À L'OUEST DU PECOS (Edward Killy)

REALISATEUR

Edward Killy

SCENARISTE

Norman Houston, d’après le roman de Zane Grey

DISTRIBUTION

Robert Mitchum, Barbara Hale, Richard Martin, Thurston Hall, Rita Corday…

INFOS

Long métrage américain
Genre : western
Titre original : West of the Pecos
Année de production : 1945

Connu pour ses romans populaires qui idéalisaient l’Histoire de l’Ouest Américain, Zane Grey était en son temps l’un des écrivains de western les plus appréciés du lectorat américain (et parmi ses plus grands fans, il y avait un certain Dwight “Ike” Eisenhower). Zane Grey était si prolifique que lorsqu’il mourut en 1939, son éditeur retrouva assez de manuscrits pour publier un livre (roman et recueils de nouvelles inclus) par an jusqu’en 1963 !
Le cinéma s’intéressa bien entendu très vite à son oeuvre, qui fut adaptée en plus d’une centaine de films de série B, principalement dans les années 30 et 40 (sans oublier une série télévisée, Zane Grey Theater, diffusée entre 1956 et 1961).

Zane Grey était si célèbre que les studios capitalisaient principalement sur son nom, bien en vue sur les affiches, bandes annonces et au début de chaque générique. Certains de ses romans furent même portés à l’écran plus d’une fois : ce fut le cas de West of the Pecos, adapté par Phil Rosen en 1935 puis par Edward Killy, un spécialiste du genre qui venait de signer deux autres westerns inspirés par Zane Grey, Wanderer of the Wasteland et Nevada (déjà avec Robert Mitchum).

Après avoir enchaîné petits rôles et apparitions non créditées pendant 2 ans (et il n’a pas chômé puisqu’on le retrouve au générique de 24 films en 1943 et 1944 !), Robert Mitchum avait enfin l’occasion d’être en tête d’affiche grâce à ces petits westerns de série B, dont la durée dépassait à peine les 60 minutes et qui étaient projetés en double programme dans tous les cinémas et drive-in du pays. La même année (1945), Mitchum fut la vedette du film de guerre Les Forçats de la Gloire, qui connut un grand succès. Le long métrage de William Wellman lança véritablement sa carrière, avec de nombreux rôles mémorables à venir, notamment dans le genre du film noir.

Dans À l’ouest du Pecos, le charismatique Robert Mitchum incarne un sympathique (mais pas très physionomiste) cow-boy nommé Pecos Smith qui accepte d’escorter un colonel à la retraite, son fils et leur servante française jusqu’au ranch familial. Mais ce dont Pecos ne se doute pas, c’est que le fils est en réalité une fille, la jeune femme ayant décidé de se travestir pour ne pas être importunée par tous les Texans en rut. Le voyage ne sera pas de tout repos, car Pecos Smith est dans le collimateur de Sam Sawtelle, le chef corrompu de la milice locale…

Le scénario est archi-prévisible, mais le métrage est rondement mené : pas de temps morts durant ces 63 minutes et les ingrédients du genre (action, bastons, gunfights, chevauchées, nuits au coin du feu…) sont bien dosés. Le récit ne manque également pas d’humour, avec des situations cocasses (dont une scène en particulier au sous-texte assez savoureux pour l’époque) tournant principalement autour du travestissement du personnage joué par la jolie Barbara Hale.

Bref, les héros sont attachants, Robert Mitchum est cool et l’histoire est aussi agréable que gentillette et bien calibrée (beaucoup de westerns sortis à cette période lorgnaient du côté de la comédie pour divertir le public pendant le conflit mondial).