COMICS / FRANCO-BELGE / MANGA : Quelle différence ?

Ca veut juste dire que tu t’intéresses moins aux super héros non ? Pour moi Image, c’est comme lire de la franco belge à quelques codes près. (en gros : le rapport qualité prix est meilleur + découapge en épisode)

[quote=“Blackiruah”]

Ca veut juste dire que tu t’intéresses moins aux super héros non ? Pour moi Image, c’est comme lire de la franco belge à quelques codes près. (en gros : le rapport qualité prix est meilleur + découpage en épisode)[/quote]

Pour moi Image c’est du comics. Le super-héros n’est qu’un genre du comics comme la SF ou autre. Perso j’aimerais bien que le FC fasse aussi bien que les rifains en termes d’intrigues et de dialogue.

[quote=“KabFC”]

Ca veut juste dire que tu t’intéresses moins aux super héros non ? Pour moi Image, c’est comme lire de la franco belge à quelques codes près. (en gros : le rapport qualité prix est meilleur + découpage en épisode)
Pour moi Image c’est du comics. Le super-héros n’est qu’un genre du comics comme la SF ou autre. Perso j’aimerais bien que le FC fasse aussi bien que les rifains en termes d’intrigues et de dialogue.[/quote]

Effectivement, c’est un peu plus que quelques codes qui font que je préfères nettement le comics au FB, même si je me dis souvent que je ferais mieux de rééquilibrer un peu les choses. Il y a des tas de trucs en FB qui me tentent et que je ne lis pas. C’est moins le cas pour le comics. Quant à la place du super-héros dans mes lectures, c’est vrai qu’elle est réduite à la portion congrue. C’est sans doute dû en partie au fait qu’avec l’âge, j’ai envie d’autre chose, vu que le genre a du mal à se renouveler. Mais c’est aussi beaucoup à cause de l’évolution du paysage. Ca fait longtemps que Marvel ne produit plus que quelques pépites sporadiques au milieu d’un marasme de redites plus ou moins stéréotypées. DC était un peu plus intéressant mais ce n’est plus la cas. Je ne lis presque plus rien du DCU. Avec Vertigo qui a la tête sous l’eau, c’est la Bérézina. Reste Dark Horse que je lis pas mal avec des rééditions de qualités, du Mignolaverse et quelques autres bricoles. Et surtout, il y a Image qui est devenu the place to be pour les jeunes auteurs comme pour les gros calibres bien installés. C’est la maison aux courants d’air frais. Que du bonheur !

Lisant également pas mal de séries Image et beaucoup de Franco Belge (de tous horizons), je suis plus mitigé. Image sort quand même énormément de séries et mini séries aussitôt lues aussitôt oubliées, souvent très banales finalement dans leurs genres respectifs. Alors c’est vrai que de temps à autre y a une perle qui sort du lot, mais de là à tout plébisciter il y a un pas que je ne franchirais pas.

Image ne pratiquant pas de filtre à l’entrée, ils publient forcément du bon et du moins bon. Donc, je n’irais pas non plus jusqu’à tout plébisciter. Mais, de fait, l’espace de liberté qu’ils offrent fait germer pleins de nouveaux talents (avec leur dose de fraicheur, de générosité, mais aussi leurs défauts de jeunesse) et permettent aux auteurs installés d’être plus aventureux (et meilleurs) qu’ailleurs.

La grosse différence entre toi et moi, mon ami, c’est notre volume de lecture. Tu es trois classes au dessus de moi, ce qui veut dire que tu ratisses bien plus large avec le meilleur et aussi le moins bon. Moi, je suis plus sélectif par nécessité (faute de temps) et, au jeu de l’écrémage sévère, Image sort très nettement du lot par rapport aux autres éditeurs.

[quote=“Blackiruah”]

Ca veut juste dire que tu t’intéresses moins aux super héros non ? Pour moi Image, c’est comme lire de la franco belge à quelques codes près. (en gros : le rapport qualité prix est meilleur + découapge en épisode)[/quote]

