THE NEW FRONTIER (Darwyn Cooke)

Panini.

Rien que ce nom dit déjà beaucoup de choses. :sweat_smile:

Bon, je blague, je blague, mais j’ai les TPB v.o., je ne saurais donc proposer aucun exemple précis de problèmes de traduction sur ce titre. Une petite recherche rapide m’apprend néanmoins qu’elle était signée Khaled Talid, un monsieur qui semble avoir sa petite (mauvaise) réputation sur le net (mais les deux-trois volumes que j’ai où il a officié ne m’ont pas donné l’impression d’être particulièrement plus mal traduits – et mal relus, s’entend – que la moyenne de l’éditeur… j’ai peut-être eu de la chance).

J’étais persuadé que c’était édité à l’époque de Semic. Bon après il m’en faut un peu plus qu’un simple Panini = traduction nulle et comme le rappelle tonton Hermes il y a un écart entre ce qui est écrit pas quelques pelos sur le net (la jurisprudence Coullomb m’amène, justement, à être prudent en la matière) et la réalité basée sur des exemples.

edit : d’ailleurs qui se charge de cette nouvelle traduction ?

J’ai lu plusieurs fois les Panini (la dernière remontant à six ou sept ans) et honnêtement je n’ai jamais eu de problèmes avec ce texte, il ne me semble pas aussi pourri que ça. Je crois me rappeler que Khaled Tadil a fait quelques bourdes sur d’autres titres mais c’est comme le cas Coulomb justement, je n’ai jamais mis tout ce qu’il a fait dans le même sac.

edit : d’ailleurs qui se charge de cette nouvelle traduction ?

D’après le site Urban, ce serait Jérôme Wicky…

Artemus Dada : C’est ça, un bon compromis (pour moi).

Ouais, c’est plus pratique. Mais en tout, cette édition en 3 volumes était donc un peu plus chère que cette intégrale (39 EUR contre 35)…:wink:

Malheureusement l’économie ne gomme pas tous les défauts que je trouve à ce format. :slightly_smiling_face:

Ouais, mais si tu prends en compte l’inflation, l’augmentation du coût du papier …
(ou comment relancer un débat à la con)

Hum, alors, je n’ai pas voulu citer le nom parce que ça fait toujours débat, mais bon, Coullomb je ne la citerai clairement pas comment exemple dans le sens que tu sembles sous-entendre.

Il y a un titre qu’elle a réussi à bien traduire et tout le reste de ce que j’ai pu lire par elle (et je ne parle pas que d’exemples glanés sur le net) ça évolue entre la médiocrité et la catastrophe.

Ensuite c’est sûr que si pour toi Coullomb c’est pas si mal et largement acceptable :face_with_thermometer: je pense que tu peux dormir tranquille avec ton édition — à en juger par les reproches que j’ai vus sur le net le concernant, Khaled Talid ne me semble « pas si pire » (comme disent les Québecois) en comparaison de la Grande Geneviève.

Généralement, les gens qui critiquent le travail de Geneviève Coullomb oublient qu’elle officiait déjà chez Lug dans les années 70-80, et qu’on lui doit quelques trouvailles géniales à l’époque où elle gérait à elle seule la traduction des revues Nova et Titans, par exemple. Des choses qui ont servi d’inspiration à une génération de traducteurs.

Se baser sur ce qu’on a lu d’elle chez Panini pour la juger, ce serait un peu comme dire, après avoir lu trois messages d’Oncle Hermès sur un forum, que c’est un sinistre con vénéneux, malfaisant et adepte des contre-vérités.

Une hypothèse que je me garderais bien de confirmer sans avis médical.

C’est exactement ceux à quoi je pensais (également que les critiques sur la traduction proviennent aussi de désaccord sur la manière ou de méconnaissance du vocabulaire). Donc, de la même manière, si les critiques sur Talid se fonde sur le même processus critique je pense que ca peut être largement contestable. En attendant quelques choses de plus détaillé.

