DARK AVENGERS t.1-2 (Brian Michael Bendis / Mike Deodato)

Liens :
Le site de l’éditeur: www.paninicomics.fr
La page facebook de l’éditeur: www.facebook.com/PaniniComicsFrance

a évité au possible.

Quand j’ai dis la même chose que toi sur la page FB de Panini, je me suis fait tailler en pièce dans les commentaires…

Je me demande bien pourquoi ? Il y a des fans de Bendis sur la franchise Vengeur là-bas ? Ca fait un moment que j’en ai pas vu un.
Va falloir que j’y aile.

Non parce que cette série est tout bonnement mauvaise, c’est une sorte de Freedom Force en moins bien, avec des personnages qui apparaissent et disparaissnet comme par magie, aucun travail développé et comme le reste des vengeurs ils passent leur temps à bouffer.

Ah, moi j’ai bien aimé le principe et la gestion de Dark Reign. La meilleure période de Bendis sur la franchise.
Après, mettre Dark Avengers en Deluxe sans rien d’autre, c’est inutile.

Le principe de Dark Reign est une bonne idée, mais comme toujours la réalisation n’est pas au top et puis pour DA, c’est quand même mauvais on s’ennuie à mort et c’est un peu le bronx.

Noh-Varr qui se barre comme ça, les intrigues sans grand intérêt (hormis celle avec l’homme molécule et encore la fin est assez mauvaise).

De Dark Reign, je retiens :

  • Dark Reign Made Men
  • la bataille Punisher/Dark Wolverine
  • les Thunderbolts
  • l’énorme story-arc de la fuite de Tony Stark dans Iron Man
  • l’impact sur les New Avengers
  • Dark Avengers : Ares
  • Dark Reign : Fantastic Four
  • Dark Reign : Lethal Legion
  • Dark Reign : Zodiac
  • Doctor Voodoo
  • New Avengers : The Reunion
  • plusieurs one-shots de Dark Reign The List : Avengers, Punisher, Wolverine, Spider-Man
  • le premier story-arc de Dark Avengers

Globalement, les séries principales ne m’ont pas passionné mais j’ai aimé l’extrême liberté des auteurs sur les mini-séries et sur les personnages ultra secondaires et vilains. Frank Tieri est mon auteur favori pour ce genre d’exercice.

Dark avenger n’est pas pour moi le pire de bendis sur la franchise, les mighty et l’entre civil war / secret de new avenger m’ont bien plus endormi.

Dans dark il y avait une certaine ambiance de réussie, des scènes sympas, j’ai bien accroché au perso de l’assistante. Bon aprés ça reste du bendis avec un suivi des persos des plus aléatoire.

Je suis d’accord. Mais est-ce que le fait que ce soit moins pire fasse que le truc soit bien ? :mrgreen:

(même si je n’ai pas trouvé ça si désagréable, faut remettre en perspective aussi. Mais tout dépend du référentiel !)

Ca c’est toujours mieux que si c’était pire! :mrgreen:

Dark Avengers, c’est plutôt une bonne idée, normal elle est de Warren Ellis (ses “New Thunderbolts” ; d’ailleurs, anecdote cocasse rapportée par Bendis dans un Comic Box : il demande la permission à Ellis d’utiliser son idée à plus grande échelle, et le barbu lui répond : “fais ce que tu veux, je m’en fous”. Comme ça c’est clair !). Le casting était pas mal (y compris le nouveau perso de Hand, effectivement).

Et comme d’habitude avec Bendis, le traitement par-dessus la jambe a tout gâché : casting pas exploité correctement (seul Osborn et Bullseye, un peu Moonstone semblent intéresser Bendis ; quant à Noh-Varr, je ne sais pas quels étaient les plans initiaux de Bendis le concernant, mais à mon avis il ne sait pas non plus), narration ultra-méga-hyper décompressée (les arcs sont looooongs comme un jour sans pain). A sauver un Deodato commençant à devenir réellement impressionant (malgré quelques petites expérimentations foireuses, avec des cases de traviole donnant des effets de perspective ratés de chez ratés, sur l’arc avec Morgane)…

