1941-2021 : BON ANNIVERSAIRE WONDER WOMAN !

Les membres de l’équipe Or utilisent un planeur avec une spécificité assez familière dans le dernier numéro du long run de Claremont (X-Men #3, mi-octobre 1991*).

tumblr_m6g3guJ6tS1r4ey4yo1_1280.png

EqHrcmHXAAARZ73

*fichtre, les 30 ans d’X-Men #1 cette année !? :scream:

J’avais 11 ans et maintenant bim 41 à la date anniversaire.

Wonder Woman by Alex Maleev

Wonder Woman par Alex Maleev (2020)

jolie

De gauche à droite : William Moulton Marston, H. G. Peter, Sheldon Mayer et Max Gaines. Au centre : Wonder Woman.

Marstonpetermayergaines

Jim

L’article « Don’t Laugh at the Comics » (dans Family Circle du 25 octobre 1940) qui, selon la légende, aurait attiré l’attention des dirigeants de DC sur William Moulton Marston, les conduisant à l’engager en tant que consultant éditorial puis, à terme, à mettre Wonder Woman en chantier.

blogfamilycirclesuperman2

blogfamilycirclesuperman3

blogfamilycirclesuperman4

En bonus, la couverture dudit magazine (je l’ai cherchée longtemps, celle-ci, sans la trouver, pour Fredric, William et l’Amazone : l’article qui me sert de source ici date de septembre 2019, au moment où l’on rendait les dernières planches de l’album), avec Superman en couverture :

blogfamilycirclesuperman1

Jim

Les Wonder Women alternatives, chapitre 1 : Power Princess.

power-princess-dc5eaedb-aa24-48f6-af7c-5f3940f4d9a-resize-750

Elle fait son apparition dans des épisodes de Defenders écrits par Jean-Marc de Matteis et illustrés par Don Perlin (soit des années après ses équipiers, apparus quant à eux dans les Avengers de Roy Thomas), avant de figurer dans l’excellente série Squadron Supreme de Mark Gruenwald (c’est pour cela que j’ai choisi une case de Bob Hall, que j’apprécie beaucoup). Pour ceux qui ne le sauraient pas, l’Escadron Suprême est un décalque Marvel de la Ligue de Justice de DC, et il fallait bien qu’un jour une version locale de Wonder Woman apparaisse.

unnamed

En bonus, Power Princess par Paul Ryan :

image

Jim

À ce propos (dans les prochaines sollicitations) :

Pause kawa pour la trinité DC (Parlov).

tumblr_phlcs0N2jY1s2lswpo1_1280

tumblr_phlcs0N2jY1s2lswpo2_1280

tumblr_phlcs0N2jY1s2lswpo3_r1_1280

Il est une vieille tradition, dans le merchandising américain, de proposer des « mini-comics » dans les boîtes de céréales.

En 1979, Wonder Woman figure sur deux d’entre eux, l’un étiqueté « Super Heroes » (en gros, la Ligue de Justice qui ne dit pas son nom…

s-l1600-2

… et l’autre où elle est la vedette !

s-l1600

Je ne connais pas les objets de visu, mais il semblerait qu’ils aient été imprimés « à l’italienne ».

Jim

En 1980, Wonder Woman fait l’objet d’un récit imprimé en verticale, un autre « mini-comic » également vendu avec des céréales.

s-l1600-1

Et cette année-là aussi, elle fait équipe avec ses copains les « Super-Heroes » dans un autre fascicule.

053d1a41013db70a98586c4c91f6d60c

Si les styles de ces produits dérivés sont en général assez passe-partout, j’ai l’impression de voir sur ce dernier la patte de Ross Andru (ou alors il n’a fait qu’une mise en place, ou bien encore le dessin est réalisé par un copieur).

Jim

En 1993, une opération du même genre est montée entre DC et Kellogg’s, afin de proposer quatre mini-comics aux consommateurs de petits déjeuners à base de céréales. Les quatre fascicules sont insérés dans les boîtes de Kellogg’s Cinnamon Mini-Buns.
Wonder Woman apparaît dans une petite aventure de la Justice League America, où le groupe affronte Amazo.

