CAPTAIN AMERICA : FIRST AVENGER (Joe Johnston)

Je relance une discussion sur Captain America, ce qui me permettra également de donner quelques nouvelles de la suite.

[quote]REALISATEUR

Joe Johnston

SCENARISTES

Christopher Markus et Stephen Mcfeely

DISTRIBUTION

Chris Evans, Hugo Weaving, Hayley Atwell, Tommy Lee Jones, Toby Jones, Neal McDonough, Sebastian Stan, Dominic Cooper, Stanley Tucci, Samuel L. Jackson…

INFOS

Long métrage américain
Année de production : 2011[/quote]

Le tournage de la suite de Captain America commencera cet hiver pour une sortie prévue en avril 2014.
Les scénaristes Christopher Markus et Stephen McFeely rempileront. Parmi les pistes envisagées : l’AIM, Modok…et peut être le Winter Soldier. Mais ce ne sont pour le moment que des rumeurs…
Le SHIELD ne devrait pas être pas apparaître dans IRON MAN 3 et THOR 2 mais aura par contre un rôle plus important dans CAPTAIN AMERICA 2.

Joe Johnston ne sera pas de la partie. Marvel recherche un nouveau réalisateur et parmi les noms qui circulent, il y ceux de F. Gary Gray (Braquage à l’italienne), George Nolfi (L’Agence) et les Frères Russo (la série télé Community).

To be continued…

Ouf ! :smiley:

J’étais certain que tu allais dire ça :wink:

[quote=“Le Doc”]Le tournage de la suite de Captain America commencera cet hiver pour une sortie prévue en avril 2014.
Les scénaristes Christopher Markus et Stephen McFeely rempileront. Parmi les pistes envisagées : l’AIM, Modok…et peut être le Winter Soldier. Mais ce ne sont pour le moment que des rumeurs…
To be continued…[/quote]

L’ AIM et le soldat de l’hiver ouais. Modok mouais.

Judge dread ! Comment ça , c’ est pas le sujet où il faut deviner les extraits ?! Tant pis . :smiley:

[quote=“victor newman”]

commencera cet hiver pour une sortie prévue en avril 2014.
Les scénaristes Christopher Markus et Stephen McFeely rempileront. Parmi les pistes envisagées : l’AIM, Modok…et peut être le Winter Soldier. Mais ce ne sont pour le moment que des rumeurs…
To be continued…

L’ AIM et le soldat de l’hiver ouais. Modok mouais.[/quote]

Modok par Nicolas Cage. ça pourrait le faire ! :mrgreen:

Excellente idée !!!

Vous ne trouvez pas Joe Johnston compétent ??? Perso, entre lui et Jon Favreau, y’a pas photo…

J’ai du mal à comprendre ce qu’on peut reprocher au réalisateur de cet excellent film.

Ah mais moi j’adore le film et je suis très client de la filmo de Johnston, Photonik.
C’est pas le cas de Zombie…

Pareil

Oui, pardon, j’aurais dû citer Zombie, c’était à sa remarque que je réagissais… Sans avoir été emballé à mort par ce film, je trouve que Joe Johnston (à part peut-être les scènes de combat au corps-à-corps, pas renversantes) n’a pas grand chose à se reprocher.
Ses choix un peu casse-gueules sur le papier (les SFX) se sont révélés payants…

[quote=“Le Doc”]
Joe Johnston ne sera pas de la partie.[/quote]

Ah merde.

Jim

[quote=“hikaru_no_go”]

, mais c’est un film d’un bon millésime, quand même.
ah là là, captain america…
une de mes pires expériences cinéma de ces dernières années (au côté du choc des titans, et de max payne).
c’est chiant, c’est mou, c’est pas intéressant, au secours…
on y est allé à 7, et carton plein : tout le monde a regretté.[/quote]

[quote=“oligrizz”]
Pareil captain america, c’était bof comme film, c’est celui que j’ai le moins aprécié des films sur les avengers, j’irai pas le mettre au même banc que “le choc des titans” ou d’autres titres vraiment plus que déplaisant, mais je comprend pas comment il a pu plaire à autant de monde :open_mouth:[/quote]

