EVENT HORIZON : LE VAISSEAU DE L'AU-DELÀ (Paul W.S. Anderson)

MV5BZGI0NDMwNjAtNGEzNC00MzA1LTlkMjQtYjBkYTZlZjAyZWEyXkEyXkFqcGdeQXVyNzkwMjQ5NzM@.V1_SY1000_CR0,0,669,1000_AL

REALISATEUR

Paul W.S. Anderson

SCENARISTE

Philip Eisner

DISTRIBUTION

Laurence Fishburne, Sam Neill, Kathleen Quinlan, Joely Richardson, Jason Isaacs, Sean Pertwee…

INFOS

Long métrage américain/britannique
Genre : science-fiction/horreur
Titre original : Event Horizon
Année de production : 1997

En l’an 2047, le vaisseau de sauvetage Lewis & Clark est envoyé récupérer l’épave du vaisseau Event Horizon, disparu mystérieusement sept ans plus tôt pendant son voyage inaugural. L’Event Horizon a été conçu pour voyager plus vite que la lumière grâce à son réacteur gravitationnel qui se trouve être un trou noir artificiel capable d’ouvrir un passage dimensionnel pour se rendre en n’importe quel point de l’univers. Mais de quel endroit l’Event Horizon a-t-il pu revenir ? Les membres de l’équipage du Lewis & Clark commencent alors à être la proie de visions cauchemardesques…et ils ne s’attendaient pas à la terrifiante vérité…

Suite au succès de Mortal Kombat, son second long métrage, Paul W.S. Anderson s’est vu proposer plusieurs gros projets comme The X-Files : Le Film et X-Men. Mais le réalisateur britannique était plus intéressé par la perspective de tourner un film d’horreur et le projet Event Horizon proposé par la Paramount lui permettait de s’y frotter tout en mariant deux genres. Le pitch initial était « une maison hantée dans l’espace » et les premières versions du script impliquaient des créatures tentaculaires venant d’une autre dimension.

Pour éviter les inévitables comparaisons avec Alien, cet élément a été réécrit pour faire du vaisseau même l’objet d’une « possession ». Le lieu est vivant, il suinte le mal et par sa mise en scène et la photographie de feu Adrian Biddle (qui fut d’ailleurs le chef opérateur du Aliens de James Cameron), Paul W.S. Anderson a su installer une atmosphère anxiogène qui joue dans un premier temps sur des manifestations aux limites de la perception avant de devenir nettement plus explicite dans la description des horreurs qui attendent les astronautes…

Cette scène en elle-même est très efficace, en insistant sur des sons qui créent le malaise et des images repoussantes dévoilées par intermittence dans un vieil enregistrement. Mais le passage, connu sous l’appellation bloody orgy, était paraît-il plus perturbant dans le premier montage du film car plus long et encore plus gore. Suite aux réactions négatives d’une première projection-test, le studio a demandé à Paul W.S. Anderson de mettre la pédale douce sur la tripaille et après toutes les coupes demandées, son premier montage de 2h10 a abouti à un long métrage de 96 mn.

Paul W.S. Anderson savait que ce premier montage était trop long et à retravailler mais selon lui, la version approuvée par le studio était beaucoup trop courte et cela se ressent parfois à la vision vu l’enchaînement de certaines actions. Mais le peu de temps accordé à la post-production ne lui a pas permis de peaufiner encore plus son film (la sortie a même été avancée quand le Titanic de James Cameron a pris du retard). Le suspense est toujours aussi prenant, avec une distribution solide et des scènes-choc qui font leur petit effet. Il y a même vers la fin un côté Hellraiser dans l’espace nettement plus convaincant que la virée des cénobites dans l’espace dans Hellraiser : Bloodline.

Un peu trop expédiée, l’exploitation de Event Horizon : Le Vaisseau de l’Au-Delà s’est soldée par un flop avant le long métrage connaisse un joli succès en DVD et un petit statut culte qui aurait pu justifier un director’s cut mais un mauvais archivage a rendu inutilisable le métrage charcuté à l’époque. Event Horizon reste pour moi le meilleur travail de son réalisateur…et vu sa filmographie, il le restera encore longtemps (j’aime bien son Soldier avec Kurt Russell, qui a eu lui aussi ses problèmes de production…et ses films des années 2000 alternent entre le bourrin sympa et le bourrin insupportable).

1 J'aime

Je possède le DVD collector belge, et dans les bonus, on a un aperçu des scènes coupées. Ce qui augmente la frustration de n’avoir jamais eu droit à un director’s cut !

ça passe régulièrement sur RTL9, ce truc-là !

Je l’ai justement revu sur RTL9 lundi soir…

Cela fait longtemps que je ne l’ai pas vu mais j’en garde un bon souvenir notamment je crois grâce à la présence de Sam Neil.
C’est vrai que ses réalisations ultérieures restent dans le domaine du bien bourrin (voir ou pas en fait la franchise Resident Evil) …

Anecdote choppé sur un autre forum

ah ben, un truc que j’avais encore jamais remarqué.

Le drapeau australien c’est ça :

mais depuis des années, des débats agitent la société australienne à ce sujet. Certains regrettent la présence du drapeau britannique dans le coin supérieur gauche, alors des propositions ont été faites pour moderniser le drapeau…

L’artiste Harold Thomas, un aborigène Luritja, des Territoires du Nord, a proposé de remplacer l’union jack par le drapeau Aborigène. L’idée n’a pas été retenue, jugée trop polémique…

…sauf par Sam Neill qui en a fait le drapeau national australien dans Event Horizon.

Anderson a demandé aux acteurs d’imaginer ce que pourrait être leur drapeau national dans un certain nombre de décennies… Sam Neill a retenu l’idée d’Harold Thomas.

(les anglais ont un drapeau de l’Europe avec beaucoup plus d’étoiles et les acteurs américains ont décidé de garder leur drapeau US tel quel)

1 J'aime

Alors que leur drapeau, il ressemblera peut-être plutôt à ça (qui est déjà le drapeau anglais, d’ailleurs) :

Ben oui : ils ont quitté l’UE, donc pas de drapeau étoilé pour eux…
Et les prochains référendums de sortie du Royaume-Uni de l’Écosse pourraient bien récolter un « oui », et l’Irlande du Nord pourrait vouloir se réunifier à sa grande sœur… Le Royaume-Uni serait alors réduit à l’Angleterre et au Pays de Galles. L’Union Jack n’aurait plus de raison d’être, puisqu’il réunissait les croix de Saint Georges (pour l’Angleterre), de Saint André (pour l’Écosse), ainsi que la croix de Saint Patrick (pour l’Irlande)… Ouais, le Pays de Galles s’était déjà bien fait enfler.

Tori.