1961-2021 : BON ANNIVERSAIRE LES 4 FANTASTIQUES !

Plus de 40 épisodes pour trouver sa vitesse de croisière ? C’est clair que je n’ai pas trouvé Byrne aussi lent que toi…^^

Nous sommes toujours triste de perdre un dessinateur dans l’industrie et surtout un humain avec beaucoup de talent. RIP John. :sleepy: :cry:

Hehe

Oui, je vais devoir relire.

Ah ? Je n’ai pas cette impression à la relecture (sachant que la première partie du run est souvent considérée meilleure que la seconde).
D’après Byrne c’est au bout d’un an que ça décolle (quand les stand-alone successifs laissent la place à des arcs étalés sur plusieurs numéros), suite aux premiers pics qualitatifs de cette période initiale (« Terror In A Tiny Town » en particulier, le meilleur numéro de cette première année du run).

Je ne l ai lu qu une fois et un peu dans le désordre. L episode dans le passé avec fury m avait le plus marqué. Pour le dessin notamment.

May the 4th be with you !

1009

5063c080b1b34d7b388bf40afa308175

c57c516fd175782bef508de801f95a0e

Je m’étais amusé à reprendre cette dernière couv (tellement iconique!) pour un calendrier sur le thème des contes je crois…

AHAHAHAHAH c’est génial

La colo est un peu dégueulasse quand même! Je me faisais déjà les dents sur de la contrefaçon en tout cas (ça date de 2014).

FANTASTIC FOUR #286 :

99865

Selon plusieurs sources, John Byrne savait déjà à la fin de l’année 1985 qu’il allait rejoindre DC pour s’occuper de la relance de Superman , ce qui n’a pas arrangé ses relations avec la direction de Marvel . Cela a commencé avec Fantastic Four #285 (post #1390) …le Beyonder lui a été imposé par Jim Shooter et il est vrai que le récit aurait pu se passer de sa présence. Et les choses se sont encore plus compliquées avec Fantastic Four #286 .

Cinq ans après Uncanny X-Men #137 , Marvel avait en effet décidé (décision controversée s’il en est) de ressusciter l’X-Woman Jean Grey, en prenant pour base l’idée d’un jeune fan et scénariste en herbe appelé Kurt Busiek (mentionné dans les crédits, mais avec son nom mal orthographié) : Marvel Girl et le Phénix étaient en fait deux entités séparées.

Roger Stern et John Byrne ont organisé ce retour dans un mini-crossover publié dans les pages de Avengers #263 et Fantastic Four #286 , Bob Layton se préparant déjà à accueillir la ressuscitée dans X-Factor #1 . Le scénario a été validé et John Byrne a même été réuni avec l’encreur Terry Austin, histoire certainement de rappeler les belles heures de leur duo sur Uncanny X-Men . Et au moment de la réception des pages de l’épisode des F.F., Jim Shooter n’est soudain plus satisfait du résultat et demande qu’une bonne partie soit réécrite (par exemple, dans la version de Byrne, le Phénix était clairement une créature maléfique) et redessinée, tâche revenue à Chris Claremont (qui avait été prévenu du retour de Jean par Ann Nocenti) et Jackson « Butch » Guice.

L’épisode en soi n’est pas mauvais et il y a même quelques passages touchants dans les étapes de Jean Grey pour s’adapter à son « retour à la vie » (elle avait été retrouvée par les Vengeurs dans un cocon au fond de la baie de Jamaica) et découvrir ce qui lui est arrivé. Mais l’ensemble est très explicatif et pas très palpitant. Devant le résultat, Byrne a demandé à ce que son nom ne soit pas crédité ( Lug l’a remis dans la version française dans Strange #228 )…autre incident de parcours dans une dernière année assez compliquée…

Et j’en profite pour remettre mon billet sur le film :

La couverture de l’Annual #17 et ses étapes :

22237

Les tenues des Storm (Sue & Johnny) pour le Hellfire Gala :

Décidément ! Entre la tête explosée de Galactus chez Aaron, le nouvel encreur de JrJr, et ces costumes du Club des Damnés, on nage en plein mauvais goût !

Que fait Edna Mode ?!?

Elle est occupée ailleurs :

2 J'aime

FANTASTIC FOUR 287-288 :

99866

La sixième année de la prestation de John Byrne en tant que scénariste/dessinateur des 4 Fantastiques ne fut pas la plus régulière de ce run qui a marqué l’histoire du « plus grand comic-book du monde » . Parmi les raisons évoquées par l’auteur pour son départ vers la Distinguée Concurrence, il y a les mésententes de plus en plus fréquentes avec Jim Shooter, le rédacteur en chef de Marvel qui lui avait imposé le Beyonder pour le #285 et qui avait fait réécrire et redessiner une partie du #286 (Shooter est aussi la raison pour laquelle Byrne n’est resté que six épisodes sur Incredible Hulk à la même période).

Il y encore quelques bons épisodes en 1986…même si ce ne sont pas les plus inspirés. Le diptyque Fantastic Four #287/288 en est un bon exemple. L’ensemble reste efficace et agréable à relire et graphiquement, John Byrne forme un bon duo avec le vétéran Joe Sinnott (qui allait ensuite revenir régulièrement sur le titre pendant le run de Steve Englehart, entre le #304 et le #322).

Mais les deux numéros servent juste de « passage obligé » pour faire revenir Fatalis…car il faut bien « ranger les jouets » avant de partir et on le sait, ce bon vieux Victor revient toujours. Quelques mois plus tôt, Byrne avait orchestré la mort de Fatalis, dont le corps avait été vaporisé lors d’un combat entre le Silver Surfer et Terrax. C’était sans compter une capacité qui n’avait pas été utilisée depuis les années Lee & Kirby : le transfert d’esprit enseigné par les Ovoïdes, une race extraterrestre. Le récit fait dans un premier temps la part belle aux personnages féminins avant l’arrivée de Reed et Johnny dans la dernière partie et pour résoudre le « mystère Fatalis » (présent dans Secret Wars alors qu’il était censé être mort au même moment), Byrne a fait appel au Beyonder (personnage qu’il n’aimait pas vraiment) qui officie ici en tant que deus ex machina .

Je le répète, ça se laisse lire…mais il y a comme un côté « précipité » dans le dénouement de ce court arc qui me fait dire que Byrne avait déjà la tête ailleurs…

99867

D’après Byrne, Shooter n’était pas tendre non plus avec l’editor Mike Carlin (également scénariste de The Thing à cette période), parti rejoindre son camarade chez DC après s’être fait virer.

Encore un élément de continuité qu’Ewing n’a pas oublié (comme Byrne avant lui).

Alex Ross :