LA COURSE AU TRÉSOR (Norman Tokar)

REALISATEUR

Norman Tokar

SCENARISTES

David Swift et Rosemary Anne Sisson, d’après le roman de Michael Innes

DISTRIBUTION

Jodie Foster, David Niven, Helen Hayes, Leo McKern…

INFOS

Long métrage américain/britannique
Titre original : Candleshoe
Genre : comédie/aventures
Année de production : 1977

Née en 1962, Jodie Foster a pour ainsi dire passé sa vie devant les caméras. Dès l’âge de deux ans, elle tournait déjà dans des publicités avant d’apparaître pour la première fois dans une série télévisée à six ans. Elle a ensuite enchaîné les rôles, devenant l’une des plus populaires enfants-stars des années 70. Jodie Foster alternait aisément les personnages difficiles (comme dans Taxi Driver de Martin Scorsese et La petite fille au bout du chemin de Nicolas Gessner) et les films plus familiaux, comme en témoignent ses quatre collaborations avec les studios Disney.

Jodie Foster a d’abord joué aux côtés de Michael Douglas dans Napoléon et Samantha en 1972, puis dans Un petit indien en 1973, dans Un Vendredi dingue, dingue, dingue en 1976 (le Freaky Friday originel, remaké en 2003 avec Lindsay Lohan et Jamie Lee Curtis) et enfin il y a eu cette Course au Trésor en 1977, inspiré par le roman Christmas at Candleshoe de Michael Innes publié à l’origine en 1963.

Dans La Course au Trésor, Jodie Foster joue Casey, une adolescente rebelle et débrouillarde, une orpheline très garçon manqué ballottée entre divers foyers et qui vit de menus larcins dans les rues de New-York. Un jour, ses tuteurs la refilent contre une centaine de dollars à Harry Bundage (l’éternel second rôle Leo McKern, vu notamment dans Le Lagon Bleu et Ladyhawke), un escroc qui souhaite se servir d’elle pour son nouveau coup. Il fait passer Casey pour l’héritière perdue du manoir de Candleshoe, disparue des années auparavant…

Casey doit convaincre la propriétaire des lieux, Lady St.Esmund, sa supposée grand-mère, et chercher la trace du trésor des Candleshoe sans éveiller les soupçons du majordome et des autres occupants des lieux, des orphelins recueillis par la vieille dame. L’exposition est un peu longuette mais peu à peu une bonne dynamique s’installe entre la jeune fille récalcitrante et les pensionnaires de Candleshoe. L’aspect « chasse au trésor » est assez divertissant, avec recherches d’indices dans des endroits comme la bibliothèque et le cimetière.

Si l’ensemble reste très prévisible dans son déroulement (pas vraiment de surprises à l’horizon), cette aventure familiale reste aussi légère que charmante, notamment grâce à sa distribution (Jodie Foster affichait déjà une belle présence à l’écran, la vénérable Helen Hayes est très touchante et David Niven est excellent en majordome plein de ressources) et à un dernier acte mouvementé, avec une bonne dose d’action et d’humour.

Derrière la caméra, on retrouve une signature habituelle de la maison Mickey, le réalisateur Norman Tokar, à qui l’on devait déjà, entre autre, Quatre bassets pour un danois et Le Cheval aux sabots d’or et qui a terminé sa carrière l’année suivante avec Le Chat qui vient de l’espace (il nous a quittés en 1979 à l’âge de 59 ans).

1 J'aime

Candleshoe a été adapté en strips dans les Treasury of Classic Tales. Par Carl Fallberg/Al Stoffell et Richard Moore.

img

Tiens, je ne connaissais pas ce film, mais tu m’as donné envie de le voir.
C’est sorti en DVD ?

Tori.

Je ne sais pas. En tout cas, je n’ai pas trouvé d’infos là-dessus. Perso, je regarde tout ça sur Disney +