LA TOUR SOMBRE (Nikolaj Arcel)

L’Homme en Noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le suivait.

Inspirée par le poème de Robert Browning « Le chevalier Roland s’en vint à la Tour noire », La Tour Sombre est l’une des sagas les plus importantes de l’oeuvre de Stephen King. Cycle comprenant huit romans écrits sur une période de 40 ans, La Tour Sombre a également des ramifications dans de nombreux autres livres de l’écrivain, qui en parle comme de la « Jupiter du système solaire de mon imagination ».

Croisement entre la fantasy et le western, l’épopée suit les pas de Roland, le dernier pistolero de la contrée de Gilead (un chevalier tout droit sorti d’un western spaghetti de Sergio Leone), et de ses compagnons dans leur quête pour atteindre la Tour Sombre, un endroit fabuleux qui se trouve être le pivot de toutes les réalités, dans le but de guérir son monde à l’agonie.

La nature même de l’histoire a fait que le développement d’une adaptation à l’écran (petit et grand) a pris de nombreuses années. Après des annonces de trilogie et de séries télévisées qui ont notamment impliqué J.J. Abrams et Ron Howard, le projet a été confié au réalisateur danois Nikolaj Arcel (Royal Affair) qui s’est recentré sur un seul long métrage avec possibilité de beaucoup plus en cas de succès.

Ce long métrage ne sera donc pas une transposition littérale de l’oeuvre, comme le précise Stephen King lui-même : “le film [qui se déroulera en grande partie à l’époque moderne] va débuter in media res, au milieu de l’histoire et pas au début, ce qui pourra énerver certains fans, mais ils devront s’y faire, parce que ce sera l’histoire”.

Roland sera incarné par Idris Elba (Luther, Thor…)…et là aussi, ce choix déplaît déjà à certains fans car Roland est décrit sur le papier comme un homme blanc aux yeux bleus.

Nikolaj Arcel explique son choix :

Et King de rajouter :

Roland aura bien entendu face à lui son éternel antagoniste, l’Homme en Noir. Et celui que les fans connaissent comme Walter O’Dim ou Walter Padick dans La Tour Sombre et Randall Flagg dans Le Fléau aura les traits de Matthew McConaughey.

[quote=“Nikolaj Arcel”]“Matthew is an incredible actor who can do anything. That’s how I feel about Walter Padick. He could do anything.
He is this timeless sorcerer, and being a Stephen King fan, I’ve read and experienced Walter in various iterations. He has a very interesting way of seeing the world. He sees it with a sort of delight, even though he is obviously on the wrong side of the light-and-dark spectrum. He’s someone I’ve been having a lot of fun with.”,”[/quote]

La production débutera dans quelques semaines en Afrique, en vue d’une sortie prévue pour 2017 (EDIT : le 9 août 2017).

Que vos journées soient longues et vos nuits plaisantes.

Bah, de toute façon, adapter à la lettre une oeuvre, en transposant totalement les romans en films ou séries TV, n’a franchement pas beaucoup d’intérêt ; Sin City, c’est beau, mais c’est un peu chiant.
S’ils adaptent l’esprit de La Tour Sombre, et si c’est validé et suivi au moins un peu de loin par King, je suis au moins curieux de voir ça.

[quote=“Stephen King”]“The thing is, it’s been a looong trip from the books to the film. When you think about it, I started these stories as a senior in college, sitting in a little shitty cabin beside the river in Maine, and finally this thing is actually in pre-production now. I’m delighted, and I’m a little bit surprised… [The movie] starts in media res, in the middle of the story instead of at the beginning, which may upset some of the fans a little bit, but they’ll get behind it, because it is the story.”

“I visualized [Clint] Eastwood as Roland. I loved the Spaghetti Westerns and all those widescreen close-ups of his face, especially the ones where he’d been left out in the desert and was all covered with blisters and sunburn. I thought, ‘That’s my Roland.’ As the years went by, [the character] became a more particular individual in my own mind. He wasn’t Eastwood anymore. He was just … Roland. For me the character is still the character. It’s almost a Sergio Leone character, like ‘the man with no name’. He can be white or black, it makes no difference to me. I think it opens all kind of exciting possibilities for the backstory.”

