Un succès comics peut-il n'être que mauvais ?

Bah zut pas vu ta réponse ><

Euh oué, et ? (tu me fais le coup de la racaille qui ramène son cousin pour se défendre ? :open_mouth: )
C’est pas ce genre d’argument qui me fera changer d’avis xP

Pour moi, le NA est l’un des meilleurs jumping point pour se mettre à Marvel après son style d’écriture peut rebuter mais là c’est une affaire de gout. Et puis si c’était si mauvais pourquoi c’est devenu la franchise phare de Marvel sous son ère?

Ce que j’ai beaucoup aimé c’est le concept surprise (pour ma part) que l’hydra soit derrière tout. C’était inédit pour moi mais depuis le Cap 2 qui reprend le même concept
Je pense que tu perds l’effet de surprise.

Parce qu’il ne faut pas confondre les qualités narrative et commerciales ?

[quote=“Lord-of-babylon”]

Parce qu’il ne faut pas confondre les qualités narrative et commerciales ?[/quote]

Ou parce que ce que tu juges non qualitatif n’est pas de l’avis de tous ?

Indépendamment de ses qualités ou de l’absence d’icelles, le succès de cette série n’est peut-être pas étranger au fait que le line-up de cette équipe incorporait des personnages comme Spider-man ou Wolverine, qui n’avaient jamais été vengeurs jusqu’ici si je ne m’abuse et dont la popularité solo a possiblement contribué a amener le lectorat à s’intéresser de nouveau massivement à la licence Avengers.

Indéniablement, ça a forcément apporté, mais si c’est mauvais les gens ne continueront pas à le lire. Là le lectorat a suivi tout le long

Il y a bien des gens qui ont adoré Civil War, ça ne veut rien dire.

Ou comme l’abondance de personnes qui sont allées voir Lucy, c’est pas pour ça que c’est un bon film.

[quote=“Blackiruah”]

Parce qu’il ne faut pas confondre les qualités narrative et commerciales ?

Ou parce que ce que tu juges non qualitatif n’est pas de l’avis de tous ?[/quote]

Oui mais surtout je ne crois absolument pas que la qualité (ou l’absence de celle-ci) ai une incidence directe sur le succès massif d’une oeuvre.

Pour le cas des Avengers sous Bendis, ils sont devenus la franchise phare de Marvel parce que cela se vendait et non pas parce que c’était bien ou pas.

(accessoirement il faudrait aussi analyser les courbes des ventes sur le long termes. Je ne serais pas étonner de voir une hausse des ventes à partir d’un Civil War par exemple)

(quand à savoir si cela se vend bien parce que c’est de la qualité c’est quelque chose que je ne pourrais jamais affirmer tant les exemples et contre-exemples sont légions)

ça veut juste dire qu’on peut raisonnablement supposer que beaucoup de gens aimaient la série, et encore, même affirmer que le lectorat a suivi tout du long, ça me paraît erroné compte tenu de l’état de délabrement perpétuel du marché (même si c’était sans doute moins prononcé en 2004-2005 que maintenant). La série a bien été relancée avec un nouveau numéro 1 sous l’égide du même scénariste, et indépendamment des changements de statu quo et autres considérations créa…marketing, je ne pense pas qu’un éditeur userait de ce genre de manœuvre si le lectorat restait effectivement constant dans la durée.

Mais l’argument massue qui consiste à dire qu’un succès ne peut pas s’expliquer sans qualité, ça n’en est pas un, d’argument, ou du moins ça n’est pas fondé sur quelque chose de concret. Parce qu’on peut trouver des tombereaux d’exemples de titres qui n’ont pas marché en dépit de qualités et qu’à l’inverse, on peut aussi trouver des comics qui ont cartonné alors qu’avec le recul, il parait très difficile de leur trouver des qualités. Tu serais surpris de voir le succès qu’a connu Rob Liefeld dans les années 90, entre autres.

