GREEN ARROW t.1-5 (Jeff Lemire / Andrea Sorrentino) + INTÉGRALE

[quote]GREEN ARROW tome 1
*Scénario: Lemire Jeff – Dessin: Sorrentino Andrea
Public: Ado-adulte – à partir de 12 ans
Genre: Action,Super-héros
Collection: DC Renaissance
Date de sortie: 11 juillet 2014
Pagination: 208 pages
ISBN: 9782365773584
Prix: 19.00 €

Oliver Queen est l’héritier d’une fortune colossale qu’il utilise pour financer la croisade de son alter ego :le justicier masqué Green Arrow. Mais tout ceci vole en éclats le jour où l’assassin Komodo s’en prend à ses plus proches alliés et lui révèlent les secrets sur la disparition de son père.
(contient : Green Arrow #17- 24 + 23.1 : Count Vertigo)*[/quote]

[size=200]LA DISCUSSION SUR LA SÉRIE EN V.O.[/size]

Liens:
Le site de l’éditeur : www.urban-comics.com
La page facebook de l’éditeur : www.facebook.com/UrbanComics

Il sont où les 1 - 16 ? Ca correspond à Green Arrow - Year One ?

Le #17 marque l’arrivée du nouveau scénariste, Jeff Lemire, qui change l’orientation de la série. En la rapprochant, quand même, de l’ambiance du show TV si populaire, et en faisant table rase des précédents numéros (très irréguliers, sans vraie direction, avec beaucoup de mauvais épisodes et une version creuse et chiante du personnage), l’auteur relance véritablement le titre.
C’est quasiment un véritable relaunch, mais en gardant la numérotation.

Pas besoin d’avoir lu les précédents numéros, on peut se lancer très facilement et c’est plutôt très bon.

edit : benwawe m’a devancé

non, les épisodes précédents ne sont pas publiés.

Ayant très mauvaise et visiblement pas aux gouts de urban, ils sont sautés et la série est publiée en kiosque comme en librairie qu’à partir de sa reprise par jeff lemire.

Je l’ai en kiosque et je n’arrive quasiment jamais à finir un épisode et encore quand j’ai la motivation pour le commencer.

Inintéressant, surtout lorsqu’on pense au perso pré52.

Pourtant y avait moyen d’en faire, même rajeuni, un gaucho militant.

je viens de me relire le marvel boy de momo.

Ca c’etait du perso jeune bien décidé à tout faire péter.

J’aurais vraiment aimé voir la suite de cette série par les auteurs d’origines.

Ca n’est pas l’orientation de la série. On a, clairement, perdu le Green Arrow “de gauche”, vindicatif et désireux de changer la société.
Là, on a un Green Arrow plus proche de la série Immortal Iron Fist, de Brubaker et Fraction, avec des clans, des thèmes, des groupes mystiques et des quêtes un peu mythologiques.

C’est différent. Je ne sais pas si je préfère, mais j’aime bien lire ça, aussi.

Et c’est justement ça qui m’intéresse vraiment. C’est bien d’innover des choses sur un personnage au lieu de toujours faire une imitation du passé, non?

l’imité ? non. Le réinterpréter, l’approfondir, y ajouter des choses ? oui

mais l’amoindrir ?

Pourquoi ça amoindrirait le personnage, si on étend son univers ? Au contraire, l’auteur ouvre de nouvelles portes et si c’est aussi marquant que l’immortal Iron Fist, alors je ne peux que me frotter les mains.

le personnage a singulièrement perdu en terme de personnalité quand même.

Passer de forte tête politisée à boys band new age, y a comme un gâchis.

Ah bah là je ne peux guère te répondre vu que je ne l’ai pas lu, j’en reparlerai une fois fait. C’est juste que toujours respecter une caractérisation, on finit par toujours avoir la même chose, innover est une chose qui me plait bien plus.

Après, n’oublions pas que le Green Arrow gauchiste est quelque chose qui a été inventé au début des années 1970, soit environ trente ans après la création du personnage. C’était donc déjà, en son temps, une réécriture en profondeur (voire une trahison, selon l’angle qu’on choisit). Ensuite, cette version, qui doit énormément à Neal Adams (tant pour le look que pour la personnalité), n’a pas donné grand-chose : O’Neil et Adams n’ont pas tellement la place pour en faire grand-chose, Elliot S! Maggin tente d’en faire un homme engagé mais il ne dispose que de quelques back-ups, Bob Haney en fait un collectionneur désœuvré et malchanceux guidé par l’appât du gain (en gros, un énorme contresens)… et il faudra attendre Mike Grell, soit une quinzaine d’années plus tard, pour que le militant gauchiste interventionniste prenne racine.

