DREAMSCAPE (Joseph Ruben)

large_1fc4Ckwx2iqO5PrBMw6TbNmJKut

REALISATEUR

Joseph Ruben

SCENARISTES

David Loughery, Chuck Russell et Joseph Ruben

DISTRIBUTION

Dennis Quaid, Kate Capshaw, Max Von Sydow, Christopher Plummer, David Patrick Kelly, George Wendt, Eddie Albert, Chris Mulkey…

INFOS

Long métrage américain
Genre : action/thriller/fantastique
Année de production : 1984

Le télépathe Alex Garner est recruté un peu contre son gré par son ancien mentor le Dr Paul Novotny afin de l’aider dans ses expériences sur le domaine du rêve. En effet, Novotny a créé une machine qui permet à des personnes douées de facultés psychiques de pénétrer dans le subsconscient de malades souffrant de cauchemars récurrents afin de trouver les origines de leurs troubles et de les soigner. Mais l’inquiétant Bob Blair, représentant du gouvernement qui co-finance les travaux du Dr Novotny, a ses propres plans pour cette technologie aux possibilités illimitées…et ceux-ci impliquent le contrôle des décisions du Président des Etats-Unis…

Lointainement inspiré par une idée de l’écrivain Roger Zelazny (le projet a débuté comme une adaptation du roman Le Maître des Rêves avant d’être racheté par la 20th Century Fox), Dreamscape mêle action, science-fiction et thriller autant politique que conspirationniste, ainsi qu’une touche d’humour bienvenue (certains rêves s’y prêtent bien) et une atmosphère horrifique très efficace…ce qui aurait pu donner un gloubi-boulga de genres divers assez indigeste mais Dreamscape évite cet écueil et se révèle être un divertissement habile et très agréable, dont on peut d’ailleurs retrouver certains concepts dans la future série des Freddy initiée par Wes Craven et le Inception de Christopher Nolan.

Dreamscape-1984-700x357

Pénétrer dans les rêves de quelqu’un pour en extirper les secrets est en effet l’un des buts de l’éminence grise Bob Blair. Et comme dans les Freddy, une personne qui meurt dans le domaine des rêves meurt également dans la réalité. Blair a donc infiltré dans le programme de Novotny son petit soldat et télépathe personnel, un jeune psychopathe prénommé Tommy Ray, qui profite de ses virées dans les cauchemars de ses infortunées victimes pour satisfaire ses instincts meurtriers. En émule de Freddy avant l’heure, Tommy Ray se fait pousser des griffes et se transforme en homme-serpent pendant l’affrontement final contre le héros.
Qui a influencé qui dans cette histoire ? Difficile à dire vu que les deux films sont sortis la même année (même si Dreamscape a en fait été tourné juste avant Les Griffes de La Nuit).
Parmi les scénaristes, on retrouve aussi un certain Chuck Russell, qui a fait par la suite ses débuts de réalisateur avec Freddy 3 : Les Griffes du cauchemar.

La plupart des séquences oniriques n’ont pas résisté à l’épreuve du temps, j’en veux pour preuve celle qui ouvre le film, à l’esthétique clipesque très marquée par les années 80 (comme la musique de Maurice Jarre dont ce n’est pas la meilleure partition, loin de là), transparences pourries et images saturées à l’appui.
Dreamscape n’est pas un film à gros budget (8 millions de dollars), le metteur en scène Joseph Ruben (qui réalisera juste après le très bon Le Beau-Père avec Terry O’Quinn) a donc du recourir à quelques astuces un peu cheap pour certains passages, ce qui lui a permis de concentrer ses efforts sur les deux scènes les plus importantes (et les plus réussies du film) : celle où le héros joué par Dennis Quaid aide un jeune garçon hanté par un monstre reptilien (dans une esthétique qui rappelle Le Cabinet du Dr Caligari) et le final se déroulant dans un paysage post-apocalyptique rougeoyant sortant tout droit des cauchemars et des doutes du Président des Etats-Unis.

2713_5

La distribution est l’un des points forts de Dreamscape : le toujours sympathique et excellent Dennis Quaid, au sourire et à la gouaille communicatifs, est Alex Garner, héros malgré lui; la belle Kate Capshaw (Indiana Jones et le temple maudit), future Madame Spielberg, est le Dr DeVries, la partenaire de travail du Dr Novotny joué par le toujours impeccable Max Von Sydow (Le Septième Sceau, Flash Gordon…); le so-british Christopher Plummer (Quelque part dans le temps) est Bob Blair et David Patrick Kelly (Les Guerriers de la Nuit) campe l’inquiétant Tommy Ray.
Bref, du très très solide !

Contrairement à ce que laisse supposer l’affiche, on est loin d’un Indiana Jones se déroulant dans le monde des rêves, mais Dreamscape demeure, malgré quelques menus défauts, un spectacle très bien troussé, bien rythmé, aux idées intéressantes, aux héros attachants et aux péripéties variées et mouvementées.

Je me demande si je ne l’ai pas déjà vu ce film, mais je confonds peut-être avec un autre film où une jeune femme est prisonnière d’un rêve, ça se déroule dans une espèce de laboratoire ?

En tout j’ai bien envie de revoir celui-là.
Dès que l’occasion se présentera.

Je suis en train de le revoir (même si je redécouvre tant de choses que je me demande si je l’ai déjà vu en entier), et je redécouvre le charme de Kate Capshaw. D’elle, je n’ai que son rôle dans le deuxième Indy en tête, et je dois bien avouer que je la trouve étourdissante.

(Je ne le dis jamais assez, mais elle est cool, cette rubrique, Doc : tant de films tombent dans un oubli plus ou moins relatif, plus ou moins profond, et ça fait du bien de découvrir ou redécouvrir des choses…)

Jim

Madame Spielberg n’a pas eu une longue carrière en fait. Son dernier rôle était pour un téléfilm en 2002, avant qu’elle se retire des écrans. Perso, je l’ai vue dans Indiana Jones et le Temple Maudit, Dreamscape, Black Rain de Ridley Scott et la romance Destinataire Inconnu, son tout dernier film.

(Je ne le dis jamais assez, mais elle est cool, cette rubrique, Doc

Merci, Jim ! :blush:

Oui, j’ai vu Black Rain dans sa filmo. Je ne m’en souviens pas du tout.
Et comme j’ai pas particulièrement envie de le revoir, ce film…

Pour revenir à Dreamscape, j’ai noté en le “revoyant” que les scènes de cauchemar montrant des édifices soufflés par une explosion atomique proviennent de films d’époque tournés à titre documentaire (sans doute par l’armée) afin d’observer comment ça se passe. Il me semble que certaines ont même été utilisées pour des films de propagande de la Guerre Froide.

Jim