Hors comics, il n’y a qu’à voir le succès de certaines émissions de TV (de télé-réalité, notamment) pour voir que succès ≠ qualité…

Et ça me fait penser à ceci, où le rédacteur compare les chiffres de vente de “vieux” comics à ceux de comics actuels… Bon, la conjoncture n’est évidemment pas la même : actuellement, les gens ont beaucoup plus de modes de divertissement (notamment les jeux vidéo, mais également la place beaucoup plus présente de la télévision, sans parler du temps passé sur l’internet), et il y a donc évidemment moins de lecteurs de comics.

Tori.

Donc le bouche à oreille ne servirait à rien ?

D’accord donc Marvel multiplie les titres des Avengers avec **Bendis ** à sa tête sur la majorité des titres (voire tous par moment) sans qu’il y ait de la qualité ?
Le lectorat de comics suivrait une centaine d’épisodes signé Bendis sans que ça plaise ?

Non, franchement j’y crois pas. Je pense que c’était bon au début puis ça s’érode méchamment à la fin au vu du marché. D’ailleurs, je suis même convaincu que AVX est arrivé en grande partie pour pouvoir déplacer Bendis des Avengers car il finissait par perdre du marché car c’était moins bon (voire nul).

Je veux bien qu’on dise que l’on pense qu’un titre soit nul etc. Ca n’engage que la personne, mais la vérité aujourd’hui vient du marché, si ça vend de plus en plus, (au delà du numéro 1-2-3 dans le comics), c’est que c’est bon, si ça vend de moins en moins… Eh bien ça veut tout dire.

Y’a qu’à regarder la vie des derniers volumes de Wolverine, c’était nul, boum ça part vers la fin. Et pourtant c’est Wolvi…

Effectivement, ça serait intéressant, et je pense que tu as tout à fait raison.

Absolument pas d’accord sur l’équation “ça se vend de plus en plus donc c’est bien”. Le Frankenstein de Lemire est infiniment meilleur que le Justice League de Johns, et pourtant, on sait quelle série s’est arrêtée.

Passé un certain seuil, il y a suffisamment d’éléments (présence d’un dessinateur vedette, grosse campagne de pub…) pour que les choses se vendent toutes seules, indépendamment de la qualité intrinsèque du truc.

Le fait que ça plaise à un grand nombre de gens et le fait que ce soit bon, c’est complètement deux choses différentes. De très bonnes choses peuvent se vendre mieux que les autres, mais il est possible également que des choses très médiocres, insipides et tièdes, se vendent également très bien (justement parce qu’elles ne sont pas corsées). Et à l’heure du buzz, des emballements médiatiques et tout ça, il y a de fortes chances que les gros succès ne soient pas les plus grandes réussites.

Jim

A tes yeux, je ne suis pas sûr que j’aurais le même jugement que toi.

A travers tes mots, j’ai l’impression que tu juges une oeuvre uniquement sur le scénario. Peut être qu’aujourd’hui, le public de comics privilégie le dessin? Bon j’en doute mais le curseur doit être pas loin du milieu

Mais est-ce mes propos ? Je ne dis pas que c’est la meilleure oeuvre qui n’ait jamais existé, je dis juste que c’est bon si de plus en plus de gens achètent. et c’est d’autant valable sur le run de Bendis vu que c’est devenu la franchise phare avec son run. Je refuse de croire que c’est dénué de qualité.

D’ailleurs, j’en trouve moi même, c’est pas pour rien.

[quote=“Blackiruah”]
A tes yeux, je ne suis pas sûr que j’aurais le même jugement que toi.[/quote]

Alors voilà, tu mets le doigt sur l’aspect subjectif de la chose.

C’est ce que je suis mieux à même de juger, le scénario.
Mais pour le dessin, je pense que les gens cherchent ce qui est à la mode. S’ils cherchaient de bons dessins, et pas des dessins qui font vibrer la corde geek, c’est Garcia-Lopez qui dessinerait Superman, aujourd’hui. C’est David Williams qui dessinerait Avengers. C’est Tom Fawler qui dessinerait Spider-Man.

