La poésie

Ayant constater un certain intérêt pour cet art chez certains membres, j’ai décidé d’ouvrir un sujet sur la poésie.

On peut parler ici de nos poètes favoris, des poèmes qui nous ont émus aux larmes. Bref de poésie.

Et si certains membres veulent partager leurs poèmes, c’est tout à fait possible. :wink:

Bonjour,
pour continuer notre discussion entamée, ailleurs, je migre.

Je suis tombée dans la poésie toute petite (autrement dit il y a longtemps :laughing: ) en me plongeant dans de gros livres de Victor Hugo dont un qui m’avait passionné : La légende des siècles.
Puis il y a eu les fables de La Fontaine qui restent d’une actualité extraordinaire encore de nos jours (relisez “les animaux malades de la peste”).

J’aime bien les anthologies qui permettent de grappiller par ci, par là et ainsi de découvrir des auteurs nouveaux.

Note à Cryptkeeper : toi qui aimes la poésie “Ophélie” de Rimbaud, je pense que tu connais cette peinture du préraphaélite anglais, John Everett Millais : fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Si … is_003.jpg
Le destin tragique d’Ophélie a inspiré plein de peintres aux talents variés…

Cordialement
Ginevra

Je ne suis pas un spécialiste de John Everett Millais , mais , oui , je connaissais cette toile ( très belle ) . En peinture , je n’ y connais vraiment pas grand chose . Mes goûts vont de Delacroix à Bosch ( oui , c’ est spécial ) , en passant par Giger ( spécial aussi ) , Anne Stokes ( anglaise , style fantasy et gothique ) , Victoria Frances ( espagnole , style gothique et vampirique ) . Ces deux demoiselles étant des peintres actuelles ( Giger aussi ) . Voilà quelques exemples .

Anne Stokes ( c’ est ma housse de couette , recto/verso :smiley: ) :
ironshod.deviantart.com/gallery/ … 4#/d20vei8
ironshod.deviantart.com/gallery/ … 8#/d1ptglf

Victoria Frances ( deux de mes coussins :smiley: ) :
imalbum.aufeminin.com/album/D200 … 1050_L.jpg
victoriafrances.es/images/ga … 717892.jpg

Mon poète étranger préféré , William Butler Yeats :

    He wishes for the cloths of Heaven

Had i the heaven' s embroidered cloths ,
Enwrought with golden and silver light ,
The blue and the dim and the dark cloths
Of the night and light and the half-light ,

I would spread the cloths under your feet :
But i , being poor , have only my dreams ;
I have spread my dreams under your feet ;
Tread softly because you tread on my dreams . 



Lui qui aurait voulu pouvoir offrir le Ciel


Si je possédais les parures des cieux ,
Tissées de lumière d' or et d' argent ,
Les étoffes bleues et pâles et sombres
De la nuit , du jour et du crépuscule , 

Je jetterais ces tapis à tes pieds :
Mais , pauvre , je n' ai que mes rêves ; 
Et ce sont mes rêves jetés à tes pieds ; 
Alors avance d' un pas léger car c' est mon âme que tu foules .


    La traduction n' est pas une traduction officielle . Dans le recueil de Yeats , que je possède , elle est légèrement différente de celle-ci .

Le poème qui m’ a fait découvrir & aimer Baudelaire :

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l’horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l’Espérance, comme une chauve-souris,
S’en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D’une vaste prison imite les barreaux,
Et qu’un peuple muet d’infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

  • Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
    Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,
    Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,
    Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

Mon édition de " Les Fleurs du Mal " & quelques illustrations de Carlos Schwabe ( en plus ) : post612668.html#p612668 .

On t’a reconnu bien caché que tu es derrière ton avatar ! Ah sacré Hank McCoy !!! :wink:
[size=50]Pour ce qui est de la poésie, je conseillerai toute l’oeuvre du maître: Gogol 1er, poète, barbare, prophète !!! ^^[/size]
[size=85]Oui, oui, je connais la sortie… ^^[/size]

[quote=“Zombie”]

On t’a reconnu bien caché que tu es derrière ton avatar ! Ah sacré Hank McCoy !!! :wink:
[size=50]Pour ce qui est de la poésie, je conseillerai toute l’oeuvre du maître: Gogol 1er, poète, barbare, prophète !!! ^^[/size]
[size=85]Oui, oui, je connais la sortie… ^^[/size][/quote]

:laughing: :laughing: :laughing: :laughing:

[quote=“CryptKeeper”] Anne Stokes ( c’ est ma housse de couette , recto/verso :smiley: ) :
ironshod.deviantart.com/gallery/ … 4#/d20vei8
ironshod.deviantart.com/gallery/ … 8#/d1ptglf

Victoria Frances ( deux de mes coussins :smiley: ) :
imalbum.aufeminin.com/album/D200 … 1050_L.jpg
victoriafrances.es/images/ga … 717892.jpg[/quote]

Je comprends mieux tes choix d’avatars… Tu fais parfois des cauchemars la nuit ?? :wink:
Je connaissais au moins Victoria Frances parce que j’ai plusieurs de ses mini-puzzles et que j’ai craqué sur un grand que je n’arrive pas à terminer… Il y a beaucoup de noir dans mon puzzle.

