1961-2021 : BON ANNIVERSAIRE LES 4 FANTASTIQUES !

Voilà un dessinateur que je ne connais pas bien. Et en jetant un oeil à comicsvf, il n’y a pas beaucoup de titres recensés…

Le Marvel Fanfare dont on parle ailleurs, quelques trucs liés à Aquaman… Pareil, j’ai l’impression de mal le connaître. Il semble s’être orienté vers l’illustration.

Jim

Ca sent le dessinateur de cartes à collectionner.

C’est pas lui qui dessinait Aquaman dans la revue « Les Vengeurs » d’Arédit ?

Je pense que oui.

Jim

C’était bien lui.

Il a surtout fait des illustrations de couvertures (et la liste de ses travaux dans le monde des comics n’est pas très longue… Je suppose qu’il a également travaillé dans le domaine de l’illustration au sens plus large).

Il a pas mal bossé pour DC, mais il est aussi au dessin de l’histoire des X-Men parue dans Marvel Fanfare 40 qui est présente dans le volume qui vient de sortir dans la collection Hachette dédiée aux mutants.

Tori.

FANTASTIC FOUR 242-244 :

99822

John Byrne a terminé sa première année en tant que scénariste/dessinateur/encreur de la série des 4 Fantastiques avec sa « Trilogie Galactus » ( Fantastic Four #242 à 244 ). Il y a quelques éléments qui rappellent celle de Stan Lee et Jack Kirby (les phénomènes dans le ciel qui font paniquer les New-Yorkais, le dernier acte du troisième chapitre qui prépare les intrigues suivantes…) mais ces détails mis à part, Byrne est allé dans une direction différente, amenant des surprises à chaque chapitre.

Et cela commence par la personnalité du héraut de Galactus. Car Terrax est à l’opposé du Surfer d’Argent et s’il vient sur Terre c’est pour obliger les Fantastiques à le libérer de Galactus…et il ne se contente pas de demander gentiment : celui qui fut un tyran sur sa planète natale prend New York en otage en faisant léviter l’île de Manhattan et en la propulsant dans l’espace (scènes spectaculaires à l’efficacité tout de même un brin réduite par le petit format de Nova ). Galactus était alors affaibli, nourri uniquement par les dernières réserves de son vaisseau.

Une fois le problème Terrax réglé, Galactus n’a d’autre solution que de se nourrir de l’énergie de la Terre. Le #243 est donc le lieu d’un affrontement épique entre le dévoreur de planètes et les défenseurs de l’humanité : les F.F., les Avengers et le Docteur Strange. Les héros représentatifs de New-York, Spider-Man et Daredevil, sont également présents mais ils ne peuvent qu’être spectateurs d’un tel déferlement de forces (leur apparition ne prend que trois cases et elle peut paraître inutile mais je l’aime bien car elle s’inscrit bien dans l’ampleur de l’histoire racontée qui ne pouvait échapper à l’ensemble des new-yorkais). Le combat est palpitant et là encore le final, souligné par une réplique qui renvoie astucieusement à celle de la première partie, étonne par une décision de Mr Fantastic qui aura de nombreuses répercussions par la suite.

Le #244 est raconté sous la forme d’un flashback et redéfinit complètement la relation entre Galactus et les Fantastiques. Elle montre aussi ce qui doit être l’une des pires ruptures de l’histoire des relations sentimentales de la Torche Humaine : attirée par les étoiles, Frankie Raye propose à Galactus de faire d’elle son nouveau héraut et quitte la Terre sans hésiter et sans un regard pour Johnny. Frankie n’a pas toujours été montrée sous un jour sympathique et elle est ici particulièrement froide (voir sa réplique sur « la vie de quelques insectes monstrueux qui ne comptent pas » lorsque Reed lui fait remarquer qu’elle pourrait un jour mener Galactus vers des planètes habitées).

pwnedbymjolnir

2 J'aime

La couverture de Byrne pour Fandom Confidential #1 :

16799cefd322310e36eaf383a6120a70

tumblr_n3zx5zgxv71s2u4wdo1_r1_1280

FANTASTIC FOUR #245 :

99824

Intitulé Childhood’s End en version originale (comme le roman de Arthur C. Clarke), Fantastic Four #245 débute par la participation de Sue Richards à une émission de télévision présentée par une certaine Barbara Walker qui se trouve être un pastiche de Barbara Walters, célèbre journaliste et présentatrice américaine. Le portrait qu’en fait John Byrne n’est pas vraiment flatteur (questions biaisées, manipulation de l’image)…un reflet de sa propre opinion sur ce genre de télévision ?

Pendant ce temps, quelque d’étrange se trame au Baxter Building, situation amorcée par le cliffhanger de l’épisode précédent (post #1307). Lorsqu’elle revient à la maison (le suspense est bien géré dans ces scènes à l’ambiance soignée), Sue découvre Ben et Reed inanimés et Johnny aux prises avec un étranger doté de mystérieux pouvoirs. L’homme se débarrasse aisément de Johnny et s’en prend à Sue. John Byrne continue de faire de l’Invisible le personnage principal de cet épisode, notamment avec une belle démonstration de ses pouvoirs qui contraste avec le point de vue de Barbara Walker.

