L'ETRANGE NOËL DE MONSIEUR JACK (Henry Selick)

MV5BNWE4OTNiM2ItMjY4Ni00ZTViLWFiZmEtZGEyNGY2ZmNlMzIyXkEyXkFqcGdeQXVyMDU5NDcxNw@@.V1_FMjpg_UX1000

REALISATEUR

Henry Selick

SCENARISTES

Caroline Thompson et Michael McDowell, d’après une histoire de Tim Burton

VOIX V.O.

Chris Sarandon, Catherine O’Hara, Paul Reubens, Glenn Shadix, Danny Elfman…

INFOS

Long métrage américain
Genre : animation/fantastique/musical
Titre original : The Nightmare Before Christmas
Année de production : 1993

C’est ça Halloween, tout le monde a mauvaise mine
C’est normal ! C’est pour terroriser les fripouilles !
Minuit sonne… C’est l’heure du crime
Bienvenue à Halloween !

Jack Skellington est le Roi des Citrouilles, le grand maître de l’épouvante qui passe son temps à préparer la prochaine fête d’Halloween. Mais cette année, Jack est fatigué, il en assez de cette éternelle rengaine et après une nouvelle nuit d’Halloween réussie (comme d’habitude), il traîne sa grande carcasse squelettique dans une forêt loin de la ville. Là, l’épouvantail découvre des arbres sur lesquels se découpent des portes ornées de peintures représentant différentes fêtes. Jack se sent attiré par le dessin du sapin, il ouvre la porte et se retrouve projeté à Christmas Town.

Jack est émerveillé par sa découverte, par cette explosion de couleurs et par le maître des lieux, qu’il appelle le « Perce-Oreilles ». De retour chez lui, il tente de décrire ce qu’il a ressenti à ses concitoyens mais sans grand succès. C’est alors qu’il a une grande idée : cette fois-ci, ce sont les habitants d’Halloween qui vont s’occuper de la fête de Noël. Jack devient littéralement obsédé par cette idée…mais les choses ne vont pas se passer aussi bien qu’il le souhaitait…

MV5BMTk5NTExNTc2MF5BMl5BanBnXkFtZTcwOTc2ODMyMw@@.V1_FMjpg_UX1000

Né dans un poème écrit par Tim Burton à l’époque où ce dernier travaillait comme animateur pour les studios Disney, Jack Skellington fait partie de la longue lignée de personnages marginaux Burtonien, un être touchant de sincérité et de maladresse qui synthétise à lui tout seul la passion du réalisateur de Beetlejuice pour la fête d’Halloween. Tim Burton a tenté pendant dix ans de développer un projet autour de son texte et de ses dessins, mais ce n’est qu’après le succès de Batman qu’il a enfin eu les coudées franches et L’Etrange Noël de Monsieur Jack est alors devenu une fantaisie musicale macabre.

Tim Burton avait à l’origine l’intention de réaliser lui-même le film mais son emploi du temps du moment l’en a empêché (il a enchaîné à la même période Batman, le défi et Ed Wood). Il a alors confié le projet à un autre ancien animateur des studios Disney, Henry Selick (futur metteur en scène de James et la pêche géante et de Coraline). Comme il l’a lui-même souligné, Henry Selick a tout fait pour que L’Etrange Noël ressemble à un film de Tim Burton, quitte hélas à être un peu éclipsé par l’ombre du créateur de cet univers aussi sombre que merveilleux.

MV5BMTQxNTY0NDE2Nl5BMl5BanBnXkFtZTcwMzg2ODMyMw@@.V1_FMjpg_UX1000

Rencontre de l’expressionnisme allemand et des oeuvres du Dr Seuss (deux influences revendiquées), L’Etrange Noël de Monsieur Jack est un enchantement de la première à la dernière minute. L’impressionnant travail d’animation en stop-motion (qui a duré environ trois ans) est absolument remarquable, un régal visuel aux plans fourmillant de concepts savoureux et d’idées délirantes, la romance qui se dessine progressivement entre Jack et Sally est très belle et les nombreux numéros musicaux sont entraînants.

C’est ça Halloween, c’est ça Halloween
Halloween ! Halloween ! Halloween… Halloween…
C’est la ville de la nuit…
Les citrouilles chantent et les chauves sourient !

1 « J'aime »

J’adore ce film, je me le remate à chaque fois avec plaisir que ce soit en VO ou VF.
Ce qui m’a toujours amusé, c’est la parfaite adéquation entre le jeu de mot français et anglais pour le grand barbu rouge et blanc : Sandy Claws / Santa Claus et Perce-oreille / Père Noël.
Du pain béni pour le traducteur ! :grin:

Un classique absolu.

Je l’ai beaucoup vu, mais je ne crois pas l’avoir déjà regardé en VF !
Tiens, j’ai envie de le revoir, du coup… ~___^

Tori.

Et pour ma part, je ne l’ai jamais vu en V.O. La V.F. est réussie et comme pas mal de films d’animation, je préfère écouter les chansons en français…

1 « J'aime »

Pareil ! J’admets d’ailleurs que je regarde toujours les films d’animation en français, étant pour le coup très rarement déçu des VF.

C’est quoi la VO ?

J’adore ce film aussi, ne l’ai jamais mis en VF, toujours en VO sous-titré en fr (je l’ai en DVD) et je l’ai aussi en version manga exactement le même scénario… J’aurais aimé avoir le texte poétique de Tim Burton… Comme pour La Triste Fin du petit enfant huître et autres histoires, avec texte original et la traduction.

Ah, oui, je l’ai aussi, ce recueil (même si je crois que mon édition est seulement anglophone).
On y voit une autre facette du talent de Burton.

Tori.

Josselin Billard :

image

1 « J'aime »

Francesco Francavilla :

FC4NPh4WYAYQRjL