STAR TREK : DEEP SPACE NINE (Saisons 1-7)


(Le Doc) #1

V1

Epreuves et Tribulations (1996)
Saison 5, épisode 6
Réalisateur : Jonathan West
Scénaristes : Ronald D. Moore et René Echevarria
Distribution : Avery Brooks, Rene Auberjonois, Michael Dorn, Terry Farrell, Colm Meaney, Alexander Siddig…

L’année 1996 a marqué le 30ème anniversaire de Star Trek…une célébration qui a eu lieu aussi bien sur le grand que sur le petit écran (et même sur papier puisque Marvel a récupéré les droits à cette période pour livrer quelques uns des comic-books les plus intéressants de la franchise, comme la série Star Trek : Early Voyages).
Au cinéma, Jonathan “Riker” Frakes a signé l’un des meilleurs longs métrages de la saga avec Star Trek : Premier Contact. Et pour la branche télévisuelle, les équipes créatives de Star Trek : Deep Space Nine et de Star Trek : Voyager ont eu la bonne idée d’imaginer des épisodes qui ont permis aux personnages de chaque série d’interagir avec les héros de la série classique.

V1

L’autre point commun entre les épisodes de DS9 et de Voyager (je reviens sur celui-ci dans le prochain billet) est qu’ils impliquent deux personnages qui sont assez vieux pour avoir vécu l’époque des aventures de Kirk et Cie. Pour DS9, il s’agit de Jadzia Dax…ou plutôt Dax, un symbiote de la Planète Trill qui ne peut survivre qu’'en évoluant en totale harmonie avec un hôte. En plus de 200 ans, Dax a connu 7 hôtes/hôtesses avant de vivre en symbiose avec Jadzia, qui est ensuite devenue l’officier scientifique de la station spatiale Deep Space Nine commandée par le capitaine Benjamin Sisko, vieil ami de Curzon, l’ancien hôte de Dax.

Dans Epreuves et Tribulations, Darvin, un espion klingon dont le physique a été modifié pour ressembler à un humain, profite de la présence d’une orbe du temps bajorane sur le Defiant pour remonter le temps jusqu’au jour où, environ 80 ans plus tôt, le capitaine Kirk a fait capoter une de ses missions sur la station K-7. Ce jour-là, l’équipage de l’Enterprise a du faire face aux klingons, mais aussi à une prolifération de tribules, des petites boules de poils inoffensives qui se reproduisent à une vitesse phénoménale. Darvin veut tuer Kirk avec un tribule piégé…Sisko et ses officiers n’ont donc pas beaucoup de temps pour retrouver Darvin et la bombe, et cela sans altérer le cours des événements…

Les deux épisodes “Spécial Anniversaire” de 1996 ont chacun une tonalité différente. Celui de Voyager est plus intense…et celui de DS9 est plus léger, ce qui était naturellement le cas de l’épisode de la série classique choisi pour cette aventure très spéciale, Tribulations (S2 E15). Les différents départements de la production de DS9 se sont visiblement beaucoup amusé à recréer l’Enterprise des sixties ainsi que les différents matériels et costumes (et difficile de ne pas crier “Saluuuut, nounou !” à la vision de Terry Farrell dans l’ancien uniforme féminin de Starfleet…).
Le souci du détail est délicieux et les trucages à la Forrest Gump qui permettent d’incruster les acteurs de 1996 dans le métrage de 1966 sont souvent bluffants (il y juste quelques plans furtifs où l’effet est un peu plus visible, mais rien de bien gênant).

Il y a bien entendu du “fan-service” dans cet épisode, mais du “fan-service” bien fait. Sisko et cie ont une mission, mais la majorité de l’équipe se délecte aussi de découvrir cette période. L’humour provient du décalage des situations, de la chouette dynamique comique entre le Dr Bashir et le chef O’Brien et des réactions du groupe face au look des klingons de l’époque (qui ressemblaient à des humains basanés). Worf préfère ne pas s’attarder là-dessus d’un grognement honteux…mais c’est aussi parce qu’il n’y avait pas encore d’explication dans le “canon” Star trek pour ces différences physiques (pour cela, il a fallu attendre un épisode de Star Trek : Enterprise en 2005).
Les interactions avec l’équipage du premier Enterprise sont également savoureuses, avec un Sisko qui conclut idéalement son voyage temporel.

V1

De retour au XXIVème siècle, Sisko détaille toute l’aventure à deux enquêteurs temporels, les agents Dulmer et Luclsy (oui, ce sont bien des anagrammes de Mulder et Scully)…tout en omettant un petit détail. Enfin petit, pas tant que ça. Car en 2373, il n’y a plus de Tribules, la race ayant été exterminée par les klingons. Mais le chef de la sécurité Odo s’est pris d’affection pour son tribule et l’a ramené avec lui…permettant la réintroduction de l’espèce car la station Deep Space Nine ne tarde pas à être envahie par ces boules de poils !


STAR TREK : VOYAGER (Saisons 1-7)
(Marko) #2

J’ai toujours bien aimé ce concept, sans doute parce qu’il me rappelle un peu la TVA (Time Variance Authority) de Marvel.
Dans le versant le plus fun du show, cet épisode est à mon sens un des plus réussis aux côtés de “Little Green Men” (les Ferengis paumés sur Terre lors de la guerre froide).


(Regulator) #3

C’est Armin Shimerman sur la photo?


(Le Doc) #4

Oui.