Mais au delà de ça, histoire de faire un peu de lèche, le nom de Wicky à tendance à me faire sortir sans problème mon porte-monnaie pour acheter un livre ou une BD. Tant j’adore la musicalité de ses traductions

1 J'aime

N’en jetez plus, je vais rougir. Mais aussi, n’hésitez jamais à dire à un traducteur que vous aimez son travail, car devant son clavier et son écran d’ordinateur, il se sent parfois bien seul.

A part ça, pour ne pas polluer davantage ce sujet, et si la violence de mes propos fort peu professionnels a remis deux pièces dans le bastringue de ceux qui aiment flinguer les ambulances, fouetter un cheval mort et aboyer dix ans après le passage de la caravane, je rappelle qu’il existe un sujet fait pour :

Bien sûr, on risque de s’y répéter, mais éviter les répétitions, c’est un souci de traducteur, pas de consommateur lésé dans ses habitudes.

Bah personnellement je n’étais pas lecteur à l’époque de Lug, et en toute honnêteté je crois que ça doit être une des premières fois que j’entends vanter son boulot de ces années-là (et ce n’est pourtant pas la première fois que son nom revient sur le tapis).

Je me base donc sur ce que j’ai lu, concrètement, ce qui ne me semble pas la méthode relevant le plus de la mauvaise foi. Et ce que j’ai lu couvre tout de même des choses sorties sur une quinzaine d’années, sauf erreur de ma part, pas deux posts-its de dix lignes.

On ne va pas remonter toutes les pièces du dossier, ça n’est pas le lieu, — et par ailleurs j’ai un entretien d’embauche à préparer pour cet après-midi, je ne vais peut-être pas perdre deux heures sur une polémique que je cherchais justement à éviter à la base :face_with_raised_eyebrow: et qui tourne en prime à l’attaque personnelle.

Elle fut géniale dans les années 70 et 80 ? Très bien, je note l’opinion, à défaut d’avoir les moyens d’aller la vérifier. Elle a inspiré d’autres traducteurs ? Je n’en doute pas, encore que les exemples les plus immédiatement patents qui me viennent en tête ne soient pas précisément de bons exemples.

Je me bornerai donc à renvoyer à ce que j’écrivais initialement en réponse à la question posée, qui concernait l’œuvre évoquée dans le topic, et son précédent traducteur ; à savoir :

  • Je n’ai pas l’ouvrage en question, j’évite donc de porter un jugement dessus.
  • Le traducteur en question semble avoir une réputation marquée parmi les lecteurs, que je rapporte…
  • …tout en précisant que mes propres lectures, fussent-elles parcellaires, ne corroborent pas nécessairement celle-ci.

Je laisse chacun juge de qui se montre le plus agressif et venimeux dans cette histoire.

Peut-être parce que beaucoup n’ont aucune idée de son rôle à l’époque car les noms des traducteurs n’étaient pas indiqués dans les crédits…

Moi, j’ai adoré son travail sur les Intégrales Thor par Simonson de Paniniche … mais en même temps, je suis nul en anglais !

Le truc, c’est que son travail est bon quand il ne se remarque pas, justement…
Sur le sujet de la traduction, il y a une interview de Patrick Honnoré (à propos de sa traduction sur Docteur Toilettes, principalement, mais il parle également de la traduction plus largement) dans le dernier numéro d’Atom (Très bonne revue sur le manga).

Tori.

Ah, je savais bien que tu n’avais pas que des qualités.
:wink:

Jim

J’ai feuilleté aujourd’hui l’édition de Camelot 3000, chez Urban , et j’ai trouvé la reliure très agréable.

Beaucoup plus que sur les édition dont le dos est « plats », autrement dit la quasi totalité de leurs produit.
Cette reliure, qui mange moins la marge intérieure semble-t-il, devrait être généralisée.

Mais ne dis pas des trucs comme ça. J’ai déjà la version Bulledog !

Ça serait en effet dommage de racheter une histoire juste pour la reliure.

La couleur aussi. Mais il m’en faut plus … j’ai déjà bien assez.

Ahah je me disais exactement ça cette après midi !