Sérieux, là, les gars, je comprends pas.
D’une part c’est un film très bien réalisé. On sent les SFX de temps en temps, mais c’est jamais au détriment de l’histoire, et en général dans des scènes d’action, donc ça passe vite. Techniquement, c’est quand même un bel exploit, en plus d’une jolie performance d’acteur.
Ensuite, y a une vraie chouette réflexion sur le thème du héros, qui casse complètement la dimension patriotique du personnage, en jouant sur la manipulation par la propagande, et la récupération politique. C’est donc assez finement vu, ça désamorce plein d’attaques (infondées) que l’on pourrait faire au film, et ça épaissit considérablement le personnage de Steve Rogers, qui perd sa naïveté à ce moment.
Le fait de présenter le Red Skull comme le super-soldat de l’Allemagne nazie est également une manière de déconstruire le héros patriotique, puisque l’on voit que la science n’est qu’un outil de plus dans les griffes de la politique.
Parmi d’autres innombrables qualités, on signalera la lente construction du héros, qui improvise un premier bouclier avec une portière de taxi étoilée, par exemple, et qui porte diverses versions de son costume avant de trouver le bon : il se construit donc par l’expérience sur le terrain, mais également comme une sorte de patchwork qui tisse ensemble ses expériences disparates. ça aussi, c’est assez bien vu.
Enfin, le combat final est pas mal, glisse dans le surnaturel (ce qui est normal avec les énergies manipulées), et laisse encore du temps à une réelle fin tranquillement amenée, où rien n’est précipité. C’est un peu la marque de Joe Johnston, on a déjà remarqué ce soin de ne pas boucler ses films comme un voleur en fuite, voire Rocketeer ou Jurassic Park III.

Après, mais ça, c’est sans doute plus du biscuit pour les fans proprement dits, c’est un film blindé de références propre à Marvel (l’exposition où l’on voit le corps de la première Human Torch ou le prototype de voiture volante qu’utilisera le SHIELD plus tard, mais aussi la présence du père Stark ou d’Arnim Zola…). Mais c’est aussi un film qui n’est pas dupe des mythologies qu’il convoque, et qui s’amuse à jouer sur les codes (le vaisseau sous la glace, c’est un peu The Thing et un peu Alien, les dialogues du Red Skull renvoient à Indiana Jones…).
Pour moi, c’est le meilleur film de super-héros de 2011. X-Men: First Class vient juste après.

Bref, c’est un film particulièrement conscient de ce qu’il fait et de ce qu’il raconte, et de la manière dont il le raconte. Que Joe Johnston ne soit pas de la partie pour le second opus m’inquiète un peu.

Jim

Jim, tu es grand ! Respect !

Ouais, voilà, c’est tout ce que j’en pense, notamment pour les meilleures adaptations de 2011 (sauf sur l’analyse de la fin, car je ne suis pas vraiment un cinéphile accompli pour savoir juger de ça. mais j’ai beaucoup aimé la fin).

Le coup de la gestion de la propagande, c’est génial quand même (et puis la traduction française est fabuleuse !)

france-comics.com/article.ph … ticle=5409

ce n’est pas qu’une question d’action ou de sfx.
iron man, ça pète relativement peu, et pourtant j’ai beaucoup aimé.
mais là, j’ai pas accroché du tout : je me suis ennuyé, je ne suis pas rentré dans l’histoire, je n’ai pas ressenti d’empathie pour le héros, pour son devenir.
alors oui, on le voit évoluer, grandir, sûrement que c’est très bien au niveau politique, la propagande, etc, mais je n’ai pas adhéré, désolé.
pour finir, j’ai trouvé certains passages inutilement longs, alors que la scène de fin (le vaisseau + le retour au présent) j’aurai voulu en voir plus.

Pas vu celui-là, je vais peut-être finir par y jeter un œil, mais je fais gaffe aux trucs qui piquent les yeux.

Steve Rogers, gamin famélique quasi orphelin qui s’accroche en dépit de tout au rêve que porte son pays, déjà, moi, c’est un des personnages les plus touchants que je connaisse parmi les super-héros.
Et ce que je trouve courageux de la part des scénaristes, c’est d’avoir mis ce personnage somme toute fragile dans un milieu de requins, où les seuls signaux qu’on lui balance c’est “on veut que les citoyens achètent des bons pour faire marcher les usines à canons”.
Et au milieu de tout cela, malgré de purs moments de blues, des instants où il est ridiculisé, et à travers lui, son rêve aussi, il repart. Mais il est tellement honnête qu’il ne fait pas semblant. Il est face à Peggy Carter et il s’effrite.
Purée, ça, c’est un beau passage.

Et ce qui est appréciable aussi, c’est que ces moments-là tiennent exactement le même discours que Mémoires de nos pères ou que la seconde série Band of Brothers : les soldats, qu’ils partent au front ou qu’ils en reviennent, n’existent que pour la propagande. Autrement, c’est juste des noms sur des listes.
Alors certes, dans Captain America, c’est fugace, rapide, c’est pas le fond du sujet, et c’est traité sur un mode plus léger, plus moqueur, mais les scénaristes, le réalisateur et la production n’ont pas fait l’économie de ce genre de passages. Ils ont vraiment remué la merde dans le passé dégueulasse des conflits américains.
Et là, je dis chapeau.

Jim