Cette remarque sur le franco-belge (je dis “le”, tu dis “la”… C’est pas mal, “la franco-belge”, au final…) ne me semble ni dénuée de sens ni infructueuse. D’autant plus qu’en franco-belge, l’assimilation de codes étrangers existe depuis longtemps (Vatine a intégré l’esthétique comics très tôt dans son travail, mais Aquablue #4 témoigne aussi de la manière d’une la franco-belge peut absorber des codes manga : ça remonte à plus de vingt-cinq ans, quand même !). Aujourd’hui, en franco-belge, on a des tas d’auteurs qui piochent dans les comics, à la fois en ce qui concerne les codes visuels mais aussi, désormais, les genres (le super-héros pénètre la production album, d’Idoles à Sentinelles en passant par Des Dieux et des hommes et bien entendu par tout le corpus de Lehman…).
Ça pioche à droite et à gauche, et dans les deux sens, si bien que les différences formelles entre les deux écoles tendent sinon à s’écrouler, du moins à s’affaiblir, à perdre de leur pertinence.
Personnellement, je continue à m’ennuyer face à une grande partie de la production franco-belge, mais comme il y a beaucoup de trucs comics qui m’ennuient également, sur ce plan-là aussi, la différence me semble moins marquée.
:wink:
Après, il me semble que d’un strict point de vue formelle, en terme de production (ou de post-production), les comics ont encore une longueur d’avance. Le moindre des comics développe une approche du lettrage plus riche que certaines BD franco-belges dites haut de gamme. Le lettrage, le bullage, l’onomatopée, la couleur comme outil narratif, bref, toute cette dimension purement formelle, qui relève de la post-production d’une certaine manière, donnent aux planches un lustre, une allure et un soin évidents. Et ça fait la différence.
En tout cas, ça le fait pour moi, ça me donne l’impression que les auteurs sont conscients des outils qu’ils manipulent et qu’ils tentent d’en tirer profit. Ce que je ne ressens pas en lisant du franco-belge, où tout est lettré et bullé de la même manière, où aucun effort n’est accordé à la bande-son ou à la couleur.

C’est un discours que l’on peut tenir également sur le franco-belge, production où le mainstream côtoie la BD dite “d’auteur” (dieu que je déteste cette appellation, mais bon, c’est pour situer…). Le mainstream franco-belge, c’est quand même aussi beaucoup de séries banales, formatées et oubliables.

Cela dit, pour en revenir à Image, c’est quand même intéressant de voir que la boîte profite du succès de quelques titres extrêmement vendeurs pour mettre en place une structure permettant d’accueillir des projets avec une vraie prod. Ça en fait un acteur intéressant du marché.

Jim

[quote=“Jim Lainé”]
Après, il me semble que d’un strict point de vue formelle, en terme de production (ou de post-production), les comics ont encore une longueur d’avance. Le moindre des comics développe une approche du lettrage plus riche que certaines BD franco-belges dites haut de gamme. Le lettrage, le bullage, l’onomatopée, la couleur comme outil narratif, bref, toute cette dimension purement formelle, qui relève de la post-production d’une certaine manière, donnent aux planches un lustre, une allure et un soin évidents. Et ça fait la différence.
En tout cas, ça le fait pour moi, ça me donne l’impression que les auteurs sont conscients des outils qu’ils manipulent et qu’ils tentent d’en tirer profit. Ce que je ne ressens pas en lisant du franco-belge, où tout est lettré et bullé de la même manière, où aucun effort n’est accordé à la bande-son ou à la couleur.

Jim[/quote]

Le titre de la Fabrik Comics de Delcourt, Bad Ass, en est le parfait exemple. Surtout quand tu regardes sa version américaine !

[quote=“Jim Lainé”]Après, il me semble que d’un strict point de vue formelle, en terme de production (ou de post-production), les comics ont encore une longueur d’avance. Le moindre des comics développe une approche du lettrage plus riche que certaines BD franco-belges dites haut de gamme. Le lettrage, le bullage, l’onomatopée, la couleur comme outil narratif, bref, toute cette dimension purement formelle, qui relève de la post-production d’une certaine manière, donnent aux planches un lustre, une allure et un soin évidents. Et ça fait la différence.
En tout cas, ça le fait pour moi, ça me donne l’impression que les auteurs sont conscients des outils qu’ils manipulent et qu’ils tentent d’en tirer profit. Ce que je ne ressens pas en lisant du franco-belge, où tout est lettré et bullé de la même manière, où aucun effort n’est accordé à la bande-son ou à la couleur.[/quote]

