VALERIAN ET LA CITÉ DES MILLE PLANÈTES (Luc Besson)

Luc Besson a inauguré l’ouverture de son compte twitter en officialisant la mise en chantier de son prochain film : Valérian et la cité des mille planètes, d’après l’oeuvre de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières.

Apparue en 1967 dans les pages du journal Pilote, la bande dessinée Valérian, agent spatio-temporel raconte les aventures de Valérian et Laureline, deux agents du Service Spatio-Temporel aux ordres de l’Empire Galactique Terrien. Pour son 40ème anniversaire, la série a été retitrée Valérian et Laureline.

Fan de longue date de la bande dessinée, Luc Besson avait déjà travaillé avec Jean-Claude Mézières il y a plus de 20 ans, puisque le papa de Valérian avait participé à la création des décors du Cinquième Element.

Le couple vedette est connu : Dane DeHaan (Chronicle, The Amazing Spider-Man 2) sera Valérian et Cara Delevingne (Suicide Squad) sera Laureline.

Le tournage de Valérian et la cité des mille planètes (titre qui évoque l’album L’Empire des Mille Planètes) débutera en fin d’année en vue d’une sortie prévue pour le 26 juillet 2017.

Bon, alors, le cœur de cible de Besson, ça va être qui, avec une adaptation pareille !
Les vieux lecteurs ou les jeunes qui ne connaissent pas la BD ?

:mrgreen:

Ça c’est une Bande-dessinée que j’aurais bien aimé adapter au cinéma. J’ai un carnet plein de notes quelque part.

Un réalisateur médiocre à la personnalité tout aussi limitée, un casting amérlock (c’est pas aujourd’hui qu’on va secouer un cinéma français qui s’endort avec son paquet de comédies bobo sur le thème de l’intégration), ça sent le projet à éviter.

Je n’aime pas employer cette expression, mais “LOL” me semble particulièrement pertinent ici.

Après le mystère KabFC, le mystère Jack résolu ? :slight_smile:

Besson, c’est un brin inquiétant. DeHaan, c’est un peu rassurant.

Le gros patrimoine fantastique français ne peut passer que par l’américanisation. C’est un peu tristouille, quand même.

Jim

Je crains vraiment un gros détournement ne gardant que le côté space-opera (indéniable dans cet album)…
Besson a de la réserve avec la série… Cela nous promet quelques “perles” en perspective.

Au fait, qu’est devenu le dessin animé dont quelques images avaient été déjà faites : “les astéroïdes de Shimballi” ?

ginevra

Vous semblez tous oublier que, pour une bonne partie de la population, nous sommes des “anormaux” en nous intéressant à des domaines aussi futiles que : la science-fiction et/ou le fantastique; les bandes dessinées, comics et/ou mangas; le cinéma dans sa globalité; les jeux de société et/ou les jeux vidéo…

Donc, le passage par les USA est sans doute la seule voie possible puisque, là-bas, nous ne serions pas autant anormaux.

ginevra

Les comics ce sont vachement démocratisés depuis la diffusion des films Marvel. T’es plus regardé comme un extra-terrestre dans le transports en commun si tu lis un Batman ou un Spider-Man.
Et on en parle en plus au JT (mort de Captain America, Spider-man qui enlève le masque, Miss Marvel, etc).

Enfin, ouais, y a de l’amélioration, mais bon, c’est pas encore ça. Je n’ai fait que porter un t-shirt avec le logo de batman (en noir sur fond gris en plus, donc pas de couleur flashy) ou un autre des solidays avec un logo bien orienté super-héros, et voilà les remarques que je me suis payé ! :unamused:

C’est surtout parce que tu prenas une voix caverneuse ne disant " je suis batman".

C’est sur ça aide pas. Moi je me balade avec mes t-shirt sup, Silver surfer ou autres et je n’ai aucune remarque.

Pareil.

