RÉÉDITIONS MARVEL : TPBs, omnibus, masterworks, Epic…

Si mes souvenirs sont bons (j’avais lu ça dans une interview de Smith), c’est précisément Paul Smith qui a demandé à Wiacek d’adapter son encrage à son style, en lui soumettant notamment l’exemple du rendu de ses travaux antérieurs dans le monde de l’animation (Smith y a bossé, notamment pour Ralph Bakshi).
Sur « Uncanny… », la transition se fait juste après la fin de la saga des Brood. Le changement d’approche est assez manifeste.

Wiacek a dû être suffisamment convaincu pour adopter ce style pour ses travaux ultérieurs.

Pas convaincu par ce TP.
La mini principale par DNA est assez quelconque. Ca rappelle un peu Spiderverse dans le sens où un personnage chasse dans tout le multiverse les personnages qui modifient la réalité/jouent avec les probabilités (en fait une sorte d explication que ca jouerait avec les mondes parallèles). Ca reste quand même une sous histoire d horreur et j avoue que j avais du mal avec DNA a l epoque (Force Works/WCA même si leur arc de Punisher War zone était sympa avec le débutant McKone).
Le dessin est quelconque voir eso 90’s.
Si le court de Marvel Team Up par Gammil est sympa. le reste ne sont que des mini histoires assez quelconque par Howell, Adlard, Cynthia Martin (trés beau celui-ci) et un mystic Arcana dont je comprend mal l interet de lier tous les “sorciers” et les origines assez quelconque malgré Djurdevic.

Plusieurs minis…
Le dessin est parfois effroyable (Kevin Lau, Robert Brown, MC Wyman…) parfois en dessous des auteurs (Guice, Igle, Mays…) seul Gene Ha est au niveau.
Les scenars sont assez chiants… on se rend compte qu il apparait impossible à un scenariste d arriver sur Iron Fist sans vouloir fouiller le moment de la mort de ces parents… et rajouter une menace cachée de Ku’n lun (Thunderer et Yu-Ti ayant malencontreusement oublié d en parler)…

Ca me fait penser aux minis de Dr Strange où Mordo, Dormammu voire les 2 sont toujours caché derreire les fagots avec parfois un retour sur son accident.

Mais là pour Iron fist quand on a en tête Claremont puis Brubaker/Fraction puis Kaare Andrews… on s erend compte que tout ca n a plus vraiment de logique.

J avais plus lu cette série depuis mes 10 ans dans Titans.
Ca reste sympa même si on sent que les différends scénaristes avancent dans le noir et ne sont pas d accord. Les caracteristaions sont parfois clichés mais ca fonctionne pas mal.

Il me manquait les marvel premiere et les epic…
Même si l influence du Seigneur des anneaux est grande. Ce TPB vaut pour les magnifiques parties déssinées par Buscema et colorisées à la peinture mais aussi les 2 1ers récits par Ploog.
C est beaux et ca reste un bon moment de lecture malgré les questions qui restent en suspens.

Ah, merci d’avoir évoqués ces tomes, qui me tentent (tentaient ?) bien.
Tu as la dent dure, mon salaud.

Skull, j’adore, je vais craquer, je pense.

Weirdworld, c’est avant ou après Elfquest ? Parce que moi, même si je ne connais pas bien Elfquest, j’ai toujours pensé que c’était l’Elfquest de Marvel, sauce un poil plus musclée.

Jim

Ca me semble moins musclé que Elfquest (lu 2-3 tomes) et puis elfquest c est passé chez Marvel/epic :wink:
c est un an avant Weird world.

Pour Fist et Witch ; je suis allé au bout… c est pas non plus la cata mais c est vraiment "so 90’s) et Iron Fist… on voit bien qu’on revient toujours au même truc(en plus je lisais le 1erc de Kaare Andrew 1 semaine avant).
J ai d ailleurs pas commandé Cage (la série des 90’s) vu ce qu on m en a dit…

Skull j en avais un souvenir merveilleux (comme weirdworld que je lisais gosse en VF)… mais skull tu sens le manque de direction et quelques clichés mais j ai vraiment aimé le relire.
En plus tu as les editoriaux de wolfman de l epoque.