Je me suis fait la réflexion en comparant certaines planches des X-Men parues chez Lug et les mêmes dans les intégrales Panini… On sent la différence entre les deux lettrages… Sans parler des pages de titres de certains épisodes, pour lesquelles on voit que Panini a dû passer beaucoup moins de temps à travailler la graphie du titre.
Pour les effets sur les textes et les phylactères, c’est vrai qu’en FB, c’est assez “neutre”, comme si tout le monde parlait de la même façon (on a juste parfois un peu de gras, une taille différente, et des bulles de forme différente selon que le personnage crie, parle ou pense, mais ça s’arrête là), sans parler du fait que c’est presque toujours la même police qui est utilisée.
Il y a probablement des exceptions, cela dit.
Alors que dans le manga, comme dans le comics (mais je connais mieux l’exemple du manga), la forme du phylactère est utile (dans certains titres, chaque personnage à sa forme de caractère… Ce qui permet de savoir qui parle, même s’il est hors-champ) et parfois aussi sa propre police de caractères (les caractères sont très rarement lettrés à la main, hors onomatopées, mais la gamme de police est variée tout de même, même s’ils utilisent tous principalement la même)… Quant aux onomatopées, je crois que le manga les utilise très largement, et joue avec.

Tori.

Edit : concernant le manga, je parle des éditions japonaises : Pour les versions traduites, c’est beaucoup moins vrai.

[quote=“Tori”]Pour les effets sur les textes et les phylactères, c’est vrai qu’en FB, c’est assez “neutre”, comme si tout le monde parlait de la même façon (on a juste parfois un peu de gras, une taille différente, et des bulles de forme différente selon que le personnage crie, parle ou pense, mais ça s’arrête là), sans parler du fait que c’est presque toujours la même police qui est utilisée.
Il y a probablement des exceptions, cela dit.[/quote]

Je confirme qu’il y a des exceptions. Je pense en particulier au traitement par bulles différentes ou typographies différentes réalisé par Christin et Mézières dans la série Valérian (plus pour marquer des accents je pense car il semble y avoir une langue commune entre les peuples de l’espace) ou les façons de parler différentes voulues par Goscinny et Uderzo dans la série Astérix (voir comment parlenet les bretons). Mais ce sont des BD déjà anciennes ou très anciennes.

Je crois que les éditeurs de FB ne sont pas prêts à payer des lettreurs (déjà qu’il ne doit plus y avoir de relecture au vu des fautes de français de plus en plus fréquentes). D’autre part les lecteurs de FB ont été nourris avec cette typographie unique et des personnages parlant tous le français ou le néerlandais et je ne suis pas sûre qu’ils accepteraient facilement des lettrages “bizarres”. Après tout, personne ne semble étonné que Tintin parle avec n’importe qui dans n’importe quel coin du monde sans problèmes.

Jack!, je te promets que j’arrête de polluer la conversation.
Je suis venue lire les échanges parce que j’avais entendu parler de la Comic Con depuis longtemps et que j’étais curieuse de savoir ce qui s’y passait.
Tous les échanges m’ont beaucoup intéressé. J’ajoute que plusieurs comics annoncés me tentent beaucoup… pour dans 2 ou 3 ans quand ils seront en français (s’il le sont) puisque je ne suis pas suffisamment bonne anglophone pour les originaux. Il y a une qualité de graphismes dans certaines annonces que je trouve fabuleuse et des scénarios prometteurs.

Je crois que la partie comics de ma collection risque de gonfler dans les années à venir.

Merci pour toutes ces infos.
ginevra

[quote=“Tori”]…] Quant aux onomatopées, je crois que le manga les utilise très largement, et joue avec.

Tori.

…][/quote]

Pour ceux qui aiment les onomatopées, je recommande chaudement la série The Incredible Hercules par Greg Pak & Fred Van Lente, et de suivre ce lien. :wink:

Tant qu’à faire j’ai déplacé le sujet comme ça on ne polluera plus le boulot monstre de Jack !

Tu as oublié un post d’artemus qui me répondait.

Tori.

[quote=“Tori”]

Tu as oublié un post d’artemus qui me répondait.

Tori.[/quote]

Oui j’étais en train de le faire en parallèle ^^

Et on pourra continuer à réfléchir sur cette excellente question hors de toute actualité.
Très bonne idée !

Jim

On pourrait ajouter les mangas, dans l’intitulé de la discussion ?
Dans le dernier Kaboom, il y a une interview d’Eiji Ôtsuka très intéressante, où il explique la différence de traitement des cases entre l’Europe et le Japon (statique en Europe, dynamique au Japon : le temps s’écoule entre les cases dans la BD, mais à l’intérieur de celles-ci au Japon), mais j’aurais du mal à en résumer le contenu de façon suffisamment claire…

Tori.