Ensuite, la série actuelle a connu seize mauvais épisodes. Je les ai lus. C’est nul. Par ci par là une bonne idée, un bon personnage, mais majoritairement des dessins moyens, des dialogues piteux, des intrigues sans queue ni tête, au milieu desquels surnagent un personnage vidé de toute substance, redevenu le playboy milliardaire de l’Âge d’Or, en version “héritier de la fortune familiale”, et pour tout dire inintéressant.

Jeff Lemire est arrivé, a tout secoué, et ça donne un truc avec un grand suspense, des cliffhangers sympas et surprenant, un bon rythme (le premier arc, quoique très dynamique, est le plus “mou”, ça envoie du bois après).
Il reprend plein de choses du passé (Shado, Butcher, le Comte Vertigo, Richard Dragon), mais revues et corrigées, si bien que même les vieux lecteurs sont surpris, et il développe des intrigues et des concepts nouveaux.
Moi, j’ai fait une comparaison qui me semble intéressante : c’est assez proche des deux runs de Frank Miller sur Daredevil. On y trouve la chute du héros qui perd tout (très “Born Again” dans l’approche), mais on y trouve également l’idée de castes de combattants d’élite, qui ne sont pas sans (me) rappeler Stone, Stick, Star et tous les autres. Le mentor aveugle, ça ne trompe pas.
Personnellement, je trouve que c’est actuellement l’une des meilleures séries DC. Bien réalisée, bien racontée (Sorrentino utilise le langage BD pour faire passer des tas de choses), avec un personnage qui gagne en épaisseur et en charisme, un casting intéressant, et des enjeux qui vont croissant. C’est un des trucs que je lis tous les mois avec un grand plaisir, et avec l’envie de savoir la suite (ce qui est bon signe).
Visiblement, y a encore plein de gens qui n’ont pas découvert (parce que c’est pas en album, gnagnagna…). Ces gens-là ont tort, mais heureusement, voilà une chance de se rattraper.

Jim

En même temps, pour un arc envoyer du bois … C’est la cible d’une série d’archers :mrgreen:

[quote=“Jim Lainé”]Après, n’oublions pas que le Green Arrow gauchiste est quelque chose qui a été inventé au début des années 1970, soit environ trente ans après la création du personnage. C’était donc déjà, en son temps, une réécriture en profondeur (voire une trahison, selon l’angle qu’on choisit). Ensuite, cette version, qui doit énormément à Neal Adams (tant pour le look que pour la personnalité), n’a pas donné grand-chose : O’Neil et Adams n’ont pas tellement la place pour en faire grand-chose, Elliot S! Maggin tente d’en faire un homme engagé mais il ne dispose que de quelques back-ups, Bob Haney en fait un collectionneur désœuvré et malchanceux guidé par l’appât du gain (en gros, un énorme contresens)… et il faudra attendre Mike Grell, soit une quinzaine d’années plus tard, pour que le militant gauchiste interventionniste prenne racine.

Ensuite, la série actuelle a connu seize mauvais épisodes. Je les ai lus. C’est nul. Par ci par là une bonne idée, un bon personnage, mais majoritairement des dessins moyens, des dialogues piteux, des intrigues sans queue ni tête, au milieu desquels surnagent un personnage vidé de toute substance, redevenu le playboy milliardaire de l’Âge d’Or, en version “héritier de la fortune familiale”, et pour tout dire inintéressant.

Jeff Lemire est arrivé, a tout secoué, et ça donne un truc avec un grand suspense, des cliffhangers sympas et surprenant, un bon rythme (le premier arc, quoique très dynamique, est le plus “mou”, ça envoie du bois après).
Il reprend plein de choses du passé (Shado, Butcher, le Comte Vertigo, Richard Dragon), mais revues et corrigées, si bien que même les vieux lecteurs sont surpris, et il développe des intrigues et des concepts nouveaux.
Moi, j’ai fait une comparaison qui me semble intéressante : c’est assez proche des deux runs de Frank Miller sur Daredevil. On y trouve la chute du héros qui perd tout (très “Born Again” dans l’approche), mais on y trouve également l’idée de castes de combattants d’élite, qui ne sont pas sans (me) rappeler Stone, Stick, Star et tous les autres. Le mentor aveugle, ça ne trompe pas.
Personnellement, je trouve que c’est actuellement l’une des meilleures séries DC. Bien réalisée, bien racontée (Sorrentino utilise le langage BD pour faire passer des tas de choses), avec un personnage qui gagne en épaisseur et en charisme, un casting intéressant, et des enjeux qui vont croissant. C’est un des trucs que je lis tous les mois avec un grand plaisir, et avec l’envie de savoir la suite (ce qui est bon signe).
Visiblement, y a encore plein de gens qui n’ont pas découvert (parce que c’est pas en album, gnagnagna…). Ces gens-là ont tort, mais heureusement, voilà une chance de se rattraper.

