1961-2021 : BON ANNIVERSAIRE LES 4 FANTASTIQUES !

« Kirby was the student who surpassed the master: He was a better plotter and idea man than Fox (and Stan Lee) and he and Lee actually cared about characterization, so they both wrote better dialogue. »

PUISSANCE 4 / FRANKLIN RICHARDS SON OF A GENIUS :

99399

En 2005/2006, Panini avait lancé une nouvelle collection de comic-books pour la jeunesse sous la bannière Marvel Kids , des albums au format pocket pour moins de 7 euros. Une bonne initiative qui n’a pas été couronnée de succès car seuls quelques tomes sont sortis (3 pour Spider-Man , 2 pour les 4 Fantastiques , 2 pour les X-Men et un pour Hulk ). Deux pour les X-Men…mais étrangement dans le tome 2 des X-Men , les mutants sont aux abonnés absents. Au sommaire, on retrouve en effet la première mini-série Power Pack du duo Gurihiru (dans laquelle les F.F. font une apparition) avec le one-shot Franklin Richards Son of a Genius et deux histoires courtes (dont une avec les F.F.) en bonus. Alors pourquoi avoir compilé ces épisodes dans le tome 2 des X-Men et pas dans le tome 3 des 4 Fantastiques , surtout compte tenu du lien historique entre les familles Power et Richards ? J’avoue qu’après toutes ces années, je n’ai toujours pas compris…

La mini-série Power Pack faisait partie d’une relance dans une collection All-Age et se distinguait donc des autres comics Marvel parce qu’elle se déroulait dans une autre continuité (donc sans tenir compte de la série classique des années 80). Chaque chapitre de ce premier titre (il y en a eu en tout onze) est centré sur l’un des membres de la famille Power, essayant de trouver l’équilibre entre le secret de leur condition de jeune super-héros et leur vie de tous les jours. Les F.F. apparaissent dans le troisième épisode, avec un parallèle fait entre Jack/Mass Master et la Torche Humaine. C’est rythmé, fun et le dessin d’inspiration manga de Gurihiru colle bien à l’ambiance voulue.

Le one-shot Franklin Richards : Son of a Genius compile cinq histoires courtes concoctées par Chris Eliopoulos. De la très bonne bande dessinée pour « tous publics » , car je trouve qu’elle peut être appréciée autant par les plus petits que par les adultes, notamment grâce aux gags et aux références de ces vignettes qui voient le petit Franklin chercher divers ennuis en utilisant les inventions de son illustre géniteur. Et le style cartoony très expressif de l’auteur est irrésistible. Après une histoire courte de Ant-Man dessinée par le regretté Darwyn Cooke (oui, quel fourre-tout…mais c’est beau !), les Fantastiques clôturent ce sommaire avec une mignonne histoire de Noël illustrée par Duncan Rouleau.

519699.SX360_QL80_TTD

Pub !

Buscema-Verpoorten-580x873

2. Fantastic Four #113, Marvel. This actually might be the best cover on the list from a strictly artistic, comic-book standpoint. A great-looking new villain stands front and center and the vignettes certainly seem to back the THIS ONE HAS IT ALL! boast. In lesser hands, this would be a crowded mess. In the hands of a master like John Buscema (inked by John Verpoorten), it’s power-packed and exciting.

Un Black Panther (Chanda, le grand-père de T’Challa) au look semblable dans Fantastic Four Unlimited #1 (Legacy", Thomas/Hoover, 1993) :

scan0048

FANTASTIC FOUR - LIFE STORY :

WHAT THE F…?!?

Femme invisible…jouet (presque) invisible…

Invisible-Woman-via-Collectors

Je l’ai !

Prouve-le ! ^^

MEPHISTO vs THE FANTASTIC FOUR :

680909.SX360_QL80_TTD

Publiée aux Etats-Unis en 1987 (et en V.F. l’année suivante par Lug en Récit Complet Marvel), la mini-série Mephisto vs. orchestre les machinations de Mephisto, le souverain des enfers ayant décidé de s’en prendre à plusieurs équipes de super-héros pour des raisons qui seront dévoilées dans les dernières pages. Chaque numéro s’affiche donc en couverture avec un titre différent : Mephisto vs. the Fantastic Four pour le premier, Mephisto vs. X-Factor pour le deuxième, Mephisto vs. the X-Men pour le troisième et tout ceci se termine avec Mephisto vs. the Avengers.

