WATCHMEN (Zack Snyder)

Rien qu’en regardant les photos promotionnelles du film, et plus précisément celles du Hibou, il était clair que **Zack Snyder **passait à côté de la BD.

Ainsi la disparition du ventre bedonnant de Dan Dreiberg et de sa silhouette size=85[/size] adipeuse était un aveu.

[quote=“Jim Lainé”]

[quote=“Jim Lainé”]

Bah non, justement : en changeant la fin, il change le propos politique de la BD.
Y a de fortes chances qu’il l’ait fait sous la pression des studios, mais le résultat est là, quand même.

[quote=“Rael”]Pour en revenir à Watchmen, la première fois que j’ai lu cette bd, les passages écrits me faisaient souffrir. Ca me passait complètement au dessus. Par la suite j’ai bien plus apprécié tout ces “à côté”. L’histoire trouve son équilibre avec tout ce qui entoure l’histoire principale. C’est entre autre, ce qui manque au film.
J’aime beaucoup le film, mais c’est clair qu’il lui manque la profondeur du bouquin.[/quote]

La profondeur, mais aussi le propos.
Là encore, et plus que dans V For Vendetta (que j’aime bien en version film, mais bon…), les studios sont enquiquinés par le propos anarchiste de Moore.

Dans la BD, le poulpe télépathique qui envoie des rêves terrifiants dans l’esprit de tons les médiums du monde (au passage, c’est Cthulhu, hein : on sait le goût de Moore pour Lovecraft…) et meurt en explosant, est interprété par l’humanité comme l’avant-poste d’une invasion extraterrestre. Du coup, l’humanité se met à imaginer la race extraterrestre en question, ses projets, l’avenir qu’elle réserve à la Terre, et imagine par la même occasion les moyens de contrer l’invasion. C’est donc “l’imagination au pouvoir” qui unifie l’humanité, au moins pour un temps.
Dans le film, l’attaque se concrétise par un cratère gigantesque qui a effacé une ville de la carte, et qui a laissé, volontairement, les traces du pouvoir de Doc Manhattan. Or, le film nous l’a répété, “Dieu existe et il est américain”. Ce cratère apparaît comme une trace du courroux d’un dieu jaloux, et si l’humanité est unifiée, c’est non pas dans l’imagination, mais dans la peur du courroux divin.

Et là, du coup, ça change tout.
En passant d’une menace qu’on suppose extraterrestre à une menace qu’on pense terrienne (mais à l’allure divine…), on change toute la portée de la BD.

Là où Moore une fois de plus défendait les vertus d’une humanité qui devait s’émanciper de toutes formes d’autorité et s’échapper du carcan social en créant son propre destin (c’est le véritable côté “surhomme nietzschéen” de Watchmen, ça…) et sa capacité à créer une société proprement anarchiste, fût-elle mue par la peur, le film présente une peur venant d’une autorité quasi-divine, et présente aussi cette autorité immanente comme fructueuse puisqu’elle permet d’unifier la planète.
On passe donc d’une pensée rebelle et subversive à une vision conservatrice et réactionnaire où l’humanité baisse la tête devant l’expression d’un pouvoir qu’elle reconnaît comme scientifique et américain.
De la paix planétaire à la pax américana.

Et là, dans le genre trahison de l’esprit, c’est fort.

Jim[/quote]

Oui c’est clair que c’est moche. J’avais pas poussé l’interprétation jusque là, mais c’est clair que c’est presque sale comme tournure.

Les contes du vaisseau noir : DVD qui accompagne le film Watchmen, qui comprend donc l’adaptation animée de l’histoire de pirates qui est conté dans la BD du petit dans Watchmen, mais également un faux reportage sur Under the hood, le livre dont on retrouve les extraits dans les bonus de chaque épisode de Watchmen.

Donc, l’histoire de pirate, je ne l’avais pas trop aimée en BD en tant que BD (mais j’ai bien compris la fonction et le concept), et ici, j’ai trouvé ça assez chiant (je paraphrase ma femme). Cependant, le gore est bien rendu ! :mrgreen: Mais bon, ce n’est pas trop long.

Under the hood, en revanche, c’est vraiment bien fait et je trouve que l’adaptation est assez fidèle dans l’esprit et la forme ! (même si ça fait longtemps que je n’ai pas lu Watchmen)

Et y a un bonus intéressant pour qui ne connait pas la BD, car ça explique ce que vient faire là-dedans ces deux suppléments au film. Et met en lumière, pour ceux qui ne le savent pas, les différents niveaux de lecture de Watchmen.

Avant d’être réalisée par Zack Snyder, l’adaptation cinématographique de Watchmen est longtemps resté bloquée dans les limbes du development hell. Parmi les projets qui auraient pu se faire, il y a eu celui de David Hayter (co-scénariste des deux premiers X-Men) au début des années 2000. À cette époque, les droits de Watchmen étaient chez Universal, mais le studio a fini par abandonner suite aux fameuses « différences créatives ». Watchmen est ensuite passé par la Paramount en 2004 avant d’atterrir chez la Warner en 2005. Des éléments du script de David Hayter ont été conservés mais le scénario a été réécrit par Alex Tse.

Si la version de David Hayter n’a jamais abouti, le scénariste et réalisateur avait tourné un bout d’essai qu’il vient de partager sur la toile par le biais de la chaîne Youtube du compositeur Joe Kraemer. Dans cette vidéo, Iain Glen (Game of Thrones) joue Dan Dreiberg et Ray Stevenson (Punisher War Zone) est Rorschach.