Le dernier acte révèle l’identité de l’étranger de manière dramatique et intense : il s’agit du petit Franklin, dont la dernière démonstration de ses pouvoirs a déclenché cette transformation et le trouble qui a suivi. La décision que prend l’enfant pour ramener les choses à la normale (s’implanter des « soupapes psychiques » dans le cerveau pour contenir ce pouvoir qui le dépasse) sera, on le sait, temporaire mais elle a permis à Franklin de redevenir pour un temps un petit garçon…

…mais comme le titre l’indique, les choses n’étaient pas aussi simples…

087800bfa3044c515edc9cb0a0447bb4--geek-room-marvel-heroes

1 J'aime

Tiens j’avais jamais fait gaffe que c’était la même idée initialement prévue pour Jean Grey

FANTASTIC FOUR #247 :

99826

Dans la saga La Chute de Fatalis , dont le point culminant fut l’épisode 200 (voir post #1245), les 4 Fantastiques ont aidé le Prince Zorba et les combattants de la liberté latvériens à renverser Fatalis et à rétablir la démocratie (même si pour être honnête, les différents flashbacks se déroulant dans le passé de ce petit pays fictif en ont rarement donné une vision flatteuse).

Les F.F. n’en avaient pas fini avec leur ennemi de toujours (au centre de l’excellent épisode anniversaire Terreur dans une mini-ville dans F.F. #236 ) qui a réussi à réintégrer son corps dans le #246 grâce à l’intervention de ses « Doombots » . À la fin de ce numéro, les héros sont sous l’influence d’un rayon inhibiteur et ils sont bien obligés d’écouter le récit de Fatalis…et de voir ce qui est véritablement arrivé à la Latvérie depuis plusieurs mois…

Zorba n’a pas apporté la paix et suite à de multiples mauvaises décisions, le pays est livré à la misère, au chômage et au crime. La situation est telle que même les quelques personnes rencontrées dans les rues (avec la première apparition d’un garçon nommé Kristoff, qui aura son importance par la suite) avouent que les choses étaient meilleures sous le poing de fer de Fatalis. Il y avait certes la peur, mais la Latvérie était prospère. Les Fantastiques sont troublés et passent l’épisode à s’interroger sur leurs actions tout en se rangeant du côté de Fatalis presque par dépit et par réaction aux événements qui se déroulent devant leurs yeux.

À part Fatalis, il n’y a pas vraiment de vainqueurs dans cette intrigue qui fait s’effondrer certaines certitudes. Les Fantastiques ne sont même pas fixés sur le sort de Zorba…et le lecteur non plus car John Byrne a choisi une ellipse, histoire peut-être que chacun se fasse une idée. Un chapitre très intéressant, controversé et complexe !

1 J'aime

FANTASTIC FOUR #248 :

99827

Après les désillusions de l’épisode précédent, place à la fête. Les 4 Fantastiques se rendent sur la Lune, invités par leurs amis Inhumains pour célébrer le baptême de la petite Luna, la fille de Crystal et de Vif-Argent. Mais les sourires ne vont pas rester longtemps sur les visages. Les F.F. et les Inhumains assistent incrédules au vol de la Lune, attirée par un rayon tracteur dans un vaisseau aux proportions gigantesques commandé par un extraterrestre encore plus grand que Galactus lui-même !

Inspiré par une idée que John Byrne avait eue pour le comic-book Space : 1999 (un de ses premiers travaux pour Charlton Comics ), Cauchemar frappe par sa démesure, ses visuels démentiels hélas un peu à l’étroit dans le petit format de Nova . Le récit ne manque pas de très bonnes idées et de scènes accrocheuses qui poussent les personnages, et principalement Mr Fantastic dont les réflexions en sont le point central pour une raison qui sera expliquée dans le final, dans leurs retranchements.

John Byrne a concocté ici un très bon suspense, bien tendu…un cocktail de science-fiction et d’horreur très efficace avant une explication bien amenée dans la toute dernière page. Les voyages lunaires des Fantastiques ne sont jamais de tout repos !

1 J'aime

FANTASTIC FOUR #249 et 250 :

99828

Dans Fantastic Four #249 et 250 , la Première Famille affronte Superman…ou plutôt son équivalent dans la Garde Impériale Shi’Ar (modelée sur la Légion des Super-Héros de la Distinguée Concurrence), Gladiator ! Le guerrier le plus puissant de l’Empire de Lilandra se retrouve sur Terre après sa rencontre avec un vaisseau Skrull et une explosion qui l’a laissé en état de choc et déboussolé. Etranger sur une planète étrangère, Gladiator réagit par la force et dans sa paranoïa prend tout ceux qu’il croise pour un skrull, la Chose en premier.

