WILD BILL HICKOK (Dobbs / Ennio Bufi)

Il y a deux mois, Dobbs a posté sur LinkedIn un aperçu de plusieurs projets western :

Non, le western n’est pas mort
2022, year of the western…
3 BD très différentes avec les desperados Chris Regnault, Nicola Genzianella & Ennio Bufi

On en sait un peu plus sur l’album qui sera illustré par Ennio Bufi : Wild Bill Hickok, publié chez Glénat le 18 mai prochain, au prix de 14,95 euros.

On l’appelait Wild Bill. De son vrai nom James Butler Hickok, il était considéré comme le meilleur tireur de l’Ouest. Sans plan ni fortune, ce dandy au style flamboyant suscitait une admiration mêlée d’effroi, semblant ne s’intéresser qu’aux femmes, au poker et au whisky. Un caractère bien trempé et une habileté à manier les armes à feu qui lui vaut de représenter la loi dans les territoires sauvages du Kansas. Un soir d’octobre 1871, sa vie bascule. Lors d’une intervention, il tue par erreur son adjoint et ami. Le vague à l’âme, Hickok rend son étoile de marshal et erre dans les Plaines. Sans conviction, il accepte de paraître lors de spectacles populaires à la gloire de l’Ouest. Aux côtés de Buffalo Bill et de Texas Jack, il rejoue ses propres aventures, réelles ou fantasmées, devant un public avide de sensationnalisme. Mais le cœur n’y est pas. Lassé par ces mascarades, en quête d’authenticité, il reprend la route des Grandes Plaines et se rend à Deadwood, dans le territoire du Dakota. Il y a rendez-vous avec le destin.

Commentaire trouvé sur le forum BDGest :

Dobbs revisite le mythe du shérif hanté par ses vieux démons, confrontant les mises en scène théâtrales aux réalités de l’Ouest, sous le regard expert de l’historien Farid Ameur, spécialiste de la période. Il s’appuie sur le dessin réaliste et flamboyant d’Ennio Bufi pour donner corps à un western sombre, nostalgique et crépusculaire.

Jim

Wild Bill Hickok

Le gunfighter

On l’appelait Wild Bill. De son vrai nom James Butler Hickok, il était considéré comme le meilleur tireur de l’Ouest. Sans plan ni fortune, ce dandy au style flamboyant suscitait une admiration mêlée d’effroi, semblant ne s’intéresser qu’aux femmes, au poker et au whisky. Un caractère bien trempé et une habileté à manier les armes à feu qui lui vaut de représenter la loi dans les territoires sauvages du Kansas. Un soir d’octobre 1871, sa vie bascule. Lors d’une intervention, il tue par erreur son adjoint et ami. Le vague à l’âme, Hickok rend son étoile de marshal et erre dans les Plaines. Sans conviction, il accepte de paraître lors de spectacles populaires à la gloire de l’Ouest. Aux côtés de Buffalo Bill et de Texas Jack, il rejoue ses propres aventures, réelles ou fantasmées, devant un public avide de sensationnalisme. Mais le cœur n’y est pas. Lassé par ces mascarades, en quête d’authenticité, il reprend la route des Grandes Plaines et se rend à Deadwood, dans le territoire du Dakota. Il y a rendez-vous avec le destin. Dobbs revisite le mythe du shérif hanté par ses vieux démons, confrontant les mises en scène théâtrales aux réalités de l’Ouest, sous le regard expert de l’historien Farid Ameur, spécialiste de la période. Il s’appuie sur le dessin réaliste et flamboyant d’Ennio Bufi pour donner corps à un western sombre, nostalgique et crépusculaire.

  • Éditeur ‏ : ‎ Glénat BD (18 mai 2022)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Relié ‏ : ‎ 56 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2344040595
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2344040591
  • Poids de l’article ‏ : ‎ 788 g

Né en 1972 dans l’Hérault, Dobbs est scénariste de bande dessinée européenne. Sociologue de formation, il enseigne l’histoire du cinéma et de la bande dessinée à l’université Montpellier III, ainsi que dans plusieurs écoles supérieures (spécialisées en audiovisuel et effets spéciaux). Il se lance dans la BD dans Le Journal de Mickey en compagnie de Philippe Fenech, au même moment où il travaille pour diverses sociétés de jeux. Son premier album, Welcome to Paradise, paraît aux éditions Carabas en 2009 (dessin de Simone Guglielmini). Il entame alors une longue collaboration avec les éditions Soleil qui donnera naissance à plusieurs albums dont Mister Hyde contre Frankenstein avec le dessinateur Antonio Marinetti ; une adaptation des Mines du roi Salomon de Henry Rider Haggard avec Dim D. ; Alamo avec Fabio Pezzi et Darko Perovi ; ou encore Scotland Yard dessiné par Stéphane Perger pour la collection « 1800 ». Toujours avec Stéphane Perger, il réalise Odyssée sous contrôle dans la collection des « Univers de Stefan Wul » chez Ankama. Il rejoint les éditions Glénat en 2017 pour lancer une série d’adaptations des plus grands romans de Herbert George Wells et participe à la collection « Ils ont fait l’Histoire », en coédition avec Fayard, pour laquelle il écrit une biographie de François Ier dessinée par Chaiko. En 2018, il adapte en BD un premier tome des Enquêtes de Nicolas Le Floch de Jean-François Parot, toujours avec Chaiko (Hachette) ainsi que l’œuvre de Zola, La Bête Humaine (avec Germano Giorgiani) avant de participer aux collections « Rendez-vous avec X » chez Comix Buro (La Baie des cochons avec Mr Fab au dessin) et « Un pape dans l’Histoire » (Jean-Paul II, dessiné par Fabrizio Fiorentino). Sa fierté personnelle : avoir écrit une « Bible » sur le 7e Art, Méchants : les grandes figures du mal au cinéma et dans la pop culture (Hachette), illustrée par 50 artistes venant de la BD, du jeu vidéo et du cinéma. En 2020, il lance chez Comix Buro Sa Majesté des Ours avec Didier Cassegrain au dessin. Réside dans l’Hérault.

Ennio Bufi est un dessinateur italien de bande dessinée. Il a notamment travaillé sur l’adaptation de Geronimo Stilton. Clandestino, publié chez Bamboo/Grand Angle est sa première création avec un scénariste français.

On s’en doutait, la couverture de l’album est double (ou « enveloppante », ou « C1 + C4 », ou… enfin, vous voyez, quoi !).

Et ça donne… ça :

Jim

Ou, comme dirait Jean-Pierre Foucault, « Par devant, par derrière »… ~___^

Tori.

Le philosophe ?

Dans l’article consacré à l’album Jesse James, on a un aperçu de ce qui se prépare au sein de la collection « La véritable histoire du far-west » :

Prochains titres annoncés dans cette collection : « Wild Bill Hickok » et « Little Big Horn » puis notamment « Calamity Jane », « Alamo », « Geronimo » et « La Ruée vers l’or ». Go West !

Jim