Je ne voudrais pas donner l’impression d’être méprisant : le lecteur n’est ni scénariste ni dessinateur, il lit ce qu’il aime, on n’a pas à demander qu’il sache reconnaître la qualité technique. Mais force est de reconnaître que l’arrivée de Romita Jr sur Superman, avec ses dessins miteux, ses personnages de travers et ses décors en plastique, attire plus d’attention que les épisodes d’Eddy Barrows, qui, lui, ne se moque pas du client.

J’ai peut-être lu trop vite, ou peut-être raté l’ironie, mais tu as écrit :

C’est la vérité du marché. C’est pas la vérité qualitative.
Plein de gens mangent MacDo. C’est pas de la grande cuisine.

Tu l’as sans doute dit avec ironie et j’ai pas capté, auquel cas oups ! J’ai réagi trop vite.

Si de plus en plus de gens l’achètent, c’est que le matraquage fonctionne et que le coup marketing est excellent. Et éventuellement que ça correspond à une attente (laquelle, je sais pas : voir Spidey et Wolvie dans la même équipe ?). Pas que c’est un bon run des Vengeurs.

J’ai un pote libraire qui, un jour, a dit à un pote dessinateur sortant son premier album : “Je t’en prends soixante”. L’autre, le dessinateur, paniqué, lui répond : “T’es fou ! C’est un premier album, par un gars que personne ne connaît, tu vas en vendre trois, en garder un et en retourner cinquante-six”. Le pote libraire explique : “Non, je vais en mettre trois en vitrines, un en facial, et cinquante-six en pile. Les gens vont rentrer, vont voir la pile, et vont se dire ‘si le libraire en appris autant, c’est que ça se vend, si ça se vend, c’est que c’est bon, si c’est bon, faut que je l’ai’. Et comme ça, je vais en vendre plus des deux tiers et je vais garder le reste que je vendrai sur l’année.

Et sérieux, c’est comme ça que ça marche bien souvent. Pas tout le temps, mais bien souvent.
Le buzz. Le “tout le monde en parle”. Le hype. Le “must have”. Appelle ça comme tu veux, c’est une simple mécanique qui construit des succès.

Geoff Johns et Jim Lee sur le plus gros groupe de DC ? Must have.
Geoff Johns et John Romita Jr sur le premier héros DC ? Must have.

Tu sais d’emblée que ça va vendre des charrettes, indépendamment de la qualité.

En 2002, Bendis est total “all the rage”. Et Finch redevient hype. Austen fait de la pub pour le mec qui a pris sa place, en le traitant de “fucking genius”. Marvel sort les trompettes pour la promo. Résultat ? Bendis et Yu sur les plus puissants héros de la Terre ? Must have !

Nuff said, dirait Tonton Stan.

Sans doute.
Je n’ai pas encore trouvé lesquelles : Bendis écrit tous les personnages de la même manière, il fait traîner les intrigues, il raccroche les wagons au petit bonheur, il ne tient pas compte de la continuité, les blagues sont mauvaises, les idées lancées ne débouchent sur rien, les ennemis vont du pathétique à l’inexistant, la dynamique de l’équipe ne prend pas, il détruit plus qu’il ne construit… Je crois que c’est l’électrochoc qui a fonctionné, il a cassé le jouet et exhibé les morceaux, ça plaît toujours. Mais il n’a rien construit avec.
Et sérieusement, je crois que ce qui a fait de la série une franchise marquante, c’est l’arrivée de Spidey et de Wolvie. Parce que le film, auquel la série de Bendis a servi de tremplin, adapte les Vengeurs des années 1960, pas les siens.

Des foules entières ont acheté les Vengeurs de Bendis ? Grand bien leur fasse. Ça ne veut pas dire pour autant que c’est une bonne lecture.

Jim

Bien sur que je mets le doigt sur le subjectif, quand je parle du marché, j’essaie d’être pragmatique tout simplement.

Pas trop compris, tu insinues que Jim Lee, Ivan Reis, Jason Fabok, Leinil Yu ou Mc Niven, etc. ne font pas de bons dessins?