Je connais mal Elfquest. Je savais même pas que c’était passé par Epic.
Et donc, un an avant Weird World ? Donc bon, voir en Weird World une réponse à Elfquest, c’est pas si idiot, non ?

Jim

Je suis en pleine lecture du TPB Avengers: Celestial Quest.
J’avais suivi la série en fascicules, à l’époque, mais je crois que j’en avais loupé un, donc j’avais laissé tomber, et quand le TPB est sorti, je m’en suis emparé.

Mais il était resté à dormir sur une étagère. Je suis pourtant grand fan d’Englehart (et particulièrement de ses Avengers, que je considère comme l’une de ses meilleures prestations et comme l’un des grands moments de la série). Et là, en cherchant quelque chose à lire (c’est pas comme si j’avais pas acheté des tonnes de trucs que j’ai pas encore lus), je retombe dessus.
Et c’est très agréable.

La carrière d’Englehart, semée de grands morceaux d’anthologie (ses Captain America aussi sont d’une grande richesse, ses Batman, qui viennent d’être compilés chez Urban, sont incontournables, ses Green Lantern sont globalement savoureux…), mais aussi de projets inachevés et de contrariétés en cours de route.
Mantis en fait partie.

Pour résumer, ce personnage, inventé au début de son run sur Avengers, est une crypto-super-vilaine passée dans le camp des gentils et bientôt promue au rang de « Madonne Céleste ». Épouse d’un Cotati (un arbre conscient) qui occupe le corps du Swodsman, elle donnera naissance au « Messie Céleste », dont on nous dit qu’il apportera un nouvel âge d’or cosmique.

Picture 15

Tout cela fleure bon le new age musclé à la sauce super-héros. Personnellement, j’adore, ça me fait marrer, même si c’est désormais un peu daté. Mais Englehart n’aura pas le temps d’aller plus loin, il quitte la série Avengers sans réellement résoudre la dernière intrigue en cours (le retour de Wonder Man) et après avoir envoyé Mantis dans l’espace (d’ailleurs, même si la série propose des choses toujours intéressantes, on sent bien qu’une fois l’intrigue de Mantis « résolue », il manque le petit brin de folie qui avait emporté le titre).

mantis-by-cockrum

Mantis fait partie des renoncements et des obstacles dont on parlait plus haut. Englehart n’a pas toujours eu l’occasion de boucler ses prestations comme il l’entendait (parfois de son fait, parfois du fait des editors). Sur Defenders, il signe un cycle de douze épisodes cohérents. Ses Batman ont un goût d’achevé, de cycle bouclé. Ses Silver Surfer se referment sur une réelle conclusion. A contrario, sur Avengers, Captain America, Green Lantern, West Coast Avengers, Fantastic Four, il quitte la série sans être allé au bout de ses projets, devant abandonner ses intrigues ou laisser d’autres personnes les résoudre.

giant-size-avengers-comics-4-issues-v1-1974-1975-giant-size-214171

Mantis, Englehart y reviendra plusieurs fois. Chez DC, il la fait réapparaître sous le nom de Willow.

1489097-mantis2

Chez Eclipse, dans Scorpio Rose, elle s’appelle Lorelei. Willow quittera la Ligue de Justice pour aller donner naissance à son fils, et Lorelei élèvera le « Messie Céleste » sous couvert d’anonymat.

On le voit, Englehart poursuit son intrigue d’éditeur en éditeur.
Quand il revient chez Marvel à la fin des années 1980, il ramène Mantis. Elle apparaît dans Silver Surfer, où l’on apprend que son fils est désormais grand (et qu’elle peut s’incarner en des doubles végétaux).

f72fecfaec2c743ce4c5a7bacce26e93

Dans Fantastic Four, elle est poursuivie par Kang qui en veut à son fils.

