SUPERMAN : SUPERFICTION t.1-2 (Joe Casey / Aucoin, Adlard)

http://img837.imageshack.us/img837/7587/pagesde0104plsuperman01.jpg

http://img26.imageshack.us/img26/2236/pagesde0526superman01pa.jpg

http://img28.imageshack.us/img28/2236/pagesde0526superman01pa.jpg

Liens:
Le site de l’éditeur : urban-comics.com
La page facebook de l’éditeur : facebook.com/UrbanComics

Excellent premier tome, un Casey au top, et Derec Aucoin qui mérite largement le détour. Et encore un beau travail éditorial.

Ah une excellente surprise cette sortie !

Je ne suis pas fan des histoires de Supes habituellement ( ben oui, quel enjeux pour un bonhomme invinsible ? ).
Mais là, j’ai vraiment accroché. Tout le talent de Joe Casey c’est de faire resortir la faillabilité de Clark en le confrontant à des situations humaines auxquelles tout surhomme qu’il est, il demeure impuissant ( comme l’épisode où il se fait passer pour un mineur ).
C’est écrit avec tact et subtilité.

Vraiment à conseiller !

Qui plus est, Urban fait du bon boulot encore une fois avec un effort éditorial pour rendre l’histoire accessible aux beotiens,
Qu’ils continuent dasn cette voie chez Urban ! :wink:

C’est tout le propos du run de Casey.
Et c’est en cela que commencer l’édition de Superman par ces épisodes, c’est une brillante idée !

Et dans le même temps, il crée des menaces cosmiques incroyables (un peu dans la veine, d’ailleurs, de ce qu’il avait fait sur Mr Majestic).
Vraiment, c’est brillant.

Jim

Joe casey c’est souvent bien fait, je trouve.

Il a quand même à son actif quelques merveilles, dont la reprise en mode “capitaine d’entreprise” de Wildcats. Ce qui n’était pas gagné d’avance. Il fait peu de super-héros, mais à chaque fois, il trouve des angles résolument originaux. J’attends bien des choses de sa reprise de Haunt, par exemple.

Jim

En effet, très bon premier tome. J’attends le second avec impatience.

Sinon, j’ai lu le tome 2 de « Superman : super fiction » de Joe Casey, Charlie Adlard et Derec Aucoin.

Je trouve que, par rapport au Batman et au Wonder Woman, c’est le moins intéressant des bouquins sorti par Urban.

Déjà, il y a un peu mensonge sur la marchandise car il ne s’agit pas vraiment d’un « récit en 2 tomes » mais du run de Casey sur Superman avec des histoires sans lien les unes avec les autres, notamment par rapport au tome 1.

Il faut aimer le style graphique de Adlard, loin de Walking Dead, et de Aucoin, et on sent bien que Casey tente des expériences avec l’univers de personnage, mais globalement, ça reste pour moi assez anecdotique, vite lu et vite oublié.

Rien de palpitant, donc, et pas forcément le meilleur choix pour du Hardcover.

Moi, j’ai pas encore lu les Wonder Woman, mais vu ce que j’ai entendu, je suis pas sûr d’aimer.
J’ai en revanche été enchanté par le Batman.
Mias personnellement, et depuis des années, j’adore ce run (qui est en fait beaucoup plus long, mais entremêlé de cross-over, donc Ending Battle). J’adore, parce qu’il explore le mythe, et il travaille notamment sur la perception du mythe (Funky Flashman et les produits dérivés, l’écrivain et les romans, Heroville et le genre). Et donc sur le rapport entre réalité, mythe et fiction. Et jusqu’au dernier épisode, il joue là-dessus. Je trouve ça brillant.
Et je trouve ça courageux et méritoire, parce que c’est fait au sein d’une des séries phare du personnage, pas dans une mini-série, un Elseworld ou dans la série d’un clone de Supes.

Jim

J’ai pas encore lu le tome 2 de Sombres Reflet. Par contre j’ai lu (que dis je dévoré!) les deux tomes de Superfiction/ Et franchement, moi qui ne suis pas fan de Superman j’ai adorer!
Merci de l’avoir recommander Jim, sinon je serais passer à coté.

J’aurais été intéressé s’il y avait eu un dessinateur fixe et plus expressif sur la série. Don Kramer, c’est plutôt narratif, mais c’est besogneux et assez raide.

