LES GRANDS ESPACES (Catherine Meurisse)


(Le Doc) #1

grands-espaces-les-tome-1-grands-espaces-les

GRANDS ESPACES (LES)

SORTIE LE 21/09/2018

Catherine Meurisse a grandi à la campagne, entourée de pierres, d’arbres, et avec un chantier sous les yeux : celui de la ferme que ses parents rénovent, afin d’y habiter en famille. Une grande et vieille maison qui se transforme, des arbres à planter, un jardin à imaginer, la nature à observer : ainsi naît le goût de la création et germent les prémices d’un futur métier : dessinatrice. Avec humour et tendresse, l’auteure raconte le paradis de l’enfance, que la nature, l’art et la littérature, ses alliés de toujours, peuvent aider à conserver autant qu’à dépasser. Les Grands Espaces raconte le lieu d’une enfance et l’imaginaire qui s’y déploie, en toute liberté.

PAGINATION.
92 PAGES
FORMAT.
225x298
PRIX
19,99 EUR


(KabFC) #2

Ca va être top. Catherine raconte son enfance/adolescence à la ferme.


(soyouz) #3

C’est ça qui sera top ?


(KabFC) #4

ouep, mais pas que. Un campagnard ca n’a pas la même vision qu’un parisien surtout il y a plus de 30 ans


(soyouz) #5

Donc c’est une BD pour les Parisiens ?


(KabFC) #6

non pourquoi ?

Qu’et-ce que tu veux me faire dire ?


(soyouz) #7

Rien du tout, ma question est totalement sincère.
En fait, ton argumentaire ne me donne pas envie de le lire. Je ne vois pas en quoi le fait que “Catherine raconte son enfance/adolescence à la ferme” soit forcément top !
Et donc, je ne comprends ce que tu entends par “Un campagnard ca n’a pas la même vision qu’un parisien surtout il y a plus de 30 ans” (par ailleurs, je dirais même que c’est pareil qu’il y a 30 ans). D’où ma réponse ci-dessus !


(KabFC) #8

Eh bien je pense très sincèrement que quelqu’un qui vit à la ville à une vision du monde très très différentes de quelqu’un qui vit à la campagne, qu’il y a 30 ans tu n’avais pas toutes les chaines de TV, autant d’afflux d’informations et que donc le monde paraissait plus vaste qu’aujourd’hui ou il me semble bien petit.


(soyouz) #9

Justement, ça déforme la réalité, la télé (tu vas pas me dire que tu crois qu’on apprend la vraie vie avec la télé quand même ?)
Après, quand je relis le résumé, je n’y vois pas vraiment la ferme …


(Le Doc) #10

Là, je ne suis pas d’accord. Je ne connais pas du tout l’oeuvre de Catherine Meurisse, mais rien qu’à la lecture de ce résumé, je trouve qu’il met bien en valeur le fait que la campagne où elle a grandi a eu une grande importance dans sa vie, principalement dans le développement de son imaginaire. Cette période formatrice peut donner des récits très intéressants…Stephen King a écrit de très belles pages sur son enfance, les lieux où il a vécus, ses premières découvertes de lectures et de films qui ont bouleversé sa vie…dans la biographie de Tolkien, les pages consacrées à l’enfance à la campagne de l’écrivain sont magnifiques…
C’est à ce genre de choses que je pense quand je lis ce résumé…


(soyouz) #11

Oui, la campagne. Mais pas la ferme. Si tu es à la ferme, tu es à la campagne. Mais si tu es à la campagne, tu n’es pas forcément à la ferme !


(KabFC) #12

Ben je sais pas quoi te dire de plus. Je viens de te mettre le mot en gras histoire que tu le vois mieux.
Une ferme ca veut pas nécéssairement dire agriculteur.

Tu vois ta vision parisienne de la chose.


(soyouz) #13

Mouais, bon, si ça te fait plaisir … c’est plutôt ma vision de personne qui a vécu à la campagne … une ferme, c’était pour un fermier … mais bon …


(KabFC) #14

euh ben non.


(とり) #15

Je rejoins soyouz : ici, il s’agit d’une ferme transformée. Ce n’est pas son enfance dans une ferme, mais dans une ancienne ferme… Il y en a beaucoup, à la campagne, des gens qui habitent dans d’anciens corps de ferme, et il y en avait déjà il y a trente ans.
Je parle en connaissance de cause : j’ai grandi dans une ancienne ferme retapée par mon père. Mais je n’ai jamais considéré que j’avais passé mon enfance à la ferme.

Une ferme, c’est une exploitation agricole… Dans ce résumé, on ne parle ni de champs, ni de troupeaux…

Tori.


(KabFC) #16

euhhhh une ferme ca reste une ferme pour moi c’est l’appellation pour l’endroit.
J’ai pas dit qu’elle était fermière.

Et de toute façon ca ne change pas qu’elle raconte sa vie dans une ferme (retapé ou non) ce qui à une époque et même encore maintenant fais des personnes avec des vues et valeur différentes de ceux vivant dans les mégalopole.

C’est quoi ce problème avec le mot ferme ? C’est devenu péjoratif ?


(とり) #17

Pas pour moi : une ferme, ce n’est pas que le bâtiment, mais aussi l’exploitation elle-même (tout comme un commerce ne se résume pas à son local).

Il y a une différence entre une enfance à la ferme et une enfance à la campagne (sans qu’il y ait, pour moi, de jugement de valeur : les expériences sont simplement différentes, même si certaines se recoupent).
Après, il est certain que d’un point de vue citadin (qui plus est celui d’un Parisien), l’une et l’autre sont dépaysantes (tout comme l’inverse : un récit qui raconterait l’enfance de quelqu’un dans une banlieue des années 80 serait dépaysant pour quelqu’un n’ayant connu que la vie à la campagne).

Tori.


(Fab) #18

pour moi aussi.


(soyouz) #19

Merci, c’est tout à fait ça !


(Fab) #20

c’est l’activité qui définit une ferme, sinon c’est une habitation à la campagne