GOLIATH ET L'HERCULE NOIR (Mario Caiano)

MV5BZjYzMDRiMDctNmFhOS00NmEyLTk3ZTQtNzZmOWYxYTQxYzRmXkEyXkFqcGdeQXVyNDUxNjc5NjY@.V1_FMjpg_UX1000

REALISATEUR

Mario Caiano

SCENARISTES

Gian Paolo Calegari et Albert Valentin

DISTRIBUTION

Gordon Scott, Ombretta Colli, Gloria Milland, Mimmo Palmara, Serge Nubret…

INFOS

Long métrage italien/français
Genre : aventures
Titre original : Goliath e la schiava ribelle
Année de production : 1963

Sur le podium des héros musculeux de l’âge d’or du péplum, il y avait Hercule, Maciste et Goliath. Les acteurs ancien culturistes défilaient mais les deux premiers gardaient la même fonction : demi-dieu fils de Zeus pour Hercule et redresseur de torts surgissant à différentes époques dès qu’on a besoin de lui pour Maciste. Goliath (rien à voir avec la bible) était par contre un personnage un peu plus « interchangeable », sans véritable souci de cohérence entre ses apparitions cinématographiques. Maciste fut même souvent renommé Goliath au cours des exploitations américaines de ses exploits…et pour ajouter à la confusion, Goliath est appelé le « fils d’Hercule » dans certains titres alternatifs U.S. de Goliath et l’Hercule Noir !

hqdefault

Ancien Tarzan, le robuste Gordon Scott n’a incarné Goliath qu’à une seule reprise dans sa carrière européenne. Il fut Maciste dans Maciste contre le Fantôme et Le Géant à la cour de Kublai Khan et sera Hercule deux ans plus tard dans Hercules and the Princess of Troy. Ici, Goliath est un guerrier au service du souverain de Lydie. Le petit royaume a toujours été neutre, mais il se retrouve pris dans le conflit qui oppose Alexandre au perse Darius. Goliath favorise une alliance avec Alexandre mais des traîtres à la cour pactisent avec les Perses…

L’intrigue est aussi classique que bien menée, avec son lot d’action, de costumes colorés, de colosses aux muscles saillants, de rebondissements, de coups de poignards dans le dos…les héros sont vaillants, les femmes sont très belles et les méchants très, très méchants. Du péplum basique mais correctement emballé par Mario Caiano (qui avait débuté en 1962 avec le divertissant Ulysse contre Hercule) malgré l’évident manque de moyens (le réalisateur a du piocher dans des stock-shots pour illustrer une grande bataille).

MV5BM2I0OWJmZTMtYWEzMS00ZWNhLWI1MDktZmIwY2FjNTAwYmRlXkEyXkFqcGdeQXVyMzI5NDcxNzI@.V1_FMjpg_UX1000

Bonne petite série B fauchée, Goliath et l’Hercule Noir a été copieusement charcuté par le distributeur français pour la sortie dans notre pays. En effet des 1h45 initiales, il ne reste plus que 1h21 pour les copies V.F. existantes. La question du rythme a été privilégiée…mais plusieurs ellipses dans le déroulement du récit se remarquent facilement suite à ces coupes sauvages.

Le titre original peut se traduire par « Goliath et l’Esclave Rebelle ». En France, c’est devenu Goliath et l’Hercule Noir pour privilégier le personnage secondaire de Milan, joué par le guadeloupéen Serge Nubret, impressionnant culturiste apparu pour la première fois sur grand écran l’année précédente dans l’excellent Les Titans de Duccio Tessari. Et avoir Goliath et Hercule dans le même titre a du jouer dans la promotion du long métrage à l’époque…

1 « J'aime »