HERCULES AND THE PRINCESS OF TROY (Albert Band)

herc_princess_04

REALISATEUR

Albert Band

SCENARISTES

Larry Forrester et Ugo Liberatore

DISTRIBUTION

Gordon Scott, Paul Stevens, Mart Hulswit, Diana Hyland, Gordon Mitchell…

INFOS

Téléfilm américain/italien
Genre : action/fantastique
Année de production : 1965

Après sept années passées à interpréter Tarzan, le Seigneur de la Jungle créé par Edgar Rice Burroughs, dans 5 longs métrages et un téléfilm (Tarzan et les Trappeurs), Gordon Scott suivit l’exemple de ses compères acteurs/culturistes et partit travailler en Italie. Suite au succès des Travaux d’Hercule avec Steve Reeves, la demande en héros aux muscles et aux pectoraux saillants était forte et encore maintenant, des noms comme Steve Reeves, Gordon Scott, Reg Park, Kirk Morris, Brad Harris, Dan Vadis ou Mark Forrest résonnent avec bonheur aux oreilles des nostalgiques du Cinéma de Quartier.

Hercules_and_the_Princess_of_Troy_1965

Gordon Scott fit donc l’essentiel de sa courte carrière en Europe et enchaîna une quinzaine de films sur une période de 7 ans, en s’illustrant principalement dans le péplum (mais pas que, il fut aussi Zorro dans Zorro et les 3 Mousquetaires et Buffalo Bill dans Buffalo Bill, le héros du Far-West).
Entre 1958 et 1965, ce fut l’âge d’or du péplum dit « musculeux », dont des personnages comme Hercule, Maciste et Goliath sont les plus illustres représentants. Véritables super-héros de l’Antiquité, ils combattent les forces du mal, tyrans et autres monstres mythologiques, avec leur force surhumaine.
Mais comme tout courant du cinéma d’exploitation, celui-ci finit par s’essoufler et cette mode prit fin vers la moitié des années 60.

S’il joua dans dix péplums au cinéma, Gordon Scott n’eut véritablement l’occasion de personnifier le demi-dieu Hercule que lors de sa dernière percée dans le genre…et ce fut sur le petit écran. Hercules and The Princess of Troy est en fait le pilote d’un projet de série, collaboration entre les U.S.A. et l’Italie.
Hercule, secondé par le jeune Ulysse et le sage Diogène, voyage vers la cité de Troie, où des jeunes vierges sont régulièrement offertes en sacrifice à un monstre marin. Quand la Princesse Diana, l’héritière officielle du Trône Troyen actuellement détenu par son oncle Petra (qui n’a absolument pas l’intention de céder son pouvoir), est sélectionnée pour être jetée en pature au monstre, Hercule doit combattre la créature…et les hommes de Petra…pour la sauver.

HerculesSeaMonster2

Une histoire très classique donc, réalisée avec efficacité par Albert Band, le père de Charles Band, l’un des rois de la série B et Z U.S. (Puppet Master, Doctor Mordrid…). Les rebondissements sont bien amenés, le format court de 47 mn évite les temps morts et Gordon Scott campe un Hercule solide et charismatique. Avec un budget TV étriqué, le spécialiste des effets spéciaux Carlo Rambaldi (E.T., King Kong) a créé un chouette Craignos Monster (qui aurait bien eu sa place dans une production A.I.P. de Roger Corman) et il faut toute la détermination de Gordon Scott pour faire croire à leur combat acharné.

Ce pilote ne trouva finalement pas preneur et le projet de série fut donc abandonné, les héros en jupette et sandales ne faisant déjà plus recette en 1965. Le péplum fut remplacé progressivement par le western spaghetti au box-office et le film suivant de Gordon Scott fut d’ailleurs un western, Les Forcenés, pour lequel il fut à nouveau dirigé par Albert Band.

[quote=“Le Doc”]…]Suite au succès des Travaux d’Hercule avec Steve Reeves, la demande en héros aux muscles et aux pectoraux saillants était forte et encore maintenant, des noms comme Steve Reeves, Gordon Scott, Reg Park, Kirk Morris, Brad Harris, Dan Vadis ou Mark Forrest résonnent avec bonheur aux oreilles des nostalgiques du Cinéma de Quartier.

…][/quote]

Je confirme. :wink:

Bon sang tu as exhumé toutes tes K7 VHS pour nous écrire toute cette série d’articles ? :wink:
Et tu as consulté toute ta collection de Midi-Minuit, Starfix autres Mad Movies. :smiley:

Quel éclectisme !

Je suis tombé dans une marmite de pelloches de série B quand j’étais petit… :wink:

Très sympa cette série d’article Le Doc, c’est une époque que je connais très peu et je me coucherais donc moins bête ce soir ! :smiley: