DOWNTON ABBEY (Michael Engler)

Après les 6 saisons de la série télévisée, l’histoire de Downton Abbey se poursuivra au cinéma en 2019.

DATE DE SORTIE FRANCAISE

25 septembre 2019

REALISATEUR

Michael Engler

SCENARISTE

Julian Fellowes

DISTRIBUTION

Allen Leech, Michelle Dockery, Elizabeth McGovern, Maggie Smith, Tuppence Middleton…

INFOS

Long métrage britannique
Genre : drame historique
Année de production : 2019

SYNOPSIS

Non communiqué.

Le premier teaser :

C’est une suite ?
(déjà que je trouve que les épisodes étaient très riches, un film entier … ?)

Oui, c’est bien la suite de la série…

Nom de Zeus.

Premier aperçu :

downtonabbeyew1-600x400

downtonabbeyew2-600x400

downtonabbeyew3-600x400

downtonabbeyew4-600x900

downton-abbey-movie-poster-1-408x600

downton-abbey-movie-poster-2-408x600

downton-abbey-movie-poster-3-408x600

downton-abbey-movie-poster-4-408x600

Vraiment hâte d’être en septembre pour retrouver tout ce petit monde. Rien que de voir les images je replonge direct dans l’univers de la série.:heart_eyes:

La bande-annonce :

Wouhouhouhou, rooohhhh, aaaahhhhhhhh

Un vrai plaisir de découvrir cette bande annonce. Petits frissons et même soupçon de larmichettes rien qu’a découvrir les images et entendre à nouveau Carson ou la Comtesse douairière.

En fait, ce sera bien téléfilm de luxe.

Pourquoi « téléfilm » ? Il ne sort pas au ciné ?

Si. Mais à voir la bande annonce, ça aurait été un téléfilm que cela ne m’aurait pas choqué.

Ah, ok.

Parce qu’il n’y en a que pour les chats sur ce forum…:wink:

V1_SY1000_CR0%2C0%2C675%2C1000_AL

V1_SY1000_CR0%2C0%2C674%2C1000_AL

Pour les fans de la série tout est là, un bon gros épisode de 2h d’au revoir, un vrai petit régal.

Ah cool, même si j’en doutais pas.

Quel régal.
Et quel plaisir de retrouver tout ce petit monde, qui a parfois un peu changé depuis la fin de la série (quatre ans d’écart, je crois). Les dialogues sont succulents, les ellipses toujours bienvenues (même si le rythme soutenu des deux heures fait que certaines sont un peu abruptes et qu’on n’a pas le temps de s’attarder sur un dilence significatif), les moyens cinématographiques mettent en valeur les décors (la longue introduction du générique est sublime, portée par une musique qui tarde à se lancer et qui fait durer le plaisir).
Et le tout constitue à la fois un parfait résumé et une conclusion élégante à la série. Spectacle formidable.

jim