La poésie est bien ce qu’il y a de plus difficile à traduire… D’ailleurs je ne l’aurais pas traduit exactement comme toi…

Il suffit de penser aux multiples traductions de Jabberwocky ou de “la chasse au snark” de Lewis Carroll où s’ajoutent la difficulté des jeux de mots.

J’ai plusieurs éditions des fleurs du mal ou des oeuvres poétiques de Rimbaud depuis les livres de poche à de gros beaux livres.
Mon “Les fleurs du mal” est illustré par Odilon Redon (Eberling). Ce site livraddict.com/biblio/book.php?id=3084 a répertorié 27 éditions!!
Mon Rimbaud est illustré par divers peintres symbolistes (Eberling).
J’ajoute les poésies de François Villon illustrées par Dubout.

Ginevra

J’avais oublié dans les poètes que j’aime Guillaume Apollinaire dont voici “Mai” (c’est de saison!)- tiré de Alcools :

Le mai le joli mai en barque sur le Rhin
Des dames regardaient du haut de la montagne
Vous êtes si jolies mais la barque s’éloigne
Qui donc a fait pleurer les saules riverains.

Or des vergers fleuris se figeaient en arrière
Les pétales tombés des cerisiers de mai
Sont les ongles de celle que j’ai tant aimée
Les pétales flétris sont comme ses paupières

Sue le chemin du bord du fleuve lentement
Un ours un singe un chien menés par des tziganes
Suivaient une roulotte traînée par un âne
Tandis que s’éloignait dans les vignes rhénanes
Sur un fifre lointain un air de régiment

Le mai le joli mai a paré les ruines
De lierre de vigne vierge et de rosiers
Le vent du Rhin secoue sur le bord des osiers
Et les roseaux jaseurs et les fleurs nues des vignes.

J’aime le côté musical de ce poème.

Bonne nuit
Ginevra

Ils sont chouettes mes avatars :laughing: . Non , ça va . :mrgreen:
Nom de Zeus ! Il y a des années que je n’ ai pas fait de puzzles . Allez , courage .

Cette trad n’ est pas de moi . :smiley: Par contre , je ne sais plus d’ où je le tiens .

C’ est déjà pas mal tout ça .

C’ est vrai que des oeuvres qui jouent autant avec les mots doivent être des casse-têtes pour les traducteurs .

C’ est un bon début de liste . Je vais aussi poster petit à petit ce que j’ aime bien . Mettre quelques poèmes , et , pourquoi pas , lâcher des illustrations qui vont avec certains textes .

Verlaine :

Mon rêve familier

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon cœur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? - je l’ignore.
Son nom? je me souviens qu’il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L’inflexion des voix chères qui se sont tues.

[quote=“CryptKeeper”]les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir …]
Est-elle brune, blonde ou rousse ? - je l’ignore.
Son nom? je me souviens qu’il est doux et sonore[/quote]

Verlaine qui parle de bière, c’est quelque chose, quand même ! ~____^

Tori.

:laughing: :laughing: :laughing: :laughing: C’ est une question d’ interprétation . Et , toi , tu préfères quelles bières ?

Tori, fais attention avec le sens qu’un gardien de la crypte peut donner au mot bière… :laughing:

Ginevra

Bien trouvé . :laughing: :laughing: :laughing:

Bien vu !

Aucune : je n’aime pas ça !

Pour revenir au thème de la poésie, les poètes que j’aime sont :
Villon, Jean de Meung, La Fontaine, Ronsard, Pétrarque, Couté, Brassens, Desnos, Prévert, Rimbaud, …
Mais j’aime aussi les poèmes de Kipling, Carroll, Twain, Chaucer, …

J’en oublie sûrement.

Tori.

Et voilà, mon topic sur la poésie s’est transformé en topic sur les discussions de bar…

J’aime bien les poèmes de Prévert comme :

Le Cancre

Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le coeur
il dit oui à ce qu’il aime
il dit non au professeur
il est debout
on le questionne
et tous les problèmes sont posés
soudain le fou rire le prend
et il efface tout
les chiffres et les mots
les dates et les noms
les phrases et les pièges
et malgré les menaces du maître
sous les huées des enfants prodiges
avec les craies de toutes les couleurs
sur le tableau noir du malheur
il dessine le visage du bonheur.