[quote=“KabFC”]C’est surtout parce que tu prenas une voix caverneuse ne disant " je suis batman".

C’est sur ça aide pas. Moi je me balade avec mes t-shirt sup, Silver surfer ou autres et je n’ai aucune remarque.[/quote]

Bah écoute, faut croire que je travaille dans une boite pleine de préjugés, que veux-tu que je te dise … (ou avec une petite ouverture d’esprit question culture …).

Après, fort heureusement, mes “potes” de taff ne m’ont fait aucune remarque.

Quand tu regardes le ratio fans de fictions populaires / population générale, tu te rends compte que dans TOUS les pays, les amateurs éclairés sont minoritaires.
Le problème n’est donc pas là.
Le problème, c’est les producteurs.
Sans même aller dans le domaine du fantastique ni nous tourner vers le cinéma, comment expliques-tu qu’il n’y ait plus de séries télé Maigret depuis 2005 (alors qu’en cumulant Jean Richard et Bruno Crémer, tu en as depuis 1967) ? Comment expliques-tu qu’il n’y ait pas une série télé Arsène Lupin ? Et là, je parle seulement de deux piliers ancestraux du patrimoine français, dans un domaine (policier / suspense) qui n’effraie pas trop les producteurs.
Comment expliques-tu que les productions fantastiques se comptent à hauteur d’une poignée par décennie (Le Voyageur Imprudent avec Thierry Lermitte et Jean-Marc Thibault, c’est 1981, je crois, Les Lutteurs immobiles avec Bernard-Pierre Donnadieu c’est 1988, l’adaptation des Fleurs pour Algernon avec Julien Boisselier date déjà de 2006… Alors ouais, j’oublie des tas de trucs (Noires sont les galaxies, l’adaptation du Grand Secret avec Claude Rich), mais on peut pas dire qu’on croule sous le fantastique ou la SF. Patrimoniaux ou pas.
Et l’idée du patrimoine, elle est pourtant évidente. Notamment en BD. Ça commence seulement à venir, en commençant par les évidences du marché, à savoir le gros nez : Les Profs, Boule & Bill, Benoît Brisefer, le tout dans la foulée d’Astérix… J’ai dû voir un seul Astérix, donc je ne suis pas client, je ne suis pas le cœur de cible, mais je suis content que ça existe et que la production cinéma se penche enfin sur cette réserve d’idées, autrement que pour en faire une série de cartoons courts.
L’autre piste purement française, c’est celle des “romans graphiques”, La Vie d’Adèle a montré la voie. Il y a le problème de la fidélité de l’œuvre (sur ce cas précis, ça a fait des vagues, à raison je veux bien le croire - n’ayant pas lu la BD ni vu le film), mais c’est une piste à suivre.
La grande inconnue, c’est l’aspect SF / fantastique / aventure. Les producteurs sont frileux. Les deux films Largo Winch sont loin d’être mauvais, c’est pas le haut du panier en matière de film d’action, mais ça aurait dû donner des idées. Blake & Mortimer fait des scores hallucinants en termes de vente, comment ça se fait qu’on n’ait pas l’adaptation cinéma de certains épisodes ?
Les allemands sont capables de produire Alerte Cobra ou Anges de Choc, alors pourquoi la France ne pourrait pas produire une adaptation des Casseurs, de Duchâteau et Denayer ? Et sans passer par les cases Besson ou Amérique ?
Je poserai même une question corollaire : je sais par des témoignages que l’achat d’options de production n’est pas si rare en France (j’ai des amis et des connaissances qui ont touché des ronds parce que leur BD avait été optionnée pour être adaptée en film, et même si ce film ne s’est jamais fait, ça fait un peu de sous dans la poche, c’est toujours bon à prendre). Donc l’intérêt des producteurs est là. Alors qu’est-ce qui coince ? Manque de budget ? Frilosité face à certains genres ? Crainte que le renom de la licence ne soit pas suffisant ?