Jim[/quote]

C’est exactement ce que je pense, je n’aurais pas dit mieux!

La critique par Blackiruah est disponible sur le site!

Lire la critique sur Comics Sanctuary

Je ne sais pas si c’est à ce point une des raisons de cette publication (et des deux autres que tu cites). Parce que derrière, il y a quand même la logique “d’auteur” de l’éditeur. Faire le Green Arrow Year One, c’est privilégier le nom de Diggle et de Jock, qu’on retrouve ailleurs dans leur catalogue. Faire les épisodes d’O’Neil et Adams, ça répond à l’exigence patrimoniale de l’éditeur, au même titre que les Fourth World de Kirby.
Là, c’est un peu la même chose : ils développent le nom de Jeff Lemire. Ils croient en lui à la fois pour ses produits “de commande” (hé, ils ont fait ses Justice League Dark…) et ses produits “auteur”.
La série Arrow (est-elle déjà diffusée en France, d’ailleurs ?) n’est qu’un épiphénomène, selon moi.

Zactement.
Encore une preuve que l’argument du “je n’ai pas lu la série depuis le début, je ne vais rien comprendre” n’en est pas un.

[quote=“Blackiruah”]Amis amateurs de la série « Immortal Iron Fist » (Marvel), vous l’aurez compris, le scénariste réalise un travail similaire, qui m’a rappelé de bons souvenirs sans toutefois faire du plagiat.
Ajoutons que ce premier volume est très mouvementé, l’action est toujours présente, et l’intrigue autour de ces totems est réellement palpitante.[/quote]

Pour ma part, je rapprocherai cela surtout du run de Frank Miller sur Daredevil. Voire des deux runs. Ce que Lemire propose s’inspire de Miller. Les différents clans m’ont tout de suite évoqué Stone, Stick, Star et les autres. De même, l’arrivée d’une femme fatale détentrice de secrets et incarnations d’un passé pensant, c’est emprunté à Elektra. Enfin, la chute du héros, jusqu’à l’explosion de son “chez lui”, ça provient directement de Born Again. Le rapport au corps, aux sens trompeur, à l’équilibre, voire à l’archerie, ça renvoie aussi à Daredevil #177 (l’épisode intitulé en VF “Tempête sous un crâne”).

Carrément.

Ouais, enfin bon, comparer avec Camuncoli, qui dessine à la règle des personnages raides et inexpressifs…

T’inquiète pas, c’est meilleur.

Jim

La saison 2 passe en ce moment sur Canal +.

Et François Hercouët a tout de même évoqué l’influence des séries TV dans l’une des ses interviews :

[quote]Par exemple, nous avons publié Green Arrow Année Un et testé son accueil en espérant nous appuyer sur la popularité de la série télé. Et le résultat est très satisfaisant. Dans le même esprit, nous serons attentifs à ce qu’il se passe autour de la série Flash, qui est un spin-off de la série Arrow. Il y aura d’autres exemples dès cet automne avec la validation récente de plusieurs séries tirées du catalogue DC/Vertigo (Flash, iZombie, Gotham, Constantine, et plus tard Preacher sur AMC). Reste à regarder tout ça et à réfléchir à la meilleure façon d’avancer notre programme.
[/quote]

Canal + payant, en terme de population, ça représente beaucoup ?

Jim

Environ 10 millions d’abonnés, je dirais. Peut-être un peu plus, peut-être un peu moins, parce que je sais qu’il y a eu une baisse des abonnements du groupe Canal (les chaînes Canal, CanalSat, la VOD) ces dernières années, et je n’ai pas les derniers chiffres.

Et puis il ne faut pas oublier le téléchargement qui représente aussi une part du public que la série a en France…

Pour la diffusion de la saison 1 sur une chaîne gratuite, ça devrait se faire à la rentrée, je crois…

Ah oui, quand même.
C’est beaucoup plus que ce que j’imaginais.

Jim