THE MYSTERIOUS MR WONG (William Nigh)

REALISATEUR

William Nigh

SCENARISTES

Lew Levenson et Nina Howatt, d’après la nouvelle de Harry Stephen Keeler

DISTRIBUTION

Bela Lugosi, Wallace Ford, Arline Judge, Lotus Long…

INFOS

Long métrage américain
Genre : suspense
Année de production : 1934

Il y a des rôles qui marquent une carrière. Après avoir joué des centaines de fois sur les planches le comte Dracula à la fin des années 20, le comédien d’origine hongroise Bela Lugosi devient célèbre en 1931 lorsqu’il reprend le rôle du mythique vampire dans la production Universal signée Tod Browning. Il refusera ensuite celui de la créature de Frankenstein dans le film de James Whale (monstre qu’il finira par personnifier dans Frankenstein rencontre le Loup-Garou en 1942 pour un résultat pas très convaincant). Cela ne l’empêchera pas d’être catalogué dans le cinéma horrifique, son fort accent l’empêchant d’obtenir certains rôles qu’il convoite.
Même s’il participe à des oeuvres de qualité (comme Le Chat Noir de Edgar G.Ulmer avec Boris Karloff et Le Loup-Garou avec Lon Chaney Jr), il doit vite se résoudre à s’engager dans des séries B de plus en plus modeste et signe un contrat avec l’un des nombreux petits studios de la Poverty Row, Monogram Pictures.

Mysterious_Mr_Wong2

Pour Monogram, il tournera notamment ce Mysterious Mr Wong, qui n’a rien à voir avec la série de films dans lequel le britannique Boris Karloff joue un détective d’origine chinoise. Ici, Mr Wong est un chef de triade qui cherche à réunir les 12 pièces d’or de Confucius qui apportent, d’après la légende, richesse et pouvoir à leur possesseur. Il trouvera sur sa route un journaliste qui lui mettra des batons dans les roues.

Dans ce long métrage poussiéreux et fauché, aux décors peu recherchés, Bela Lugosi cabotine misérablement et ne cherche même pas à cacher son fort accent hongrois, ce qui donne un résultat pour le moins incongru. Une jolie démonstration du whitewashing sans vergogne qui régnait sur Hollywood à l’époque car même les sbires de Wong ont bien du mal à paraître asiatiques et seuls quelques seconds rôles font vraiment “couleur locale”.
Ce Fu Manchu de pacotille peine à représenter une véritable menace et le long métrage prend alors une étrange tournure, mi-suspense (mais plat, le suspense…très plat), mi-comédie par l’intermédiaire du journaliste intrépide et de ses gesticulations peu amusantes.
Anémique, l’intrigue a bien du mal à combler les 63 mn d’un ensemble qui se déroule mollement et qui devient vite ennuyeux.

Mysterious_Mr_Wong3

Avant la “menace rouge” des années 50, il y avait le “péril jaune” et The Mysterious Mr Wong accumule donc les pires allusions racistes (souvent assénées par un flic irlandais stéréotypé à outrance). Même en se remettant dans le contexte, c’est le genre de choses qui laisse un certain arrière-goût…

Tourné seulement 3 ans après Dracula, ce pas très mystérieux Mr Wong n’a pas résisté à l’usure des ans. Furieusement daté et très mal écrit, ce petit “suspense” est un médiocre représentant d’un temps où malgré le succès, Bela Lugosi devait déjà accepter n’importe quoi…et c’était 20 ans avant Ed Wood !