Ah bah tiens notre cher ami Romita Robot jr, justement, tu trouves ses dessins mauvais (et je suis ton plus grand supporter là), mais quand j’en parle à la boutique, la plupart trouve ça beau et encore plus sur Superman ! Va savoir… Mais c’est une affaire de goût et faut croire que si après 3-4 épisodes ça se vend toujours bien : c’est que ça plait aux clients…

Certes mais les gens trouvent que mc do c’est bon, sinon ils n’iront pas.

[quote=“Jim Lainé”]Si de plus en plus de gens l’achètent, c’est que le matraquage fonctionne et que le coup marketing est excellent. Et éventuellement que ça correspond à une attente (laquelle, je sais pas : voir Spidey et Wolvie dans la même équipe ?). Pas que c’est un bon run des Vengeurs.

J’ai un pote libraire qui, un jour, a dit à un pote dessinateur sortant son premier album : “Je t’en prends soixante”. L’autre, le dessinateur, paniqué, lui répond : “T’es fou ! C’est un premier album, par un gars que personne ne connaît, tu vas en vendre trois, en garder un et en retourner cinquante-six”. Le pote libraire explique : “Non, je vais en mettre trois en vitrines, un en facial, et cinquante-six en pile. Les gens vont rentrer, vont voir la pile, et vont se dire ‘si le libraire en appris autant, c’est que ça se vend, si ça se vend, c’est que c’est bon, si c’est bon, faut que je l’ai’. Et comme ça, je vais en vendre plus des deux tiers et je vais garder le reste que je vendrai sur l’année.

Et sérieux, c’est comme ça que ça marche bien souvent. Pas tout le temps, mais bien souvent.
Le buzz. Le “tout le monde en parle”. Le hype. Le “must have”. Appelle ça comme tu veux, c’est une simple mécanique qui construit des succès.

Geoff Johns et Jim Lee sur le plus gros groupe de DC ? Must have.
Geoff Johns et John Romita Jr sur le premier héros DC ? Must have.

Tu sais d’emblée que ça va vendre des charrettes, indépendamment de la qualité.[/quote]

Mais t’oublies une chose, certes il matraque mais Geoff Johns, jim lee, Remender, Aaron : ce sont des gages de qualité aujourd’hui. Ils peuvent matraquer car ils ont confiance dans leur produit. tout simplement. Mais maintenant prenons le cas des derniers volumes de Wolverine : Personnage star + dessinateur star + scénariste qui monte. franchement Marvel a bien appuyé sur ce relaunch… 2 fois ! Et pourtant ça a pas pris, pourquoi ? Parce que c’était nul. Le public l’a fait payer.

Tout ça pour dire que oui l’effet médiatique et promotionnel a un impact sur ton produit, je ne dis pas le contraire, mais sur une série de 60 épisodes qui a entraîné pleines de séries sœurs. Ca ne repose pas que sur la visibilité du produit. Si c’était si mauvais ça aurait chuté (comme les X-Men post-house of M)

[quote=“Jim Lainé”]Sans doute.
Je n’ai pas encore trouvé lesquelles : Bendis écrit tous les personnages de la même manière, il fait traîner les intrigues, il raccroche les wagons au petit bonheur, il ne tient pas compte de la continuité, les blagues sont mauvaises, les idées lancées ne débouchent sur rien, les ennemis vont du pathétique à l’inexistant, la dynamique de l’équipe ne prend pas, il détruit plus qu’il ne construit… Je crois que c’est l’électrochoc qui a fonctionné, il a cassé le jouet et exhibé les morceaux, ça plaît toujours. Mais il n’a rien construit avec.
Et sérieusement, je crois que ce qui a fait de la série une franchise marquante, c’est l’arrivée de Spidey et de Wolvie. Parce que le film, auquel la série de Bendis a servi de tremplin, adapte les Vengeurs des années 1960, pas les siens.