Et dans West Coast Avengers, elle renaît à nouveau, mais les editors arrêtent le scénariste dans son élan, et on n’en saura pas beaucoup plus.

Englehart-Exposition

À part dans Fantastic Four, où les épisodes avancent un peu l’intrigue générale sans pour autant donner l’impression de grosses corrections, les deux passages de Mantis ont été sujets à des retouches éditoriales.

Dans West Coast Avengers, on a vu qu’Englehart a été sommé d’arrêter son histoire (et a claqué la porte). Dans Silver Surfer, la première version de la relance de la série impliquait que le Surfer soit pris dans un conflit opposant Mantis (dans la petite maison occupée par Lorelei chez Eclipse : vous suivez ?) à différentes factions cosmiques attirées par le pouvoir de son fils.

L’épisode sera dessiné par John Buscema, puis annulé, et enfin publié dans un Marvel Fanfare, en guise de récit vaguement hors continuité (en France, on le trouve dans un Strange Spécial Origines).

Tout ce résumé n’est pas inutile. Il permet de voir qu’Englehart a de la suite dans les idées, qu’il a un projet à mener à terme, et que les années 2000 ont été l’occasion de le faire.
Cette mini-série Celestial Quest est en quelque sorte la conclusion de la saga de Mantis. Nous y retrouvons Thanos, bien décidé à occire le garçon, et les Vengeurs bien décidés à protéger le fils de leur alliée. Bref, c’est une suite aux épisodes de Fantastic Four. Et rétroactivement, cela valide l’existence de l’épisode Marvel Fanfare, qui rentre ainsi dans la continuité.

Là encore, Englehart ne pourra pas bosser en paix. La mini Celestial Quest est le résultat de négociations avec le staff éditorial (Tom Brevoort ? Mark Sumerak ?). Englehart voulait proposer ses services sur Avengers, mais on lui a signifié qu’il avait écrit les Vengeurs dans les années 1970, dans les années 1980, et qu’il n’avait plus rien à dire. Sympa ! La mini est donc l’occasion de ménager un peu tout le monde, en offrant à Englehart un terrain de jeu sans hypothéquer la série principale.

Dans cette joyeuse ambiance, le projet est lancé sur la base de douze numéros, mais en cours de route, l’équipe éditoriale l’informe qu’il n’y aura que six numéros, et après de nouvelles négociations, Englehart finira par en obtenir huit. Il le dit lui-même : « J’ai fait deux fois plus d’effort pour écrire deux fois moins ».

Ça se sent un peu. Pas beaucoup, parce que le bonhomme est habile, mais un peu quand même. Certaines péripéties sont purement et simplement sautées (ça passe bien, parce que c’est bien amené), certaines relations sont plus abruptes (des personnages se rencontrent et adoptent des comportements qui, sans être illogiques, auraient été mieux travaillées si le scénariste avait eu plus de temps). Englehart étant un bon scénariste mais un dialoguiste parfois elliptique, ça donne des échanges souvent secs et un peu forcés. Ça fonctionne, mais ça manque de rondeur et de fluidité.

Question dessin, Jorge Santamaria dessine comme un Pacheco maladroit : c’est plein d’énergie, c’est généreux, mais c’est bancal. Les visages, notamment, manquent absolument de relief. L’épisode dessiné par Joe Staton, malgré les tics de ce dernier, fait figure de soulagement.

La série a clairement souffert d’un encadrement éditorial peu conciliant.
Dommage, parce que ça balance des idées assez chouettes.
Au rang de celles-ci, deux astuces formidables :
En premier lieu, Thanos veut s’imposer comme le « dieu de la mort » (ce qui n’est pas tout à fait du goût de cette dernière), et veut créer un nouveau panthéon. Ce sera l’occasion du retour de Reptyl, un personnage qu’Englehart avait créé pour Silver Surfer.