[quote=“Jim Lainé”]).
Ça pioche à droite et à gauche, et dans les deux sens, si bien que les différences formelles entre les deux écoles tendent sinon à s’écrouler, du moins à s’affaiblir, à perdre de leur pertinence.
[/quote]

moi qui lit autant des 2 je sens de moins en moins de différences en bien comme en mal parce que comme toi

[quote=“Jim Lainé”]).
Personnellement, je continue à m’ennuyer face à une grande partie de la production franco-belge, mais comme il y a beaucoup de trucs comics qui m’ennuient également, sur ce plan-là aussi, la différence me semble moins marquée.
[/quote]

[quote=“Tori”]On pourrait ajouter les mangas, dans l’intitulé de la discussion ?
Dans le dernier Kaboom, il y a une interview d’Eiji Ôtsuka très intéressante, où il explique la différence de traitement des cases entre l’Europe et le Japon (statique en Europe, dynamique au Japon : le temps s’écoule entre les cases dans la BD, mais à l’intérieur de celles-ci au Japon), mais j’aurais du mal à en résumer le contenu de façon suffisamment claire…

Tori.[/quote]

Je n’ai pas lu cette interview, mais je pense (pour avoir lu des commentaires il y a de longues années) que c’est en partie lié à la pagination : la décomposition du mouvement, par exemple, est impactée. On prend souvent l’exemple du coup de poing, qui serait représenté par une seule case chez les Occidentaux (souvent, l’instant juste après l’impact, quand le poing est encore en mouvement mais que l’homme frappé est déjà dans le recul et la chute), mais par plusieurs cases chez les Orientaux (départ du mouvement, impact, case post-impact, chute du frappé…).
Mais là encore, ça tend à se flouter, tout cela, et si cette analyse était très pertinente dans les années 1990, elle l’est moins aujourd’hui.
Notamment par l’émergence en force de la décompression (les premiers exemples de décompression dans les comics, c’est le Ronin de Miller, mais c’est avec Authority notamment, et Warren Ellis en général, que ça s’est généralisé).
Mais aussi parce que la case unique de l’approche occidentale a varié. On peut très bien avoir en guise de case unique un gros plan sur le poing qui s’écrase sur le visage. On peut aussi très bien avoir une ellipse sur le coup de poing, et n’avoir qu’une case où le frappé est à terre et se frotte la joue. Dans Locke & Key, Rodriguez joue pas mal là-dessus, montrant l’amorce du mouvement, puis profitant d’une ellipse pour montrer les conséquences du coup.
Mais il est clair que la pagination manga permet une autre approche du temps, et de l’ellipse, et du tempo. Et la publication feuilletonnante, souvent hebdomadaire, joue aussi beaucoup : les fumetti disposent aussi d’une grosse pagination (100-110 pages), mais sur un rythme mensuel, donc du coup, le rapport quantité / prix est différent. Et c’est à prendre en compte, toujours.

Jim

Dans le même numéro de Kaboom, Jacques Martin (dans des propos recueillis entre 1996 et 2002) explique que la direction du journal Tintin demandait de montrer les coups qui partent, mais jamais ceux qui arrivent (Hergé prétendait apparemment que ça faisait plus mal ainsi).

Tori.

Je lis des comics en VO et en VF. Mais une des raisons pour lesquelles je prends plein de VO, quitte à racheter des choses, c’est que les VF sont infiniment moins riches en termes de lettrages que les VO. Il y a un appauvrissement général, que je ne m’explique pas réellement. Le prix des polices à acheter ? Sérieux, c’est pas si cher, une police. Des questions de droit ? Ça m’étonnerait. Je crois plutôt que c’est une incurie générale, une espèce d’ambiance pas perfectionniste, qui se retrouve un peu partout dans le pays. On fait tout comme les autres, mais en moins bien, en moins poussé. C’est l’exemple des panneaux de texte dans The Artist : ils ne sont pas allés chercher une police d’époque. Pas d’effort sur la typographie, quoi.
(C’est une des raisons pour lesquelles je porte League of Extraordinary Gentlemen aux nues : c’est à cause du travail de fourmi fait sur la typographie…)

Jim

Puisqu’on parle de typo, je me permets de mettre un lien vers des itws de lettreurs français que nous avions fait sur France Comics.
france-comics.com/rubrique.p … brique=386

(à titre perso, j’avais pris un pied monstre à communiquer avec ces personnes. Encore merci à eux !)