Des foules entières ont acheté les Vengeurs de Bendis ? Grand bien leur fasse. Ça ne veut pas dire pour autant que c’est une bonne lecture.[/quote]

Et pourtant je m’éclate quand je lis les new Avengers, peut être une notion de culture, peut être parce que je ne les ai lu qu’en TP, aussi parce que j’aime le rythme de son écriture et que je suis bon public, toujours est il que New Avengers est une bonne lecture pour moi et c’est mon avis (subjectif).

Alors quand une personne dit, “j’ai lu le premier volume de New Avengers, et j’ai bien aimé”, je comprends pas pourquoi il faudrait lui dire de fuir la série comme la peste car on n’a pas aimé, c’est illogique sachant que la suite est dans la continuité du premier volume. Faut être pragmatique, d’autres gens ont aimé puisque le titre a marché, faut plutôt l’inviter à découvrir la suite tout en le prévenant que le titre ne vous a pas plu.

Bon, là on sort du cadre et je ne sais pas si la métaphore ira avec les comic books , mais pour ce qui est du McDo (et là, je suis assez bien placé pour savoir de quoi je parle), ce qui est quand même affligeant, c’est que c’est la preuve que les gens ne connaissent plus (pas ?) le goût des aliments. Quand ils s’extasient (ouais, j’ai vu ça à multiples reprises) devant les frites du McDo, mais bordel, ils n’ont jamais mangé de frites “maison” ? La salade est en plastique, le goût de la sauce est masqué par le sucre et l’acidité (vous avez dit cache-misère ?), etc …

Alors s’ils aiment ça, bien leur fasse, mais ce n’est pas de la nourriture (et donc pas un restaurant, parce que ce qui est rigolo, t’en as pas un qui a fait de la cuisine dans l’arrière-boutique), c’est un amas de protéines, de glucides et de lipides !

[quote=“Blackiruah”]

[quote=“Jim Lainé”]C’est la vérité du marché. C’est pas la vérité qualitative.
Plein de gens mangent MacDo. C’est pas de la grande cuisine.[/quote]

Certes mais les gens trouvent que mc do c’est bon, sinon ils n’iront pas.[/quote]

Ah mais les gens ont le droit d’avoir mauvais gout. On s’éloigne du comics du coup, et comme ma spécialité, c’est le cinéma, je vais parler des films Fast and Furious.
Concrètement, c’est de la merde. C’est mal monté, mal éclairé, très mal joué, mal réalisé dans l’ensemble, le son ne concorde pas avec l’image la plupart du temps, le scénario est bancal. Il n’y-a rien de bon dans ces films. Pourtant ça cartonne. Pourquoi? Parce qu’il y-a de belles voitures, des gros seins pour les mecs, des abdos pour les filles, du tuning, un non respect des règles, de la musique de bourrin, pas besoin de réfléchir.
Voila la réussite de cette série. Rien ne repose sur la qualité des films, mais tout sur le mauvais gout, ou juste le gout (on peut très bien aimé les grosses voitures bien flashy hein, j’ai rien contre) des gens.

J’imagine qu’on peut appliquer ça pour les comics aussi, mais je suis moins à même d’en parler. En tout les cas, les ventes d’un produit ne peuvent en aucun cas prouver la qualité de ce dernier. C’est juste faux d’affirmer le contraire. Ce n’est même pas une question d’opinion.

[quote=“Darkythib”]Ah mais les gens ont le droit d’avoir mauvais gout. On s’éloigne du comics du coup, et comme ma spécialité, c’est le cinéma, je vais parler des films Fast and Furious.
Concrètement, c’est de la merde. C’est mal monté, mal éclairé, très mal joué, mal réalisé dans l’ensemble, le son ne concorde pas avec l’image la plupart du temps, le scénario est bancal. Il n’y-a rien de bon dans ces films. Pourtant ça cartonne. Pourquoi? Parce qu’il y-a de belles voitures, des gros seins pour les mecs, des abdos pour les filles, du tuning, un non respect des règles, de la musique de bourrin, pas besoin de réfléchir.
Voila la réussite de cette série. Rien ne repose sur la qualité des films, mais tout sur le mauvais gout, ou juste le gout (on peut très bien aimé les grosses voitures bien flashy hein, j’ai rien contre) des gens.