Jim

Alexandre Aja et Gregory Levasseur, qui ont commencé par réaliser des films de genre en France (Furia et Haute tension) avant de partir aux USA pour pouvoir faire le cinoche dont ils rêvaient, discutent de ce sujet et de leur expérience dans la vidéo ci-dessous. Bien sûr, ils parlent surtout des films d’horreur, mais ce point de vue peut, je pense, s’étendre sans problème au cinéma de genre en général :

Il y a aussi Les Sentinelles, projet super alléchant qui met un temps fou à se concrétiser.

C’est plutôt intéressant.
Quoique trop court.

Je retiens deux choses :

  • d’une part que l’appétence pour le genre horrifique (mais j’imagine que c’est extensible à d’autres genres…) est là, mais pas pour les produits estampillés français. Et là, je repense à la discussion qui revient continuellement sur les super-héros, à savoir que, hors Marvel ou DC, point de salut (des trucs bien installés comme Spawn ou Hellboy survivent, mais il a fallu une éternité à Invincible pour trouver son public, le combat est super dur pour des trucs comme Irrécupérable, et quant aux super-héros français, là, c’est la galère). Donc il y a la force de l’étiquette, contre laquelle il est difficile de lutter.
  • d’autre part, Aja parle du cinéma espagnol en citant les prix. Alors ce sont des prix que je ne connais pas, je ne saurais dire s’ils récompensent un cinéma de genre ou un cinéma tout court, mais il me semble que les prix Goya récompensent des films, indépendamment des genres dans lesquels ils s’inscrivent. Et là, au final, on touche là, peut-être, à un snobisme franco-français. Cannes ne récompense que rarement des films de genre (on se souvient du “c’est le triomphe de la barbarie” qui a accueilli la palme d’or donnée à Pulp Fiction). Le festival de Gerardmer semble beaucoup moins médiatisé que du temps d’Avoriaz, dont le nom est resté mythique (mais peut-être, là, est-ce moi qui ne suis pas attentif). En tout état de cause, l’élite du cinéma français ne semble pas vouloir récompenser le cinéma de genre, ni l’expression populaire du cinéma (les grandes comédies n’obtiennent pas de prix, c’est connu). Si bien que si la critique officielle ne lance pas l’affaire, ça crée de suite une disparité par rapport à d’autres cinémas (l’exemple espagnol me semble parlant, même si je connais mal…).

Et personnellement, je me dis que c’est dommage, parce que les acteurs, les réalisateurs, tout ça, on les a. Aja cite Haute Tension (et ses suiveurs… je sais pas trop si j’en ai vu, d’ailleurs), mais je citerai aussi Djinns, sorti en 2009, avec Thierry Frémont, qui est plutôt plein de qualités, tout en offrant un petit discours politique qui va si bien avec le film fantastique de manière générale.
Aja parle d’un problème “culturel”, et je pense que ça se joue là, pour ma part.

[quote=“Le Doc”]

Il y a aussi Les Sentinelles, projet super alléchant qui met un temps fou à se concrétiser.[/quote]

Oh il y a des tas trucs à faire. Un chouette space opera Aquablue, ça pourrait donner. Un film Vortex, ça me plairait bien. Une série télé Arlequin (la série de Van Hamme et Dany), ça ferait un Arsène Lupin modernisée de première bourre. Et si on veut un truc en costume, le Domino de Van Hamme et Chéret serait pas mal. Et on pourrait continuer comme ça indéfiniment…

Jim

Lanfeust !!! :mrgreen:

(bah quoi, y a bien Game of thrones ?)

Ils auraient pu le faire dans le sillage (tiens, une série qui pourrait être adaptée également, Sillage) d’Avatar… Il y a des thèmes communs.

Je ne sais pas pourquoi (enfin, je pense que c’est parce que je les ai lues à la même époque dans Tintin), mais en lisant ça, j’imagine une série TV Brelan de dames… Et en parlant de Dany, il est dommage qu’Olivier Rameau n’ait jamais eu d’adaptation à l’écran.

