ZARDOZ (John Boorman)

V1_SY1000_CR0%2C0%2C687%2C1000_AL

REALISATEUR & SCENARISTE

John Boorman

DISTRIBUTION

Sean Connery, Charlotte Rampling, Sara Kestelman, John Alderton…

INFOS

Long métrage irlandais/américain
Genre : science-fiction
Année de production : 1974

L’Arme est le Bien…Le Pénis est le Mal !


La classe écossaise !

Après le succès de Délivrance (1972), le réalisateur britannique John Boorman s’est cassé les dents sur une tentative d’adaptation (alors réputée impossible) du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien. Jugeant le projet finalement trop onéreux et trop risqué, la 20th Century Fox s’est rétractée mais John Boorman était bien décidé à créer un monde imaginaire pour son film suivant et sa première incursion dans le fantastique. Boorman a alors réussi à convaincre le studio d’investir un million de dollars dans la production de Zardoz.

Rétrospectivement, on peut se demander comment un grand studio américain a pu financer une oeuvre aussi étrange et inclassable que Zardoz. Mais il faut se remettre dans le contexte de l’époque, l’émergence de la contre-culture et du Nouvel Hollywood, et le succès d’expérimentations comme celles de la Universal (voir Silent Running) après le triomphe de Easy Rider. Zardoz est un film étonnant, absurde, capable d’enchaîner scènes longues et terriblement ennuyeuses et passages savoureusement barrés tout en se tenant en équilibre sur le fil du nanar.

John Boorman imagine un futur (la date est 2293) où la population humaine est divisée en deux catégories. Il y a les Eternels, des humains devenus immortels grâce à leur technologie… Ils vivent dans une communauté qu’ils appellent le « Vortex », derrière un mur invisible qui garantit leur protection. Mais le perpétuel recommencement de la vie de ces derniers dépositaires du savoir les a rendus apathiques (en bref, ils se font…passez-moi l’expression…royalement chier), l’apparente utopie très flower power du Vortex cachant mal des dérives oppressives.

Ceux qui n’ont pas été « élus » sont les Brutes. Pour les Eternels, ce sont des barbares qui vivent sur les terres extérieures. Pour les contrôler, Arthur Freyn, l’un des Eternels, a armé un groupe d’exterminateurs et se fait passer pour un dieu appelé Zardoz (nom dont la signification est révélée dans un moment déterminant) qui se balade dans une grosse tête volante. Le look des exterminateurs est assez croquignolet et tient pour beaucoup dans la réputation nanardesque que beaucoup accolent au film : des cuissardes et un slibard rouge avec des cartouchières en bandoulière.

Cette représentation primaire de la masculinité est personnifiée par Sean Connery dans le rôle de Zed, prévu à l’origine pour Burt Reynolds, que John Boorman avait déjà dirigé dans Délivrance. Dans la première moitié des années 70, Sean Connery connaissait un petit creux dans sa carrière et avait un peu de mal à retrouver des rôles après son dernier James Bond, Les Diamants sont éternels. Pour Zardoz, l’écossais a accepté de revoir le montant habituel de son contrat à la baisse…et de dire adieu à sa dignité par la même occasion (il se dit que la scène de la robe de mariée ne lui a pas particulièrement plu).

Zed réussit à infiltrer le Vortex, son aspect brut et agressif contrastant avec cet environnement lisse et uniforme. Le guerrier, qui semble dans un premier temps ne rien comprendre à ce qui se passe (ce qui se traduit notamment par des épisodes bien saugrenus), va petit à petit se révéler plus réfléchi qu’il n’y paraît et va dérégler cet univers froid (et au moins jusqu’au final, la très belle Charlotte Rampling est une véritable Reine des Glaces) qui rejette la différence.

Les thèmes du scénario sont très intéressants, mais c’est leur traitement à la symbolique lourdement appuyée, mêlée à cette direction artistique, cette esthétique tellement typée seventies, qui font de Zardoz une oeuvre pour le moins déconcertante, un OVNI qui part dans tous les sens. Trop long, souvent ridicule, mais qui a aussi ce côté intrigant jusqu’au chaos final. Bref, je le répète : tellement bizarre et inclassable que les commentateurs du film se disputent toujours sur la possible classification de Zardoz au rayon « nanar ».

De ce film, je crois que je ne connais que la première photo que tu as mise !

C’est clair que c’est le visuel le plus connu !
Zed aurait même inspiré Vartox, un personnage DC créé la même année…

Vartox

J’étais longtemps dans ton cas… Et j’ai trouvé le DVD il y a quelques mois ! ~___^

Tori.

Perso, je conserve toute ma sympathie au film… et ce tout en étant complètement d’accord avec les réserves émises dans le post : mal rythmé, parfois au-delà des frontières du ridicule le plus achevé, le film reste passionnant, thématiquement assez vertigineux et, surtout, comprend d’excellents idées de mise en scène, éclairant le sous-texte de Boorman et les rapports de pouvoir/domination entre les personnages.

Voici d’ailleurs une vidéo fort instructive du fameux Fossoyeur de films (excellente chaîne Youtube, pour les fondus de cinoche) qui défend assez chaleureusement le film, tout en étant absolument pas dupe de ses défauts :