J’imagine qu’on peut appliquer ça pour les comics aussi, mais je suis moins à même d’en parler. En tout les cas, les ventes d’un produit ne peuvent en aucun cas prouver la qualité de ce dernier. C’est juste faux d’affirmer le contraire. Ce n’est même pas une question d’opinion.[/quote]

On peut aller plus loin avec Transformer 4, je trouve ça creux et nul et pourtant le succès est monstre, quand tu vois ça, tu te dis juste que le client moyen s’en fout de comment ton film est monté, de la qualité des plans, tant que le client s’éclate, ça lui suffit. Et elle est là la qualité de ce produit, c’est distrayant (voir très pour certains) peu importe la manière.

[quote=“Blackiruah”]

[quote=“Darkythib”]Ah mais les gens ont le droit d’avoir mauvais gout. On s’éloigne du comics du coup, et comme ma spécialité, c’est le cinéma, je vais parler des films Fast and Furious.
Concrètement, c’est de la merde. C’est mal monté, mal éclairé, très mal joué, mal réalisé dans l’ensemble, le son ne concorde pas avec l’image la plupart du temps, le scénario est bancal. Il n’y-a rien de bon dans ces films. Pourtant ça cartonne. Pourquoi? Parce qu’il y-a de belles voitures, des gros seins pour les mecs, des abdos pour les filles, du tuning, un non respect des règles, de la musique de bourrin, pas besoin de réfléchir.
Voila la réussite de cette série. Rien ne repose sur la qualité des films, mais tout sur le mauvais gout, ou juste le gout (on peut très bien aimé les grosses voitures bien flashy hein, j’ai rien contre) des gens.

J’imagine qu’on peut appliquer ça pour les comics aussi, mais je suis moins à même d’en parler. En tout les cas, les ventes d’un produit ne peuvent en aucun cas prouver la qualité de ce dernier. C’est juste faux d’affirmer le contraire. Ce n’est même pas une question d’opinion.[/quote]

On peut aller plus loin avec Transformer 4, je trouve ça creux et nul et pourtant le succès est monstre, quand tu vois ça, tu te dis juste que le client moyen s’en fout de comment ton film est monté, de la qualité des plans, tant que le client s’éclate, ça lui suffit. Et elle est là la qualité de ce produit, c’est distrayant (voir très pour certains) peu importe la manière.[/quote]

Ce dialogue de sourds. :mrgreen:

Non, la qualité d’un film passe par des critères spécifiques tel que l’éclairage, le montage, la réalisation dans son ensemble donc, le jeu des acteurs, le scénario etc…
C’est ça la qualité, c’est tout, ce n’est pas discutable.

Après, beaucoup de films pourris (et donc de comics pourris j’imagine) plaisent au grand public car ce grand public n’a pas assez de sens critique. “Il y-a de belles voitures donc c’est bien”. “Il y-a des gros robots, donc c’est bien”.
Ça ne change rien au fait que c’est mauvais. Ce n’est pas, comme tu dis, là que se trouve la qualité du produit.

Sinon autant dire que Secret Story est une émission de qualité hein!

Non, tout simplement, un gros pourcentage de la population est trop stupide pour comprendre ce qui rend une oeuvre bonne ou mauvaise. De par ce fait, dès qu’un élément plait à ce pourcentage, il va voir le dit-film, et ce film lui plait vu qu’après tout, il ne sait pas juger de la qualité d’un produit. Ca ne rend pas ce produit meilleur.