En second lieu, on rencontre enfin le « Messie Céleste », le fils de Mantis qu’on n’aura vu qu’à l’état de bambin encore sympathique. Là, il arbore un look à la Floronic Man (un autre homme-plante qu’Englehart avait animé aux alentours du cross-over Millenium chez DC), et surtout, c’est un ado insupportable, en pleine crise de rebellitude. Et là, c’est formidable, tellement il est agaçant, et tellement il laisse pantois ses deux parents.

L’un dans l’autre, la mini-série, pour chaotique qu’elle a été dans sa création, propose une conclusion à une intrigue lancée par le scénariste au milieu des années 1970. Elle retrouve un petit peu de l’étincelle frappadingue qui avait frappé Avengers à cette époque.

C’est plutôt sympa, même si le dessin est en-deçà de ce à quoi on avait été habitué à l’époque. Mais le charme de retrouver ces vieux personnages est évident, l’humour est constant, et, cerise sur le gâteau, Englehart s’avère un fidèle et inventif continuateur de ce qu’a fait Jim Starlin (dûment cité dans les crédits, au demeurant).

Jim

PS : Signalons que la « quête de la Madone Céleste » a eu droit à plusieurs TPB, outre les rééditions dans des Essentials ou des Epic. Le dernier recueil date déjà de 2017, ce qui le rend peut-être déjà difficile à trouver.

J ai eu un # d elfquest chez epic… c etait les 80’s.

Non je voulais dire que Weird World arrive avant (enfin al courte histoire d intro)

Pour Celestial Quest, je suis assez fan de Englehart moi-même mais j ai eu du mal avec cette mini. Vu ce que tu dis sur les contrainte editoriales, je comprend un peu mieux cette impression parfois qu on passe vite a autre chose.
Je m etais dit à l’époque que comme certains de mes scenaristes préférés, il avait baissé ou que ses préoccupations ne m interesaient plsu autant ou étaient trop forte (Je pense à Dematteis que j ai de plus en plus de mal à lire avec ces intrigues uniques sur la bonté/dieu la bonté… et qui pourtant était un des mes auteurs favoris)

Ca a été traduit en VF ça?

Aucune idée.

Jim

Apparemment non d’après Comics VF.

Je confirme que non.

C’est bien là que j’avais regardé, mais des fois que ça n’ait pas été mis à jour…

Sur les trucs récents, je ne me fie pas tellement à Comics VF. J’ai suffisamment cherché de choses sans les trouver pour ne leur accorder ma confiance que pour les vieilleries.

Jim

Disons qu’on n’a pas non plus tellement de références pour faire les liens entre les VF et les VO.

C’est bien là le problème.
Ils sont un peu les seuls, et y a pas un site capable de donner des informations complètes sur des anthologies. Par exemple, il y a quelque temps, je cherchais le sommaire de la VF de Captain America Red White and Blue, afin d’identifier le titre français d’une histoire. Hé bien pas possible. Les sites dits de références, qui font des fiches sur tout (comme ici, par exemple) me causent de l’ISBN, de l’éditeur, blabla, mais se dissimulent en général derrière le mot “collectif” sans me donner de précision. Encore une marque de l’indigence de l’internet français, jamais à la pointe de rien.

Jim

Mais plus personne ne participe sur Comics VF ?

C’est un site communautaire il me semble non ?

Parce qu’autant ta remarque sur l’internet française autant ca peut très vite varier. Un site comme Annusérie est une base de donnée incroyable sur les séries télé mais il faut dire que les mecs se bouge le fion pour bosser dessus et démarcher des bénévoles constamment.

Comics VF c’est une belle base de donnée pour l’ancien mais j’ai jamais eu l’impression qu’il y avait de l’activité pour continuer le boulot

Je sais pas comment ça fonctionne.

Je crois pas.
Si ?

