VENOM #1-34 (Donny Cates / Stegman, Coello, Bagley)

Le parallèle Cates/Johns est cependant légitime pour leur travail pour étendre la franchise, en la développant à partir de « petits éléments passés ».

Sur ce point, je dirais que la différence (mais c’est aussi lié à ma perception du truc) se situe sur la manière d’organiser ces éléments passés. Il est clair que tous deux ont un souci constant de restituer une continuité cohérente, mais éclairée d’une manière différente. Cependant, Johns élargit là où Cates recentre.
Par exemple, Johns nous invente de nouveaux anneaux, dans une optique arc-en-ciel qui correspond à « l’ère prismatique » dont on parlait il y a peu, à savoir que le modèle Lantern est décliné et multiplié. Cates, lui, ramène les différentes versions de Venom, et sa progéniture variée, à un seul modèle. Même Sleeper (que j’ai découvert en lisant cette série), qui peut apparaître comme l’une des déclinaisons les plus lointaines et périphériques, prend du sens parce qu’il est reconnecté aux fondamentaux, aux racines.

Jim

C’est vrai, mais l’état de la franchise n’était pas le même.
L’univers Green Lantern avait un peu « vidé » tout ce qui pouvait être fait sur le tronc commun : les Gardiens, Oa, etc. Ils en étaient venus à créer de nouveaux Gardiens, dans la série avec John Stewart, puis à anéantir le Corps lui-même.
Johns a étendu, élargi pour redonner de la fougue, de nouveaux éléments avec lesquels jouer. Il a bien sûr lié ça au coeur de la franchise, mais il « fallait » étendre.

Alors que Venom a très rapidement développé les éléments, mais en partant dans tous les sens. La multiplication des symbiotes, des personnages-hôtes… pour finalement ne jamais vraiment donner d’origine, de sens à tout ça. On a bien eu Planet of the Symbiotes, mais ça ne racontait rien ou pas grand-chose.
On n’a jamais « vraiment » su d’où venaient les symbiotes, en fait. Cates s’empare de ce vide et meuble, nourrit autour pour créer des liens, souvent pertinents.
Parce que ça n’existait pas, en fait.

Oui et non. Il y a l’exécrable « Planet of the Symbiotes », des années 1990 (je me demande si je n’ai pas glissé des commentaires quelque part, il y a longtemps), et qui avait proposé l’idée d’une race de symbiotes. Là aussi, Cates rebondit sur ça. Ce qui me semble intéressant, c’est qu’il fait feu de tout bois, mais sans trier (un peu à la Kurt Busiek sur Avengers Forever, comparaison qui signifie beaucoup pour moi), en allant même chercher les trucs les plus oubliables possibles, et en les intégrant dans un schéma d’ensemble (lui, c’est Planet of the Symbiotes, Busiek c’était TimeSlide…).

Jim

Mouais je pense que c’était pas nécessaire et qu’il aurait pu faire autrement. Il pouvait relancer l’univers GL sans passer par un arc en ciel ou en tout cas en s’étalant moins et Hal pouvait rester en arrière plan.

Je pense qu’il aurait pu s’arrêter à la Guerre de Sinestro, en matière d’extension. Il avait remis l’univers et la franchise sur les rails. Il aurait très bien pu passer à Blackest Night directement, même si le récit aurait été différent sans toutes les bagouzes.

Jim

Tiens, j’ai une question sur Venom, au passage…
Sait-on comment le symbiote s’était retrouvé dans la machine que Peter a utilisé lors des Guerres Secrètes ?

Tori.

Je crois qu’il y a eu une histoire à ce sujet. Mais je ne sais plus où.

C’était à la fin des années 90 dans Planet of the Symbiotes (le premier Marvel Mega), donc bien avant que les symbiotes soient appelés les Klyntar. Le symbiote de Brock a été rejeté par les siens parce qu’il entretenait un rapport d’affinité avec ses hôtes plutôt que de domination. Il a alors été condamné à la désintégration et sa prison a été transférée sur le Battleworld…

Pour en savoir plus :

Merci, Doc.

Tori.

Oui. Mais on ignorait leurs origines.
C’était complètement comme les Aliens de Ridley Scott jusqu’à Prometheus : ils sont là, ils détruisent, ils anéantissent. Idem pour les symbiotes.
Heureusement, Cates se révèle plus inspiré que Scott pour l’origine.

Et en chopant les éléments « proches » mais extérieurs, jusque-là.
Récupérer le Wraith de Annihilation Conquest, c’est une bonne idée.

Oui.
Mais je pense que plusieurs volontés arrivent, alors. Johns prend sûrement la confiance et veut aller « à fond », après la réussit de Sinestro War. DC voit le succès, et le pousse à étendre. Et il y a « le jeu » de voir ce que chaque couleur peut donner.
Mais oui, la période entre Sinestro War et Blackest Night est, a posteriori, moins bonne.

Oui, tiens, je n’y pensais plus parce qu’il n’a fait que quelques courtes apparitions dans les morceaux du Cates-verse que j’ai lus.

Jim

J’ai vu passer un one-shot dessus, en fait.

Celui-ci, non ?
Qui fait suite à ses Guardians of the Galaxy.

Jim

J adhère assez, mais je ne comprends rien a ses dates.

Sourire

Oui ! C’est pertinent.

Et c’est là qu’on va découvrir que son costume est tricoté en peau de symbiote mort…

Jim

Je pense déjà qu’on va découvrir que l’Ebony Blade est une construction de Knull.

C’est pas déjà le cas ?