CHARLIE CHAN AU PANAMA (Norman Foster)

MV5BMTI3ZmY2ZmQtZDk5Zi00ZGMxLWEwMGMtODJiZDU2MTI0N2FmXkEyXkFqcGdeQXVyMzg2MzE2OTE@.V1_SY999_CR0,0,656,999_AL

REALISATEUR

Norman Foster

SCENARISTES

John Francis Larkin et Lester Ziffren

DISTRIBUTION

Sidney Toler, Jean Rogers, Lionel Atwill, Sen Yung, Kane Richmond…

INFOS

Long métrage américain
Genre : suspense
Titre original : Charlie Chan in Panama
Année de production : 1940

Le Panama, nid d’espions ! Un saboteur menace de faire sauter le canal, empêchant ainsi la progression de la flotte des Etats-Unis. Charlie Chan collabore avec le gouvernement pour mettre la main sur ce dangereux espion connu sous le nom de Reiner…et un nouveau groupe de suspects apparaît avec l’arrivée d’un hydravion au port de Balboa, district de la ville de Panama…

Lorsque je regarde ces murder mysteries, je ne cherche pas à chaque fois à identifier qui peut être le tueur. J’aime bien aussi me laisser porter par l’histoire et me faire surprendre…et même si la révélation peut être un peu (beaucoup) tirée par les cheveux, la démonstration de Charlie Chan est tellement convaincante que je me laisse avoir. Par contre ici, je me suis dit au bout de quelques minutes que le saboteur pouvait être la personne la plus improbable de la distribution…et j’ai eu raison…

Premier des quatre Charlie Chan de l’année 1940, Charlie Chan au Panama est une bonne entrée de la longue série des enquêtes du détective sino-hawaïen (d’après les spécialistes de la série, la qualité a commencé à baisser quand la FOX a vendu les droits au petit studio Monogram Pictures après Castle in the Desert en 1942) : le décor de l’histoire donne une sympathique touche exotique à l’ensemble, les péripéties ne manquent pas (les scénaristes font un bon usage de la concision du métrage) et l’intrigue réussit toujours le bon équilibre entre suspense et humour.

La distribution secondaire est solide et comme souvent on retrouve des visages employés dans différents rôles d’un film à l’autre, comme par exemple Lionel Atwill (acteur régulier des Universal Classic Monsters), vu ensuite dans La Croisade Meurtrière, et Kane Richmond (qui sera The Shadow dans trois longs métrages en 1946) qui était déjà dans Charlie Chan à Reno en 1939.

1 J'aime