Tori.

Clive Owen a rejoint la distribution de Valerian. Il sera le commandant Arün Fillit.

[quote=“Jim Lainé”]

Vous semblez tous oublier que, pour une bonne partie de la population, nous sommes des “anormaux” en nous intéressant à des domaines aussi futiles que : la science-fiction et/ou le fantastique; les bandes dessinées, comics et/ou mangas; le cinéma dans sa globalité; les jeux de société et/ou les jeux vidéo…

Quand tu regardes le ratio fans de fictions populaires / population générale, tu te rends compte que dans TOUS les pays, les amateurs éclairés sont minoritaires.
Le problème n’est donc pas là.
Le problème, c’est les producteurs.[/quote]

A ce sujet (les producteurs), avec Christophe Gans, on a un exemple ahurissant de projets alléchants qu’il a développé et qui sont tombés à l’eau parce que le producteur qui le soutenait n’avait finalement pas la même idée.
Gans s’était pourtant, à plusieurs reprises, adressé à un des nababs du cinéma français en la personne de Thomas Langmann : ensemble, ils avaient bossé sur “Fantomas”, mais Langmann voulait une version comédie (en référence aux films avec De Funés) alors que Gans voulait revenir aux romans de Souvestre et Allain (Matthieu Lauffray avait d’ailleurs aux designs du film, visibles sur son blog).
Il a été aussi question d’adapter “Rahan” (puis “Tarzan”, un prequel de “20 000 lieues sous les mers”, “Le cavalier suédois”…). Les détails : fr.wikipedia.org/wiki/Christoph … hev.C3.A9s
(ça fait penser à la liste des projets avortés de Orson Welles…)

Mais bon, tout ça coûte énormément de blé, donc peu de producteurs ou de majors sont capables d’investir là-dedans, encore moins quand il s’agit de réaliser des versions “adultes” avec ces histoires.

Il faut que tu vois “La vie d’Adèle” : c’est un très grand film. Une adaptation très libre effectivement de la bd, mais qui la surpasse. En fait, Kéchiche a trouvé dans cette bd la base de son film mais il l’a ensuite retravaillé pour aboutir à quelque chose de plus fort, plus subtil, plus puissant.
Le résultat fait oublier toutes les polémiques qui ont entouré la sortie du film, les querelles entre le cinéaste et ses actrices, etc.

James Huth, qui a réalisé (le pas très bon) “Lucky Luke” avec Jean Dujardin, a longtemps planché sur un film adapté de “Blake et Mortimer”. Je crois me rappeler d’une itw ou d’un article citant André Dussolier (Blake) et François Berléand (Mortimer) dans les rôles-titres. Mais ça n’a jamais abouti. Sans doute encore pour une question d’argent puisque Huth voulait s’inspirer de l’album “La marque jaune” et conserver l’intrigue dans son époque, ce qui impliquait une grosse reconstitution, avec costumes, décors, etc. (Je ne sais pas aussi si Dussolier et Berléand étaient partants ou seulement s’ils étaient souhaités par le cinéaste.)

Pour ce qui est de “Valérian” par Besson, j’avoue que le casting me fait un peu peur.
Cara Delevingne : elle est jolie, mais j’ignore ce qu’elle vaut comme actrice. Je ne trouve pas qu’elle incarne Laureline telle que je l’ai lue, un personnage intelligent et sexy, qui vole la vedette à Valerian. Elle me paraît aussi trop jeune, comme Dehaan.
Besson, je ne veux pas l’accabler, mais si c’est un metteur en scène capable de filmer avec un certain panache (et avec les moyens financiers conséquents pour un projet de cette envergure), c’est aussi un abominable scénariste, c’est pas rassurant quand on le voit se coltiner avec une série aussi dense que “Valérian”. Avec Christophe Gans aux commandes, j’aurai été nettement plus confiant.