BLACK RIVER (Josh Simmons)

Acclamé par la critique, édité par le plus grand éditeur américain de bandes dessinées indépendantes, nommé aux célébrissimes Eisner Awards, JOSH SIMMONS débarque enfin en France chez HUBER ÉDITIONS.

Considérant qu’il n’était pas normal qu’un auteur aussi talentueux que Josh Simmons ne soit pas disponible à la lecture en France, nous avons décidé de voir les choses en grand pour son arrivée sur le marché Français de la bande dessinée.

AINSI CE N’EST PAS 1 MAIS BIEN 3 LIVRES QUE VOUS POURREZ PRÉCOMMANDER VIA CETTE CAMPAGNE ULULE!!

Outre le sombre et post-apocalyptique " BLACK RIVER" , vous pourrez découvrir le terrifiant " LE MANOIR" ainsi que " THE MARK OF THE BAT", vision ô combien personnelle par l’auteur des super héros.

BLACK RIVER

image

Notre monde n’est plus. Le progressisme, le savoir, la sécurité, le confort, en un mot la civilisation ont laissé place à l’obscurantisme, la barbarie et la survie quotidienne.

Dans cet enfer à ciel ouvert, un groupe de femmes, déterminées mais extenuées tentent de trouver Gattenburg, ville mythique où l’ancien monde a laissé des traces. Légende ou réalité? Ce n’est qu’au bout d’un voyage ou l’insoutenable côtoiera le désespoir qu’elles découvriront la vérité.

image
image

Caractéristiques techniques

-Format 17x 22 cm avec couverture souple 300g ainsi qu’un joli verni machine pour un effet classieux.-

112 pages noir/blanc imprimées sur un joli un papier Luxcream pour un subtil effet “vieilli”-

-Dos carré, cahiers cousus/collés pour la solidité ainsi que pour le confort de lecture- ​

LE MANOIR

image

Nommés aux célébrissimes Eisner Awards , Le Manoir est le premier roman graphique de l’auteur. Il s’agit d’un tour de force visuel qui proclame Simmons comme un talent majeur de la scène du comics underground. Ce livre n’a pas manqué de le faire remarquer lors de sa sortie comme une étoile montante du comics US alternatif.

C’est par une lumineuse journée d’école buissonnière mais dans l’épaisseur d’une sombre forêt centenaire, que les trois adolescents découvrirent LE MANOIR.
Courage, inconscience, défi, bêtise , quels que furent les sentiments et motivations qui les poussèrent à y pénétrer, ils suffirent pour leur faire ignorer les dangers d’une telle expédition.
Qu’est il arrivés à nos trois courageux inconscients? Sont ils encore de ce monde ? Il ne tient qu’a vous ami lecteur de connaître leur terrible histoire.
En réalisant cette aventure muette d’une puissance rare , Josh Simmons ne se contente pas de réaliser un banal récit d’épouvante. Si l’obscurité, la peur, l’angoisse font bien sûr partie intégrante du récit, il est aussi question dans « Le Manoir » d’amour, d’exploration, d’aventure et de mépris des règles établies par les adultes en un mot, de l’adolescence.

image
image

Caractéristiques techniques

-Format 17 x 22 cm avec couverture souple 300g ainsi qu’un joli verni machine pour un effet classieux.-

-80 pages noir/blanc imprimées sur un joli un papier Luxcream pour un subtil effet “vieilli”-

-Dos carré, cahiers cousus/collés pour la solidité ainsi que pour le confort de lecture-​

THE MARK OF THE BAT

image

Destruction en règle de la tradition ô combien classique des comics de Super Heros. The mark of the Bat nous raconte dans les deux histoires composant ce livre, la déchéance d’un super héros censé protéger la veuve et l’orphelin. Si les lecteurs remarqueront de suite à quel héros l’auteur fait référence, ils remarqueront immédiatement que les points communs s’arrêtent net à cette ressemblance et hommage visuels.

image
image

Caractéristiques techniques

-Format 17x 22 cm avec couverture souple 300g ainsi qu’un joli verni machine pour un effet classieux.-

-40 pages noir/blanc imprimées sur un joli un papier Luxcream pour un subtil effet “vieilli”-

-Dos piqué façon “comics”, cahiers cousus/collés pour la solidité ainsi que pour le confort de lecture-​

Josh Simmons a fait son entrée sur la scène de la bandes dessinées Américaine avec sa série Happy en 2001. Depuis, il a sorti plusieurs ouvrages d’horreur brutaux, profondément troublants et parfois hilarants. House, (Le Manoir en éditions Française) The Furry Trap, Black River, Jessica Farm et the Flayed Corpse ont tous été publiés par le mythique éditeur Américain FANTRAGRAPHICS BOOKS, éditeur de Robert Crumb,Daniel Clowes, Charles Burns, Dave Cooper et bien d’autres encore… Ses histoires ont également été publiées dans les célèbres revues de bandes dessinées Kramers Ergot and Mome. Spécialiste du comics horrifique, c’est la première fois que Josh Simmons sera édité en France.

ça faisait longtemps, un projet Ulule (ça a démarré aujourd’hui)

A 37 jours de la fin de la campagne, le projet est à 77% du palier de lancement.

hop, le projet est à 83% :

Il reste 10 jours et le projet est financé depuis hier. Donc, le prochain palier est à 7000 euros ou 100 contributeurs et ce sera Rocky de Martin Kellerman qui sera offert à tous les contributeurs.

Dernier week end, et il ne reste plus que 200 euros pour atteindre le palier qui offre la BD de 250 pages à tous les contributeurs.

Dernière heure. L’album offert est assuré :

Ah, j’ai reçu les miens cette semaine, donc bonne surprise après 5j de déplacements.
De prime abord, c’est plus petit que ce que m’imaginais (les tailles étaient bien précisées, mais bon) et je ne suis pas déçu du dessin.

Les posters sont bien costauds !

Sur Terre, un groupe de femmes tente de survivre dans un futur post-apocalyptique. ça ressemble beaucoup à Walking Dead, les zombies en moins. Et ça doit être aussi un hiver nucléaire, parce qu’il fait un froid de canard visiblement. En tout cas, on ne sait pas comment c’est arrivé et peu importe d’ailleurs. On apprend que ça fait un bout de temps que c’est comme ça. l’autre point de différence aussi avec Walking Dead, c’est que le temps passe plus rapidement, une douzaine d’année entre le début et la fin du bouquin de 100 pages. Donc ici, Josh Simmons nous montre que même si on se sert les coudes, à partir du moment où c’est la loi du plus fort et que des gens sont mal attentionnés (parce qu’ici, ça va au-delà du fait qu’on ne veuille pas aidé son prochain, on l’attaque) … bref, la vie quoi, sauf qu’ici, pas de justice et que l’environnement et les moyens sont plus que précaires. Un récit de survivalisme assez pessimiste, mais plutôt bien rythmé et assez difficile à lâcher quand on le démarre.

Les perso sont très rapidement et succinctement caractérisés, mais juste ce qu’il faut et avec quelques astuces pour les repérer. J’aime bien aussi qu’il en fasse évoluer certaines physiquement (enfin, au niveau de la chevelure essentiellement).

Graphiquement, il y a toujours un paquet de détails, Simmons est très généreux dans chacune des cases, quelque soit le plan, le nombre de perso et la taille de la case. Organisation en principe de gaufrier mais avec une alternance dans le nombre de cases, et faisant même des splash-pages de temps en temps (mais avec parcimonie). Je suis toujours aussi fan de coup de crayon, qui se prête très bien au noir et blanc.