le genre, mais de quoi rendre le script plus consistant, voire très intéressant sur certaines scènes (quand Adkins rencontre son double, la scène fait son petit effet). Une petite touche Dickienne de bon aloi, exploitant les thèmes chers à l’auteur américain (les doubles, les faux-semblants d’une réalité qui se dérobe, etc…).

Plus surprenant encore est l’emploi de trucs de mise en scène qui renvoient direct à Gaspard Noé (!), dont Hyams avoue être un inconditionnel. D’où l’étonnante scène en caméra subjective (pas toujours très bien gérée, mais cette histoire de subjectivité devient intéressante vu les développements du scénar’) qui ouvre le film, l’emploi agressif du stroboscope (peu de réals le font et c’est pourtant un effet intéressant) et les éclairages mauves / violets qui rappelleront des choses à ceux qui ont vu “Enter The Voïd”…

Des défauts ? Ouais, quand même, notamment des latences certainement volontaires, mais le film aurait gagné à être resserré (ça dure 1 h 55 quand même), et un abus de certains effets clippesques de très mauvais goût. La mise en scène de Hyams me semble pourtant assez solide pour se passer de ces caches-misère…

Sans être géniale, une série B qui se hisse au-dessus du lot grâce à l’ambition de son auteur, et à son savoir-faire (si vous êtes venu chercher de la baston, sachez que les scènes d’action sont très bien branlées en termes de découpage et donc de lisibilité, et en plus elles font très mal, l’influence des pelloches à la “Ong Bak” et compagnie, on présume…).

Je conseille ce film chaudement, donc.

Moi, je m’étais arrêté au 2, mais c’est vrai que celui-ci a reçu plus d’accueil positif que je ne l’aurai cru. Je pense que je tenterai le coup (mais j’attendrai un passage télé).
Ca sera l’occasion de voir ce que vaut le fils de Peter Hyams, un solide artisan capable du pire comme du meilleur (il y a vraiment un très grand écart entre l’excellent Outland et le très mauvais Un coup de tonnerre).

Dans le genre, papa Hyams a aussi réalisé “2010”, la suite du film de qui-vous-savez (pas un mauvais film dans l’absolu, mais qui a juste l’inconvénient d’être la suite d’un des plus grands films de l’histoire, donc…), et “Capricorn One”.
J’aime beaucoup ce dernier film, pas exempt de défauts mais très attachants, où la NASA met en scène un faux atterissage sur Mars, dans le prolongement de la théorie conspirationniste du faux alunissage en 1969. Un bon thriller paranoïaque comme on en pondait treize à la douzaine dans les seventies !

Pour en revenir à “Universal Soldier”, j’ai jeté un oeil aux réactions vite fait, et je n’ai vu que des échos positifs qui saluent l’audace de John Hyams. Presque un cas d’école, ce projet (si toutes les franchises moisies du genre à la “Resident Evil” pouvaient suivre le même traitement !!).