“Other people have tried fantasy spectacle. Sometimes it works, sometimes it works really well when it’s based on a series of books, like The Hunger Games or Harry Potter, and sometimes it doesn’t. What I have to go back to is this: We have Idris Elba and Matthew McConaughey, two great actors. You’ve got a great production team and Akiva Goldsman as the primary script writer. The team is in place, so we’ll hope for the best.”[/quote]

Je n’avais pas lu l’annonce!!!

Youpi!!!

Après, j’aurais plus vu McConaughey en Roland et dans mon imaginaire, j’aurais adoré Clint Eastwood. :wink:
Idriss Elba me parait juste trop grand, en taille. Je n’ai pas souvenir d’un Roland si grand.

Le nouveau venu Tom Taylor (comédien britannique vu récemment dans la série The Last Kingdom) sera Jake Chambers, le jeune protégé de Roland Deschain.

Katheryn Winnick (Vikings) a rejoint la distribution. Son rôle n’a pas été communiqué.

Un premier aperçu de Idris Elba dans le costume de Roland Deschain, alias le Pistolero :

http://imageshack.com/a/img924/8799/4f24vk.jpg

C’est drôle mais je ne suis pas emballé par ce “Pistolero”…

C’est vrai qu’il ne ressemble pas au Roland que j’avais en tête en lisant les bouquins…mais comme j’aime bien Elba, j’attends de voir…

Complètement d’accord sur les qualités d’Elba.

On verra. Mais j’aurais plus vu Matthew McConaughey. :wink:

Photos de tournage : Matthew McConaughey est l’Homme en Noir, Randall Flagg.

La première image officielle :

Une théorie de fan laisse penser que ce film ne serait pas une adaptation de la série de romans - mais sa suite !

Oui, je connais cette rumeur…ce ne serait pas une mauvaise idée d’ailleurs…si c’est confirmé…

Ca permettrait de justifier toutes les différences qu’une adaptation cinématographique entraînent obligatoirement, tout en respectant le matériel initial, qui en serait enrichi.
Et, au fond, ça ne serait pas vraiment “gênant” pour l’équipe du film, vu que toute la quête doit être (re)faite. Si c’est bien le cas, ce serait une très bonne chose.

[quote=“BenWawe”]Ca permettrait de justifier toutes les différences qu’une adaptation cinématographique entraînent obligatoirement, tout en respectant le matériel initial, qui en serait enrichi.
Et, au fond, ça ne serait pas vraiment “gênant” pour l’équipe du film, vu que toute la quête doit être (re)faite. Si c’est bien le cas, ce serait une très bonne chose.[/quote]

Et la rumeur vient d’être confirmée par le réalisateur Nikolaj Arcel :

Je comprends maintenant pourquoi des personnages comme Eddie et Susannah n’avaient pas encore été castés. Certes, le film et les romans partageront beaucoup d’éléments et de personnages…mais la quête sera différente. Astucieux !

Matthew McConaughey parle de son personnage, L’Homme en Noir, alias Walter O’Dim, alias Randall Flagg :

Et sur la relation entre Walter et Roland :

[quote]“I revere him. He’s really the only true adversary I have. I expose hypocrisies, and he’s the closest to pure there is. It’s his persistent, resilience to be good and altruistic. He’s very precious to me. I almost don’t want to see him go.”
“So many times I’m just pumping him up, through sorcery, almost like the man in the corner of the ring for a boxer : “’Come on … you can do this … stay in the game,’ because I want to keep him, I want to keep his vengeance to find me. I want to keep that very vital, you know? My want, my need, my mission is to bring down the Tower. My love, my adoration, my muse, my shadow, is Roland.”[/quote]

En effet, astucieux l’idée d’une nouvelle quête. Mais du coup, déconseillé à tous ceux n’ayant pas lu les livres ! Parce que perso, ça m’aurait sacrément énervé qu’on me raconte la fin de la saga et c’est un peu ce qui vient d’être fait…

Nouveaux visuels :

Sur le fond, il faut déjà s’intéresser aux photographies de tournage, s’interroger sur la théorie, chercher la citation du réalisateur et faire le lien.
Fondamentalement, ça concerne une part très marginale des spectateurs potentiels - mais ça rassure les fans hardcore, et permet à la production de se les “mettre dans la poche”, là où l’acteur choisi et les premières idées avancées faisaient crisser des dents.
Outre l’aspect cool de l’idée, ça permet de “calmer” les éventuels fans critiques, et de couper court toute critique. Du bonus, qui justifie en plus les obligatoires différences dues à l’adaptation : c’est plutôt brillant !