[quote=“Blackiruah”]
Pas trop compris, tu insinues que Jim Lee, Ivan Reis, Jason Fabok, Leinil Yu ou Mc Niven, etc. ne font pas de bons dessins? [/quote]

Entre les vieux qui fonctionnent sur des automatismes après s’être placés à un poste important (Jim Lee) et les autres qui font des planches impressionnantes mais qui affichent tout de même des faiblesses (et j’aime beaucoup le boulot de Fabok, hein…) derrière des effets de manche, le seul grand dessinateur de la liste me semble être Ivan Reis, même s’il commence à tourner en rond. Mais il a vraiment une base époustouflante. Mais comme il dessine en mode réaliste, il plaît aux masses qui aiment Finch ou Hitch.

On en revient aux mêmes questions : ce n’est pas parce que ça plaît à la majorité que c’est bon.

[quote=“Blackiruah”]

[quote=“Jim Lainé”]C’est la vérité du marché. C’est pas la vérité qualitative.
Plein de gens mangent MacDo. C’est pas de la grande cuisine.[/quote]

Certes mais les gens trouvent que mc do c’est bon, sinon ils n’iront pas.[/quote]

“Trouvent”.
Tout est dans le “trouvent”.

Non.
Ils sont gage de régularité et de projet à long terme. Gage que tant qu’ils sont là, ils mèneront le projet et feront exister la série.
Qu’ils seront peut-être capable de transformer des franchises vieillottes et oubliées en grosse machine.
Mais ça marche pas à tous les coups. Le Spider-Woman de Bendis et Maleev, le Moon Knight de Bendis, ça n’a pas décollé. J’imagine qu’on a pareil chez Johns.

Geoff Johns sur Justice League, il a une raison de ne pas avoir confiance ?

On peut aussi imputer les changements de dessinateurs, les renumérotations, n’importe quoi d’autre.
Si le public sanctionnait les mauvais comics, Justice League n’aurait pas fini sa première année.

La visibilité crée la visibilité. Des séries dérivées, ça génère de la visibilité. Et là, ça crée un événement, une emballement. Si en plus les cross-overs tournent autour de ces séries, genre Secret Invasion, alors ça nourrit le buzz. Un gros buzz, un seul scénariste, quelques cross-overs avec les Vengeurs au centre, et tu tiens cinq ans.

Oui, et j’ai pas de problème avec ça, des tas de gens apprécient des trucs que je n’apprécie pas, pas de souci. Mais on ne peut pas dire que la grandeur d’un succès est un signe de la qualité. Man of Steel a été un énorme succès ciné, c’est un film pourtant médiocre qui passe à côté de son sujet.
Et moi, ça ne me dérange pas de ne pas avoir les goûts de la majorité.
:wink:

Oui, là encore, totalement d’accord.
Mais ça n’a pas grand-chose à voir avec la question du rapport entre popularité et qualité.
Moi, je ne suis pas commerçant, mais si je devais croiser quelqu’un qui me dit “tout le monde me dit que les New Avengers de Bendis c’est bien, je pensais donc à essayer”, je commencerais par lui demander s’il a déjà lu des aventures des Vengeurs, et par lui demander ce qu’il aime en général. Et s’il aime, je sais pas moi, ceux de Stern, de Harras, d’Englehart, de Busiek, s’il préfère les histoires cosmiques ou les histoires “street level”, tout ça. En fonction de ce qu’il me dit, peut-être que je lui conseillerais plutôt les épisodes de Dan Slott ou de de Remender, ou des rééditions…
En tout cas, je ne lui dirais pas “tout le monde le lit, faut que tu le lises”.

Jim

une remarque en passant ; “si tu achetes, manges où consommes c’est que tu trouves ça bon”.

Elle repose sur quoi cette assertion sinon une tautologie ?

Il suffit pourtant de s’arrêter sur soi, sur le monde, pour s’apercevoir qu’il y a plein de chose qu’on fait sans pour autant ni y être obligé un flingue sur la tempe ni trouver ça bon.

Il y a un temps le terme d’aliénation était connu de tous, ça évitait un peu les approches naïves sur la question du libre arbitre.

Voilà.

Et sinon, dans son ensemble j’aime de beaucoup à assez le run de bendis et je lui trouve plein de qualité, mais j’ai déjà en plusieurs occasions développé cela.