Encreur, dessinateur, responsable éditorial et scénariste en plusieurs occasions, Al Milgrom s’est entouré des auteurs des séries concernées en tant que consultants et c’est Roger Stern qui ouvre le bal pour les 4 Fantastiques. Milgrom inscrit bien son récit dans la continuité en prenant soin de rappeler que le petit Franklin avait battu Mephisto dans le Fantastic Four #277 de John Byrne (voir post #1381). On peut donc penser qu’il s’agit là d’une revanche et c’est ce que le souverain des enfers fait croire à la famille de héros. Le scénariste met en place un suspense efficace (mâtiné d’une petite ambiance horrifique, toutes proportions gardées) dans les premières pages, avec une multiplication de phénomènes étranges au Baxter Building, avant une deuxième partie qui se déroule au royaume du vil tentateur.

Puisque c’est le premier chapitre d’une saga qui en compte quatre, les F.F. ne sortent hélas pas vainqueurs de ce round et ils passent ensuite le relais à Facteur-X. L’ensemble emprunte des chemins un peu trop tortueux (ce qui n’étonne pas de la part de Mephisto) et la résolution a un goût de « ah, tout ça pour ça » mais cette mini-série qui bénéficie d’une bonne partie graphique signée John Buscema et Bob Wiacek réserve tout de même de bons moments.

FANTASTIC FOUR vs THE X-MEN :

605005.SX270_QL80_TTD

Les rencontres entre les 4 Fantastiques et les X-Men ne se sont pas toujours déroulées sous les meilleurs auspices et l’intégration de Magneto dans les rangs des mutants au milieu des années 80 n’a pas arrangé les choses. Mais lorsque Kitty Pryde a besoin d’aide, le Maître du Magnétisme, toujours considéré comme un vilain, n’hésite pas à demander de l’aide au leader des Fantastiques…

La mini-série Fantastiques contre X-Men (titre du Récit Complet Marvel #20) se déroule peu de temps après le Massacre des Mutants, arc narratif qui a laissé des traces parmi les membres des X-Men. Diablo est dans le coma, Colossus est figé sous sa forme métallique et Kitty perd la cohésion de son corps et devient un ectoplasme, situation qui pourrait être réglée par la dernière invention de Red Richards. Du côté des F.F., les choses sont plus calmes…en apparence. Car le petit Franklin a des cauchemars causés par l’apparition d’un livre, le journal universitaire de son père que Sue sort d’un carton peu de temps après.

Ce qu’elle lit dans le journal cause un choc : Reed Richards aurait délibérément exposé ses amis et sa future femme aux rayons cosmiques lors du vol fatidique qui a fait d’eux les F.F… Reed sait qu’il n’aurait jamais pu faire une telle chose…mais cette révélation a pour conséquence de saper la confiance habituelle du savant, semant ainsi le trouble aussi bien dans les rangs de la famille qu’avec les mutants au désespoir face à la mort annoncée de Kitty.

Chris Claremont installe rapidement un climat de tension bien maîtrisé, les questionnements des F.F. répondant à ceux des X-Men, obligés de s’en remettre à Fatalis pour aider Kitty, signant ainsi une sorte de « pacte avec le diable ». L’aspect dramatique donne une lecture assez prenante, avec un bon portrait des différents protagonistes. Il est juste dommage que le récit s’essouffle un peu dans sa dernière ligne droite, avec une explication finale que j’ai toujours trouvé un brin expédiée. Mais la qualité graphique est là : Jon Bogdanove dépend beaucoup de l’encrage (je ne suis pas fan de ses Superman par exemple) mais en duo avec l’excellent Terry Austin, le résultat est très beau, aussi élégant qu’expressif !