Pour faire le portrait d’un oiseau

Peindre d’abord une cage
avec une porte ouverte
peindre ensuite
quelque chose de joli
quelque chose de simple
quelque chose de beau
quelque chose d’utile
pour l’oiseau

Placer ensuite la toile contre un arbre
dans un jardin
dans un bois
ou dans une forêt
se cacher derrière l’arbre
sans rien dire
sans bouger…

Parfois l’oiseau arrive vite
mais il peut aussi bien mettre de longues années
avant de se décider

Ne pas se décourager
attendre
attendre s’il le faut pendant des années
la vitesse ou la lenteur de l’arrivée
de l’oiseau n’ayant aucun rapport
avec la réussite du tableau

Quand l’oiseau arrive
s’il arrive
observer le plus profond silence
attendre que l’oiseau entre dans la cage
et quand il est entré
fermer doucement la porte avec le pinceau
puis
effacer un à un les barreaux
et ayant soin de ne toucher aucune des plumes del’oiseau
faire ensuite le portrait de l’arbre
en choisissant la plus belle de ses branches
pour l’oiseau
peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
la poussière du soleil
et le bruit des bêtes de l’herbe dans la chaleur de l’été
et puis attendre que l’oiseau se décide à chanter

Si l’oiseau ne chante pas
c’est mauvais signe
mais s’il chante c’est bon signe
signe que vous pouvez signer
alors vous arrachez tout doucement
une des plumes de l’oiseau
et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

Tu as raison Moga-chan, revenons à la poésie. Merci pour tes poèmes de Prévert.

Je connais mal l’oeuvre de Supervielle, mais j’avais appris et aimé ce poème :
Les chevaux du temps

Quand les chevaux du temps s’arrêtent à ma porte
J’hésite un peu toujours à les regarder boire
Puisque c’est de mon sang qu’ils étanchent leur soif
Ils tournent vers ma face un oeil reconnaissant
Pendant que leurs longs traits m’emplissent de faiblesse
Et me laissent si las, si seul et décevant
Qu’une nuit passagère envahit mes paupières
Et qu’il me faut soudain refaire en moi des forces
Pour qu’un jour où viendrait l’attelage assoiffé
Je puisse encore vivre et les désaltérer.

En parlant de poème appris.

L’année passée, pour mon travail de maturité, j’avais choisi un thème assez spécial. La prostitution. Et dans mon travail j’y a mis un poème de Grisélidis Réal, célèbre prostituée aujourd’hui décédée. Et je trouve son poème assez touchant.

Mort d’une Putain

A Gabrielle Partenza
A toutes,
A nous autres

Enterrez-moi nue
Comme je suis venue
Au monde hors du ventre
De ma mère inconnue

Enterrez-moi droite
Sans argent sans vêtements
Sans bijoux sans fioritures
Sans fard sans ornement
Sans voile sans bague sans rien
Sans collier ni boucles d’or fin
Sans rouge à lèvres ni noir aux yeux

De mon regard fermé
Je veux voir le monde décroître
Les étoiles le soleil tomber
La nuit se répandre à sa source
Et m’ensevelir dans sa bouche
Muette la dernière couche
Où m’étendre enfin solitaire
Comme un diamant gorgé de terre

Me reposer dormir enfin
Dormir dormir dormir dormir
Sans plus jamais penser à rien
Mourir mourir mourir mourir
Pour te rejoindre enfin ma mère

Et retrouver dans ton sourire
L’innocence qui m’a manqué
Toute une vie à te chercher
Te trouver pour pouvoir te perdre
Et te dire que je t’aimais

Théophile GAUTIER :

A deux beaux yeux

Vous avez un regard singulier et charmant ;
Comme la lune au fond du lac qui la reflète,
Votre prunelle, où brille une humide paillette,
Au coin de vos doux yeux roule languissamment ;

Ils semblent avoir pris ses feux au diamant ;
Ils sont de plus belle eau qu’une perle parfaite,
Et vos grands cils émus, de leur aile inquiète,
Ne voilent qu’à demi leur vif rayonnement.

Mille petits amours, à leur miroir de flamme,
Se viennent regarder et s’y trouvent plus beaux,
Et les désirs y vont rallumer leurs flambeaux.

Ils sont si transparents, qu’ils laissent voir votre âme,
Comme une fleur céleste au calice idéal
Que l’on apercevrait à travers un cristal.

Si vous aimez les histoires de vampires , je vous recommande " La Morte Amoureuse " du même auteur .