MISS PAS TOUCHE t.1-4 (Hubert / Kerascoët)

Discutez de Miss pas touche

Très chouette. Très noir et cruel aussi derrière la première apparence d’une certaine légèreté.

Miss Pas touche - Intégrale - Tome 1

image

La série phare d’Hubert et des Kerascoët enfin réunie en deux magnifiques intégrales !

  • Éditeur : DARGAUD (18 juin 2021)
  • Langue : Français
  • Broché : 96 pages
  • ISBN-10 : 2205200941
  • ISBN-13 : 978-2205200942
  • Poids de l’article : 807 g
  • Dimensions : 24.1 x 1.4 x 32 cm

Miss Pas touche - Intégrale - Tome 2

image

La série phare d’Hubert et des Kerascoët enfin réunie en deux magnifiques intégrales !

  • Éditeur : DARGAUD (18 juin 2021)
  • Langue : Français
  • Broché : 96 pages
  • ISBN-10 : 220520095X
  • ISBN-13 : 978-2205200959
  • Poids de l’article : 794 g
  • Dimensions : 24.3 x 1.3 x 31.9 cm

Je viens de lire le premier diptyque, et c’est bien sympa. Plus aventure / enquête et moins drame psychologique que je ne m’étais imaginé.

image

Donc Blanche, une jeune femme pudibonde, est bonne chez une patronne radine. Sa sœur Agathe se divertit en fréquentant les guinguettes du bord de Marne, ce qui inquiète l’héroïne à cause de la série d’assassinats sanglants dont les victimes sont retrouvées démembrées. Et un jour, Agathe meurt, dans le minable galetas que la patronne loue aux deux sœurs. Blanche est persuadée qu’elle a été tué par « le boucher des guinguettes », alors que la police, qui s’arrête à la mise en scène, classe l’affaire en suicide. Sans le sou, Blanche cherche un travail, et soupçonne que la dernière victime est une prostituée. Elle trouve donc un emploi au Pompadour, un claque de luxe où elle n’est pas femme de ménage, mais dominatrice. Miss Pas Touche entame sa carrière.

image

Ce premier récit est franchement pas mal. Et pourtant, je ne suis pas très client de ce style exploité par la collection « Poisson Pilote » et hérité de ce qu’on avait appelé la « nouvelle BD », une expression en vogue il y a une grosse vingtaine d’années et désormais bien désuète tant cette école a fait des petits. Le dessin, qui cherche volontairement l’imprécision du premier jet et le flou du croquis, et les couleurs désaturées en aplats composent un cocktail qui ne m’a jamais enthousiasmé. Je suis donc passé à côté de pas mal de choses, y compris cette série dont la réputation n’est pourtant plus à faire.

image

Il y a de bien belles choses : une case blanche pour représenter l’horreur et le basculement, des ruptures de tonalité qui donnent une personnalité complexe à la série et décrivent le cheminement de l’héroïne… Et tant mieux car l’intrigue, en soi, est simple : Blanche est effectivement au bon endroit pour trouver le coupable, mais elle vise la mauvaise personne. S’ensuivent quelques quiproquos qui entretiennent le suspense.

image

Sous le dessin faussement simple, le scénario n’hésite pas à montrer des choses dures (la prostitution, bien entendu, mais aussi un assassinat, la haine, la culpabilité…). On y parle de la condition de la femme, de la corruption des milieux d’influence… Les dialogues signés Hubert sonnent juste et mettent en valeur des personnages parfois truculents, parfois fragiles, souvent complexes. Une complexité qui permet à un lecteur comme moi de dépasser la (fausse) simplicité du dessin.

Jim