FANTASTIC FOUR #334-336 :

371251.SX360_QL80_TTD

Après le court intérim de Roger Stern, Steve Englehart est devenu le nouveau scénariste des 4 Fantastiques à partir du #304. Il a écrit en tout 30 épisodes…mais la dernière ligne droite fut si compliquée (réactions des lecteurs, relations tendues avec ses responsables éditoriaux…) qu’Englehart a fini par utiliser le pseudonyme de John Harkness pour ses huit derniers numéros (il faudrait un billet entier pour résumer tout cela, j’y reviendrais peut-être dans le courant de l’année).

Ce fut une période assez médiocre pour les F.F., une intrigue confuse sur un gardien renégat qui kidnappe les Fantastiques et les remplace par des clones de sa création pour manipuler lui-même le cours des événements. J’ai feuilleté et cela m’a rappelé que c’était beaucoup trop long et guère palpitant (mais à l’époque, je ne connaissais pas les détails de la cuisine interne et ne savait pas que ce John Harkness était en fait Englehart).

À la fin du #333, Steve Englehart se met lui-même en scène en tant que John Harkness et passe le relais à, je cite, « quelqu’un de plus doué pour réparer ce bordel » . Et c’est Walt Simonson qui a pris la suite à partir du #334. Juste à temps pour ce crossover chaotique qu’était les Actes de Vengeance .

Pour son premier arc, Walt Simonson n’a pas tout de suite pris les crayons. Les trois épisodes sont illustrés assez faiblement par Rich Buckler et Ron Lim (pas non plus très bien servis à l’encrage). Simonson « range les jouets » , règle la question des F.F. diaboliques au détour d’un dialogue et s’amuse de la situation des Actes de Vengeance (une saga qui partait vraiment dans tous les sens) en lançant une horde de vilains minables contre les Fantastiques.

Bon, il y a quelques gags amusants (dont un récurrent sur les excellentes couvertures) mais l’ensemble est tout de même très anecdotique…en attendant que Simonson assure à la fois le scénario et le dessin à partir du #337.

Fantastic_Four_Vol_1_335

Fantastic_Four_Vol_1_336

Je ne connais cette période que par les Nova, donc je découvre ici les couvertures (amusantes car teintées d’ironie oui). Merci !

c est surtout l episode où Reed fait un discours contre le registration act qui n est pas adopté à l epoque.
Millar l a pas lu et Bendis non plus
Comme Hawkeye est opposé à tuer, cap ne veut pas etre un agent du shield ou du gvt…

Tout comme celles du triptyque sur les New FF :

« Complete interview with John from issue 27 of Comics Feature magazine. The uncredited interview was conducted on June 2, 1983, roughly the time that Fantastic Four 258 was on the stands, for context of when in Byrne’s career this took place. »

192612887_1559997740872550_5503028200872307766_n

191271235_1559998004205857_184524073581342538_n

192389584_1559997950872529_6176725980971597340_n

191641208_1559997920872532_1999215009225133091_n

191815276_1559998227539168_2771842802911206038_n

191894692_1559997974205860_3155449218188038103_n

190993658_1559997760872548_7321780060566585645_n

191698911_1559997780872546_5426643889489150795_n

191368552_1559998084205849_170754750779337706_n

191088816_1559998274205830_2153468126351714026_n

192453035_1559997894205868_1012838402481917995_n

191765001_1559997827539208_3209359566795875185_n

191739947_1559998150872509_5100795032426137433_n

191600111_1559998104205847_2269970168412800560_n

191053361_1559998054205852_8081291343083546954_n

191894692_1559998337539157_5380379809107508476_n

192159301_1559998317539159_1690965112741072656_n

191333906_1559998030872521_1180417170471241719_n

191183965_1559998200872504_3859739633032323506_n

191139695_1559998174205840_2818137419060500248_n

191293706_1559998257539165_8812623700174458934_n

191455453_1559997847539206_6146849880465729486_n

J’avais d’ailleurs complètement oublié qu’ils avaient déjà parlé de ce genre de loi à l’époque…

Bon, Firelord n’est que très lointainement connecté à la sphère des Fantastiques, mais rien que pour le plaisir des yeux, voici un dessin de John Byrne représentant cet ancien héraut de Galactus, en 1981 :

image

Jim

Alain delon approuve cet interview.

2 « J'aime »