Remarque, moi, je me méfie du côté participatif des choses. Hier, j’étais sur la fiche wikipédia de Valérian (et celle de Mézières). Alors outre les fautes d’orthographe et les tournures de phrase incompréhensibles, j’ai pesté parce devant la page de la liste des parutions. Ils sont incapables de faire une liste claire des albums, avec date de sortie et tout. Faut qu’ils classent et sous-classent (“le cycle temporel”, “le cycle spatial”…). Peuvent pas faire une liste brute ? Quitte à refaire une sous-liste plus bas ? Merde, c’est internet, on a de la place.
Sérieux, je trouve une information sur n’importe quel fumetti en moins de dix minutes, mais faut que je fasse de l’acrobatie pour recoller les morceaux dès qu’il s’agit de franco-belge.
Et ça gonfle, quand même.

(Ouais, ça tombe pile sur un sujet qui m’a mis bien vénère hier, désolé…)

Ouais, Annusérie, c’est bien.
Je vais aussi sur Encyclociné…

Mais sur la BD, si tu cherches du pointu, c’est rude.
(et je parle que de l’information factuelle, même pas du côté analytique, tout ça, où l’on nage au royaume du flou artistique et du commentaire subjectif…)

(Moi, énervé ?)

Oui, voilà.
Je ne sais pas comment c’est géré, mais j’ai l’impression qu’ils sont deux, qu’ils sont débordés, et qu’ils ont baissé les bras.
Remarque, la tâche est colossale, hein.

Mais un site comme BDGest, par exemple, qui se traîne une splendide réputation (à mon sens imméritée), ne donne aucune précision sur Captain America Rouge blanc & bleu. “Collectif”, ça nous fait une belle jambe. Format ? “Autre format”. Merci de la précision.
C’est super agaçant, sérieux.
C’est pour cela que ComicsVF est une manne. Hélas, surtout pour les vieilleries.

Jim

Et encore, même sur l’ancien, il y a quelques erreurs et oublis… Même dans ma petite collection, j’arrive à avoir des vieux trucs qu’ils n’ont pas référencés (ou plutôt des trucs dont ils n’ont pas référencé le contenu) ou qui ne sont pas attribué au bon auteur.
Et du côté des strips, ils sont assez mauvais, aussi (je pense notamment au Phantom ou à Mandrake).

C’est néanmoins un outil très utile, et plutôt bien présenté (je le trouve bien plus ergonomique que beaucoup de sites américains).

Tori.

Bon en fait on est tous d’accord pour dire à Blacki, Tori et les autres de se bouger le fion et d’upgrader la base de données de Comics Sanctuary :mrgreen: ?

(c’est vrai que personnellement je rêve d’un équivalent vf et mise à jour de comicbookdb)

Ha ouais mais les fiches Wiki c’est de plus en plus n’importe quoi tu as tout à fait raison. Les fautes de français y sont légions (et je m’y connais bien vu le nombre que j’en fais) et les tournures de phrases incompréhensible c’est la conséquences de l’abus de google trad sans aucun travail derrière.

Mais le pire comme tu le note c’est cette dérive vers le subjectif. De plus en plus je vois passer des avis et termes élogieux et critique là où wiki, comme tout autre dico, tout avoir une volonté d’objectivité maximale et de fournisseur d’info brute.

(c’est HS mais j’ai l’impression que ca devient aussi une sale habitude sur certaine traduction d’ouvrage)

Wikipédia, c’est bien pour chercher une première information, mais qui nécessite ensuite d’être recoupée… Disons que ça donne des pistes de recherche (surtout le Wikipedia français, l’américain, ça dépend des sujets… le japonais me paraît bien plus fiable).

Concernant comicsvf, c’est du semi-participatif, comme ici, il me semble : ils vérifient les contributions des gens avant de les mettre en ligne.

Je n’ai pas la main sur la partie comics.

Moi, je rêve de la même chose en manga (qui dirait que tel chapitre a été prépublié dans tel magazine, puis publié dans tels volumes… un véritable travail de titan).

Tori.
Edit : Pour Jim : regarde ici.