601411

Flash et Superman sont les vedettes de deux autres « mini-comics ». Les auteurs ne sont pas crédités, et sur la toile les informations sont maigres. J’ai vu passer les noms de Mark Waid et Chuck Patton. Allez savoir.

601925

601981

L’opération commerciale a traversé l’Atlantique et, en 1995, ces trois fascicules ont été traduits et offerts aux acheteurs de paquets de Kellogg’s Rice Krispies. L’objet est tout petit et propose une aventure un peu neuneu mais proprement réalisée. Pour ma part, j’ai à l’époque trouvé le Flash et le Ligue de Justice, mais jamais le Superman.

L’opération française ne proposait que trois fascicules sur les quatre. Le quatrième mettait en scène Wonder Woman dans un récit intitulé Wonder Woman and the Star Riders vs Purrsia, qui n’a jamais été traduit dans nos contrées.

741163

« Wonder Woman and the Star Riders » ? Cékoidon ? Patience, ami lecteur, patience…

Jim

L’histoire de « Wonder Woman and the Star Riders » remonte à 1992, quand Mattel planche sur une série de jouets mettant en scène la Princesse Diana (l’autre) et une équipe d’héroïne. Le projet semble prendre tournure, au point qu’une série animée est annoncée à la Toy Fair de 1993, sur le modèle promotionnel de ce qui avait été fait autour des Masters of the Universe.

wwsr_comic

D’après les observateurs de l’époque, le projet n’est pas allé plus loin que quelques dessins préparatoires et quelques storyboards. Quant aux jouets, ils devaient accueillir un mini-comic présentant l’ensemble des personnages, là aussi sur le modèle de He-Man. Là encore, selon les commentateurs, c’est ce bonus qui finalement arrivera dans les paquets de céréales (ce qui peut expliquer pourquoi le style graphique de la couverture semble différent de celui des trois autres). On peut lire l’histoire ici.

ea69307d4335114f21845e6dd64679ca

Outre Wonder Woman, on trouve Dolphin et Ice, deux héroïnes déjà implantées, ainsi que Star Lily et Solara, deux équipières créées pour l’occasion. Les cinq justicières et la voleuse qu’elles affrontent auront le droit à six pages dans le catalogue de la Mattel Toy Fair de 1993.

starriders1

starriders2

starriders3

Cette page nous en apprend davantage sur la ligne de jouets, et au passage confirme ce que je soupçonnais, à savoir que José Luis Garcia-Lopez est associé au design des personnages. En voici d’ailleurs quelques preuves ici.

Jim

Il fallait chercher sur les sites d’enchères (ici, par exemple, où l’enchère a eu lieu en 2013) :
lf
family-circle-magazine-october-25_1_c98c183338882b9b21c449302922b97b

Tori.

C’est un réflexe que je n’ai pas souvent, hélas.

Jim

Quand le strip de Wonder Woman traverse l’Atlantique, atterrit dans les pages de France-Soir et devient « SuperFemme », voilà ce que nous explique Jean-Michel Ferragatti :

Jim

Et Cheetah y devient « La Tricheuse »…

Dommage que l’article soit truffé de coquilles.

Tori.

C’est intéressant, ça : plutôt que traduire littéralement par « la Guéparde », le traducteur de l’époque a choisi de jouer sur la proximité sonore entre « cheetah » (prononcer « tchiteuh ») et « cheater » (prononcer « tchiteur »), le tricheur.

De mémoire, dans l’excellent roman de James Laver Moi, Cheeta, il y a un jeu de mot du même ordre, le singe ayant démontré ses compétences à la triche et au chapardage. Faudrait que je relise, précisément (et j’étais persuadé d’en avoir parlé sur le sujet consacré aux romans).

CV-Cheeta

Jim

J’avais déjà vu, effectivement, des textes qui rapprochaient Cheeta plutôt de cheater que de cheetah, en ce qui concerne le chimpanzé.

Quant à l’adversaire de WW, je ne sais pas si c’est un choix de traduction ou une erreur…

Tori.

Oui, c’est possible que ce soit une erreur, va savoir…

Jim