1961-2021 : BON ANNIVERSAIRE LES 4 FANTASTIQUES !

Pareil. J’ai d’ailleurs découvert cette histoire dans une réédition grand format cartonnée éditée par Hachette je crois. Qui se vendait en grande surface de mémoire. Un grand moment de lecture !!

J’allais dire pareil.

Alors c’est dans Une aventure de l’Araignée : au secours des Vengeurs (qu’est-ce que je l’ai lu).
Avec Spider-Man qui boit une tasse de jus avec la Chose.

1 « J'aime »

Pour moi, c’était dans Strange Origines. Mais à l’époque, j’avais loupé le 244, dans lequel avait été réédité l’annual des Avengers…

Ouais, c’est possible que ce soit dans un vieux Strange Origines aussi. Mais le souvenir de cet album lu et relu est plus important.

1 « J'aime »

Neil Vokes :

4UTLjdbJ_0810180207321gpadd

Un côté purves

La Première Famille fête Thanksgiving (par Mike McKone) :

fantastic-four-thanksgiving-1145801

Drole de tête pour reed

image

STRANGE ORIGINES #313 :

90876

En octobre 1996, Semic a annoncé le changement de formule de Strange Spécial Origines (qui était de toute façon effectif depuis plusieurs mois) avec un titre réduit ( Strange Origines ) et l’officialisation d’une programmation plus thématique, moins tournée vers les origines des personnages. Nouvelle formule qui a fait long feu puisque l’éditeur a perdu les droits de Marvel en décembre de la même année (souvenir indélébile), faisant de ce numéro le dernier de la revue.

Le sommaire de l’ultime Strange Origines a mis les 4 Fantastiques à l’honneur avec tout d’abord un long épisode tiré de Fantastic Four Unlimited #8 signé par l’équipe créative de la série Fantastic Force , les scénaristes Tom Brevoort (avant qu’il gravisse les échelons de l’éditorial Marvel ) et Mike Kanterovich et le dessinateur italien Dante Bastianoni (au style qui m’évoque celui de son compatriote Claudio Castellini). L’histoire débute par une scène dramatique, la mort de Reed Richards aux mains de son ennemi de toujours le Docteur Fatalis (dans Fantastic Four #381, Nova 203 ). Mais l’Invisible ne croit pas au décès de son époux et elle scrute inlassablement les vidéos de la scène pour trouver un indice.

Et grâce à Scott Lang alias Ant-Man (qui faisait partie des F.F. à l’époque), Sue trouve justement quelque chose, un mince espoir auquel elle s’accroche. Le début d’une aventure qui va mener la famille dans le microverse, à Subatomica. Tom Brevoort s’inscrivait là pleinement dans l’héritage de Stan Lee et Jack Kirby, par le choix du lieu de l’action (le Micro-Monde de Fatalis !) et celui des personnages, dont le grand méchant. La dynamique entre les personnages est bonne, avec ce changement apporté par la présence d’Ant-Man, et les rebondissements ne manquent pas durant les 50 pages de cet épisode énergique (plus de pages que dans un épisode « classique » mais pas de baisse de rythme) et joliment illustré.

Si Mr Fantastic est absent de l’ Unlimited , on le retrouve dans deux histoires courtes extraites de Marvel Comics Presents . Dans la première, par Danny Fingeroth et Dennis Jensen, il tombe par hasard sur un trafic de drogue alors qu’il prenait l’air pour réfléchir sur un problème épineux. Dans la deuxième, par Mariano Nicieza et Ed Muir, il affronte Blastaar, qui a toujours son idée fixe de conquérir le monde (ambitieux alors que la « Bombe Vivante » n’a que 8 pages pour accomplir son but). Comme souvent avec MCP , ces historiettes sont ultra-anecdotiques, j’en ai lu des très mauvaises mais celles-ci sont juste dans la moyenne.

Si Strange Origines avait changé de formule, l’encyclopédie Marvel de A à Z était toujours là. Semic n’a pas pu aller jusqu’à la lettre Z puisque la toute dernière fiche publiée fut celle de Wolverine.

Steve Lightle :

lightle

Ward :

image

image

image

image

Jimbo Salgado :

image

image

image

image

image

image

Benjamin Garret :

image

image

image

Ben Harvey :

kGPbutQ9_2910212046501gpadd

s-l1600ff-copy-580x974

Marvel Novel Series No. 5: Fantastic Four, Doomsday (Pocket Books, 1979). Ninety-seventy-nine was the year of the Marvel novel. Literally. Every month saw the publication of a new book in Pocket’s Marvel Novel Series, packaged, and sometimes also written by, Len Wein and Marv Wolfman. Marv, in fact, authored one of my picks from the series, May’s Doomsday , an epic confrontation between the Fantastic Four and Dr. Doom in “a chilling tale of human endurance, and the search for life beyond death,” published under a cover by John Buscema and Pete Ledger.

Claudio Castellini :

oQjQbgZm_1506200853171sbpi

1 « J'aime »