À COUTEAUX TIRÉS (Rian Johnson)

DATE DE SORTIE FRANCAISE

27 novembre 2019

REALISATEUR & SCENARISTE

Rian Johnson

DISTRIBUTION

Daniel Craig, Chris Evans, Ana de Armas, Jamie Lee Curtis, Toni Collette, Don Johnson, Michael Shannon, Katherine Langford, Christopher Plummer…

INFOS

Long métrage américain
Genre : thriller
Titre original : Knives Out
Année de production : 2019

SYNOPSIS

Célèbre auteur de polars, Harlan Thrombey est retrouvé mort dans sa somptueuse propriété, le soir de ses 85 ans. L’esprit affûté et la mine débonnaire, le détective Benoit Blanc est alors engagé par un commanditaire anonyme afin d’élucider l’affaire. Mais entre la famille d’Harlan qui s’entre-déchire et son personnel qui lui reste dévoué, Blanc plonge dans les méandres d’une enquête mouvementée, mêlant mensonges et fausses pistes, où les rebondissements s’enchaînent à un rythme effréné jusqu’à la toute dernière minute.

knives-out-daniel-craig-600x317

knives-out-jamie-lee-curtis-600x318

knives-out-jamie-lee-curtis-cast-600x318

knives-out-toni-collette-600x320

knives-out-daniel-craig-image-600x320

La première bande-annonce :

Quel casting.

Jim

knives-4

hmmm miam

Ouais, c’est très prometteur…

Toi qui sait tout, serait-ce une adaptation d’un roman type Agatha Christie ou est-ce une histoire original lorgnant vers ce style ?

La deuxième…

merci.

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

Vu et c’est excellent. Beaucoup aimé.

Je serais moins enthousiaste que toi, pour le coup. Le film est très agréable à regarder, mais un petit peu anodin quand même.
Déjà, s’il est bien foutu et rythmé, et sa narration alerte et enlevée, le film me semble quand même un peu trop long pour son propre bien (2 h 15 quand même). Et surtout, je trouve que le film se tire des balles dans le pied en « ruinant » dans une certaine mesure certains de ses atouts-maîtres. Deux exemples : le casting est complètement démentiel, mais passé la première moitié du film il est totalement sous-exploité, le script se resserrant sur trois ou quatre persos uniquement ; d’autre part, si l’on aime la mécanique du « whodunit » (c’est mon cas), le film est un peu frustrant sur ce plan. La révélation de l’identité du ou de la coupable est bien masquée, mais c’est en soi un problème : le scénario ménage des « surprises » scénaristiques (au sens où Hitchcock définissait la surprise sur le plan narratif, en opposition totale au suspens, dans son esprit) qui empêche le spectateur d’avoir une quelconque avance sur les événements ; ça peut sembler un atout, mais ça ne l’est pas en fin de compte. Par exemple, si vous aimez bien jouer les spectateurs détectives (ce qui n’est pas forcément mon cas, mais fait partie du charme de ce type d’exercices), vous n’aurez là aucune chance d’affûter votre esprit déductif. Trop de pièces manquantes au puzzle. C’est un peu « facile », comme façon de balader le spectateur…

Rian Johnson reste un cinéaste intéressant pour moi (je fais partie de ceux qui n’ont pas détesté sa proposition sur « The Last Jedi »), mais je trouve qu’il pêche ici par manque de subtilité : il faut ainsi voir la lourdeur du message politique peu subtilement métaphorisé ici (c’est un peu l’anti-« Rambo : Last Blood », sur ce plan !!!). Certains des spectateurs attentifs à la carrière de Johnson n’ont pas manqué de relever que ce message politique (« welcome the stranger », en gros) masquait peut-être en sous-texte un commentaire du cinéaste sur ses déboires avec les fans et autres « gardiens du temple » de la franchise initiée par George Lucas. Une lecture pas forcément inintéressante, même si je dois bien avouer ne pas y avoir pensé une seule seconde durant la projection de ce « Knives Out »…

Dommage que le film se vautre un peu, car quand Rian Johnson se lâche, il peut être très bon ; la première demi-heure, celle qui fait vraiment la part belle au casting, est étourdissante dans le genre narration speed et parfaitement maîtrisée, avec ses interrogatoires montés en parallèle qui multiplie les effets de « lissage » d’une séquence à l’autre. Si le film avait été de ce niveau-là tout du long…

Le principal problème du film demeure son côté un peu anodin et inoffensif : je ne vois pas l’intérêt de le voir une deuxième fois, le film dévoilant toutes ses cartouches (allégorie politique lourdingue incluse) dès la première fois ; ce n’est pourtant pas consubstantiel au genre du « whodunit », dont les meilleurs représentants parviennent à concilier résolution « satisfaisante » d’une énigme policière et conservation d’un certain voile de mystère.
Un petit film, pas indigne et bien agréable ma foi, mais pas grand chose de plus ; j’attendais autre chose de la part de Johnson.

Moi aussi. Mais je pense que c’est sa longueur qui le tue. A force de trop vouloir en rajouter sur un plot relativement simple, on perd en efficacité ce que le film ne pouvait déjà pas avoir en originalité.

Mais j’avoue que j’ai bien rigolé quand même.

Oui, j’ai oublié d’insister là-dessus mais le film est quand même très drôle, et on sort de la salle plutôt ragaillardi, ma foi.

Au vu du box office, c’est l’un des trucs les plus sympa que j’ai vu malgré une reprise très formaté des codes de ce type de polar et le fait qu’une grande partie voir tout se trouve avant la fin du film.

Suite au succès de À couteaux tirés (environ 250 millions de dollars de recettes pour un budget de 40 millions), Rian Johnson a confirmé qu’il développe une suite qui verra Daniel Craig reprendre le rôle du détective Benoit Blanc pour une nouvelle enquête.

« Daniel had so much fun doing it, and he wants to do more, »

Très bonne nouvelle !