IDOLES t.1-3 (Mathieu Gabella / Emem)

Discutez de Idoles

Gabella, un auteur que je surveille depuis cette série !
Le dessin est perfectible, mais j’ai beaucoup aimé l’histoire !

Une fulgurance dans le genre super-héros, l’un des meilleurs trucs post-Authority, selon moi.

Jim

Dans une France futuriste rongée par le fascisme au pouvoir et abrutie par la télé-réalité, elle-même de plus en plus violente), le gouvernement construit son propre groupe de super-héros, qu’il envisage comme une vitrine idéologique.

idoles01

Issus pour la plupart d’expériences qui ont plus ou moins mal tourné, ces surhommes vivent dans un bunker souterrain, n’intervenant qu’à la commande. Le Vétéran est le seul de ces héros qui ait une régulière activité publique, nettoyant violemment les quartiers difficiles sous les yeux de centaines de milliers de téléspectateurs fascinés par ce spectacle.

idoles01planche_46749

Dans le bunker, en revanche, les “expérimentés” accumulent traumatismes sur traumatismes, leurs transformations étant aussi mal vécues que leur inaction. C’est d’ailleurs l’enjeu principal de ce triptyque à l’équilibre parfait, qui se concentre essentiellement sur ce petit groupe incontrôlable, et non sur les menaces qu’ils sont censés affronter.

idoles02

“Crescendo” est le titre du deuxième volet, mais c’est aussi le rythme général impulsé aux trois tomes. Les personnages, tenus en laisse, finissent par s’échapper dans un élan nihiliste dont les conséquences sont néfastes aussi pour leurs maîtres.

idoles02planche_55110

La série est sortie entre 2005 et 2007, un peu avant la grande vague de super-héros et la création de séries “à la française”. Privilégiant un format plus classique, le récit a la bonne idée de prendre le genre par surprise, en s’attachant à faire de la “politique fiction” avant tout. C’est plutôt astucieux, et ça nous vaut l’une des plus épatantes interprétations du thème en provenance du monde franco-belge.

Idoles3_30092007_115429

Je ne sais pas si elle a eu le succès qu’elle méritait, mais la série a permis de mettre le scénariste Mathieu Gabella et le dessinateur Emem en lumière. Le premier est actuellement aux commandes de la série Le Bourreau (qui a son lot de références super-héroïques aussi) et le second illustre en ce moment Renaissance, une formidable série de SF débutée récemment chez Dargaud. Deux auteurs à suivre.

idoles03p_67374

Jim

Après Idoles, Gabella avait enchaîné avec La Licorne (4 tomes), que j’ai également beaucoup aimé.

Pas lu.

Jim