C’est le début d’une saga en deux parties menant au #250, un épisode double anniversaire qui fait la part belle à l’action. Il est intéressant de noter que le combat aurait pu être beaucoup plus court, si le petit Franklin n’avait pas dressé dans son esprit des barrières (cf. post #1309) pour l’empêcher d’accéder à ses pouvoirs (voir la scène où l’enfant se dresse face à Gladiator). Les Fantastiques sont battus par le guerrier Strontian…et le #249 se termine par l’arrivée de personnages bien connus de John Byrne, les X-Men !

Mais sont-ce vraiment les mutants (je ne divulgâche rien, leurs répliques montrent rapidement qu’il y a anguille sous roche). L’épisode jongle avec les faux-semblants, c’est même son thème principal, et il le fait très bien, tout en assurant le spectacle. John Byrne amène deux autres guest-stars , Spider-Man (avec une case qui rend hommage à la couverture de Amazing Fantasy #15 ) et Captain America (qui était en train de dîner tranquillement avec la jolie Bernie Rosenthal), pour une aventure menée sur un rythme soutenu, avec de nombreux rebondissements, une narration dynamique et une partie graphique impeccable.

Bref, un très bon blockbuster avant un voyage en Zone Négative qui va profondément bouleverser la vie des Fantastiques pour les mois à venir…

99829

2 J'aime

Dans le vingtième numéro de Godzilla (numéro de mars 1979), les FF s’invitent :

La rencontre se poursuit dans le numéro suivant, dans lequel Reed envoie Godzilla dans la préhistoire… Mais il reviendra dès le numéro 23 (et plus grand), histoire de mettre le bazar dans New York…

Tori.

Un numéro dans lequel le Roi des Monstres affronte Devil Dinosaur…

Godzilla_Vol_1_21

FANTASTIC FOUR #251-256 :

99830

Depuis son arrivée sur le comic-book des 4 Fantastiques , John Byrne avait déjà écrit des histoires en plusieurs parties mais avec ce #251, le scénariste/dessinateur commençait un arc narratif qui se rapproche d’un modèle que l’on connait bien et qui n’était donc pas si courant à l’époque. La saga de la Zone Négative s’étend en effet sur six numéros…et c’est sans compter un final qui se déroule simultanément avec un épisode des Avengers .

Dans cette histoire, les Fantastiques redeviennent des explorateurs, dans un lieu jusque là associé à des rencontres dangereuses : la Zone Négative. Comme Ben au début du #251, on peut se demander à quoi pense Mister Fantastic…mais c’est aussi une occasion d’avoir un regard différent sur l’univers qui a donné naissance à des ennemis comme Annihilus et Blastaar. Plusieurs observateurs de la série ont remarqué que cette expédition ressemblait à une sorte de fuite pour Reed, qui venait de sauver Galactus et de recevoir un avertissement de la part de Lilandra, l’impératrice des Shi’Ar dans les pages d’ Uncanny X-Men .
Et quand on y pense, il y a peut-être quelque chose de vrai là-dedans…

Les Fantastiques vont apprendre qu’il ne faut pas se fier aux apparences tout au long de leur périple plein de rebondissements. Après un #252 raconté dans un format « à l’italienne » , j’avoue une préférence pour le #253 et l’émouvant destin des passagers de l’Espoir de Kestor. Les choses se compliquent ensuite dans le #254 et la rencontre avec le souverain de Mantracora (et c’est dans cet épisode que Reed et Sue décident d’agrandir à nouveau leur famille). Le cliffhanger est excellent et l’intensité monte encore d’un cran dans les #255 et 256, avec des aller-retours réguliers et bien gérés entre la Terre et la Zone Négative. Le suspense est palpitant et la lecture est fluide même sans avoir (re)lu l’épisode des Avengers correspondant.

Le côté dramatique est également fort grâce à l’astuce temporelle employée par John Byrne. Alors que les F.F. sont partis plusieurs mois, il ne s’est en fait écoulé que quelques heures sur Terre, temps employé par Annihilus pour montrer le bout de son vilain nez avec son plan destructeur (la fusion des univers positifs et négatifs). Alicia Masters et le petit Franklin (il est tout de même terrible de voir que Reed ne met pas tout de suite son fils dans la liste de ses priorités lors de leur retour mouvementé au Baxter Building) font partie des victimes collatérales des actes du vilain, avec des conséquences durables pour les mois à venir…

99835

1 J'aime

L’ensemble des planches originales de Fantastic Four #255 (mises en vente récemment, de quoi faire regretter l’absence d’essentials pour cette période du titre et d’autres runs de la même ère) :

1 J'aime

Le Byrne de cette époque… Sur ce titre… J’ai toujours été ultra fan (même plus que sur les X-Men, lui préférant Paul Smith) et ces images confirment mon sentiment !! C’est marrant, parce que récemment encore, ce n’était pas le dessinateur vers qui je me serai diriger pour du n&b, mais là, c’est incroyable !! Quelle maîtrise, quelle lisibilité !

1 J'aime

L’ensemble des planches originales de Fantastic Four #256 :

1 J'aime