Curieusement, moi aussi, c’est ce que j’ai le plus aimé (ou le moins détesté) du travail de Bendis sur les Vengeurs, peut-être justement du fait du cast, car du coup on ne sent pas trop la trahison de l’esprit d’origine du titre… Et quelques épisodes mémorables quand même (qui restent en mémoire, hein, pas qui sont transcendants, je veux dire) comme la mise en place de l’arc sur l’Homme-Molécule, même si la fin est foirée quand même…

Tiens, ta réflexion sur Noh-Varr me fait penser que c’était la même chose pour Sentry : une idée de départ oubliée à force de traiter autre chose et une improvisation sur la fin pour virer le personnage et régler la situation dans laquelle s’est glissée l’auteur.

Tout à fait, j’aurais pu citer l’exemple de ce personnage. Dans le cas de Noh-Varr, c’est pire, on a même pas eu de conclusion, et on a même eu une couv’ (Venom coursant Noh-Varr) qui n’avait aucun rapport avec le contenu de l’épisode. Pas terrible niveau coordination…

En effet avec noh-varr c’est pire je trouve.

Disons qu’entre le concept d’origine de sentry et ce que bendis en a fait il y a un lien : un superman schizo. Mais en ce qui concerne noh-varr, on se demande bien quelles raisons poussent bendis à s’occuper de ce personnage avec un tel acharnement.
Il s’y intéresse dans ses épisodes sur les illuminati, puis avec les dark avenger et enfin les avenger actuel mais à chaque fois c’est pour éliminer ce qui faisait l’intérêt du perso : de rebelle punk génial et puissant à alien naïf et limite gogol. Quel intérêt ?

Pourquoi aller chercher un perso si tout ce qui en fait la singularité n’intéresse en rien le scénariste?

J’imagine que certain diront que c’est à l’image de son run sur la franchise, mais pour le coup de noh-varr je reste vraiment perplexe sur les intentions d’origines.

Un crossover de légende:
http://img201.imageshack.us/img201/1589/disneyavengers.jpg

Sinon,ce sont de bons personnages fort mal exploités.

Hélas…

J’avoue avoir bien aimé le cross sur Utopia. Mais bon, la gestion des X par Fraction sur cette période me faisait du pied.
Pour le reste … j’ai pas spécialement de souvenirs marquants de leurs aventures ou de quelque chose à en retirer.

Moi, j’aime bien quand un auteur se pose la question de savoir ce qui fait la spécificité de son titre et de ses persos, et qu’il écrit ses scénars’ en conséquence…
En l’occurrence, l’idée de faire jouer les héros par des criminels parmi les pires, incognito, a un gros potentiel. Bon c’est pas neuf, et Busiek l’a déjà fait avec ses Thunderbolts au début de la série. L’intérêt c’est de tirer parti de cette situation pour faire quelque chose d’intéressant.

A mon avis, Bendis n’y arrive qu’à un moment, c’est l’arc avec l’Homme-Molécule.

Les hommes d’Osborn se retrouvent dans une situation inédite pour eux : ils doivent affronter un adversaire incroyablement puissant, aux pouvoirs d’envergure cosmique. Les vrais Vengeurs (ou les Fantastiques) sont les spécialistes de ce genre de situation et savent comment les gérer sans céder à la peur.
Là, les Vengeurs de Osborn font tout ce qu’ils ne faut pas faire, en quelque sorte : ils paniquent, sont dépassés, tentent de négocier avec l’ennemi, et se rendent même, très rapidement… Tous ce que les authentiques héros ne feraient jamais… J’ai trouvé ça bien vu de la part de Bendis, qui jongle avec les codes de ce genre de récit “larger than life”, en les inversant pour souligner la petitesse de ses “héros”, au lieu de les glorifier. C’est aussi les épisodes où il donne le plus d’épaisseur à Hand (son orientation sexuelle).

C’est malheureusement le seul moment où Bendis traite correctement son sujet à mon sens. De plus, il foire la fin, les motivations de l’Homme-Molécule paraissent faiblardes, et la fin trop confuse.

La critique par Blackiruah est disponible sur le site!

Lire la critique sur Superpouvoir

526907_10151282959699648_466509400_n

sa sera l’ultime tome publié, non?