J’ai beaucoup aimé aussi, même si j’avais quelques réticences à revoir le personnage plongé dans une ambiance plus polar que superhéros. C’est bien mené, et même si l’histoire s’étale sur onze épisodes, l’écriture à l’épisode est suffisamment maîtrisée pour ménager coups de théâtre, scènes d’actions ciselées et caractérisation travaillée: Dick est un Batman finalement très emphatique, quitte à ce que ça lui joue des tours, et le reste du casting est bien développé (si l’accent est mis sur la famille Gordon, des personnages comme Sonia Branch ou Requin-tigre tirent leur épingle du jeu). La ville aussi a une importance, une précence grâce au travail sur les voix off et aux cadrages vertigineux de Jock: ses compositions en plongée sont excellentes, rien que la page qui décompose la chute acrobatique de Batman dans le second tome est formidable. Je suis moins client de Francesco Francavilla. La filiation à Mazzuchelli est évidente, mais le dessin d’une case à l’autre est inégal par endroits, au point de paraître malhabile (la scène ou Gordon attrape le tueur en série par la main au-dessus du balcon dans le premier tome est un bon exemple).

J’adore ces épisodes, et je suis très content qu’urban ait fait un spotlight sur cette période qui n’a pas été compilée en TPB, parce que certains épisodes sont difficiles à trouver. Déjà, le dessin de Derec Aucoin, c’est puissant et très expressif, avec une narration toujours au service du récit que ce soit sur les gaufriers dans les scènes de discussion ou dans les scènes d’action. J’ai seulement lu le diptyque dessiné par Charlie Adlard avec les vendeurs d’encyclopédie, et c’est vraiment très astucieux. Le parallèle avec le mythe et en particulier Atlas est très bien vu dans cette histoire, et Casey préfère verser dans l’humour et la légèreté pour conclure son histoire, plutôt que dans les mandales souvent de rigueur. Et cet aspect pacifiste de Superman (bien trop rare à mon goût), qui privilégie la discussion à la violence pour résoudre les conflits, est ici employé de façon judicieuse et drôle. Vraiment une excellente période. J’ai récupéré quelques épisodes antérieurs de Casey, notamment quelques uns dessinés par le regretté Mike Wieringo et ça a l’air très sympa aussi.

Entièrement d’accord de bout en bout, sur la symbolique, sur le pacifisme, sur la mise en scène. Rajoutons une réflexion sur le héros (notamment en politique), sur les codes du genre super-héros (la métamorphose… notamment en insecte…). Enfin bref, du premier choix, même si j’ai peur que ce diptyque passe un peu inaperçu. Ou pas assez remarqué.
Après, comme tu le soulignes, Urban a le courage de fabriquer du TPB qui n’existe pas en VO, et donc de devancer les attentes. Et c’est là que je les attends : ne pas être prisonnier de l’offre américaine, mais proposer des choses fortes en fonction de leur public et de leur marché.
D’ailleurs, puisque j’en suis aux compliments, je signale que j’ai feuilleté le tome 2. Je connais bien les épisodes US, et je sais que les éditeurs US se sont grave quichés sur un épisode, le second de l’intrigue consacrée au politicien, parce qu’ils ont réduit les pages par rapport au format de la page publiée (d’où marge plus grande, tout ça). Hé bien l’édition Urban a rétabli le truc en remettant les pages au bon format, ce qui fait que les endroits où Aucoin avait prévu des cases en débord sont bien respecté. Cela témoigne d’un soin et d’une attention pour le produit, qui fait que, en l’occurrence, l’édition de ces épisodes est meilleure en France qu’aux États-Unis.

Jim

Je viens de finir ce deuxième tome, et en plus des qualités listées plus haut, j’ai particulièrement apprécié le dernier épisode, qui fait la synthèse des thèmes développés par Casey. Superman s’interroge sur son rôle suite à la disparition du minuteman , et Casey en profite pour développer une réflexion sur la notion d’héroïsme, qu’il s’agisse de surhommes costumés, d’ambulanciers urgentistes, de policiers… et sur les sacrifices faits par tous ces gens, qui placent la vie des autres avant la leur. La notion de symbole est également présente, le S étant réutilisé a de nombreuses reprises. Vraiment très bien.

J’ai aussi adoré de bout en bout, et Superman étant malheureusement comme un truc ringard/propagande US/slip/invincible donc sans intérêt/et j’en passe, au moins ces récits nous rappellent toute la puissance du mythe de Superman, de ce que ce S signifie, et donne envie d’en porter un et d’être digne de ça.

Super content de lire ces avis positifs. Pour ma part, c’est une merveille, cette période.

Jim

je vais en remettre une couche alors. :wink:
bizarrement j’avais fait l’impasse dessus au moment de leurs parutions.avec le recul quelle erreur.
j’ai réussi à mettre la main dessus en occasion et je me suis régalé du début à la fin des 2 tomes

Oui, tout ça, c’est pour nous expliquer que tu paies tes livres d’occaz !
Bouh c’est mal !

:wink:

Jim

c’est surtout qu’il y a un “fou” qui s’en est débarrassé