IN MEMORIAM - CINÉMA & TV

C’est sur ce dernier plan que je le trouve original. Effectivement, il préfigure des choses qui vont devenir de vraies tendances dans le cinéma français peu après, mais c’est aussi un indicateur d’une voie que le cinéma français n’a pas prise, par contre : une espèce de « giallo » à la française, si on grossit un peu le trait.

Oui, je vois ce que tu veux dire.
Le polar français des années 1970 était social et psychologique. Dans la lignée de Que la bête meure (qui date de 1969, mais tu vois l’idée). Des trucs comme Adieu Poulet ou Mille milliards de dollars, par exemple. Et la décennie suivante, ça a été le polar grosse production avec cascades et poursuites. Ce sont souvent les Belmondo ou les Delon que j’aime le moins.
(Mais on voit qu’une fois ces deux-là trop vieux pour appuyer sur la détente ou l’accélérateur, on n’a pas su trouver de successeurs.)
Bon, je brosse à gros traits (les décennies sont poreuses les unes aux autres), bien sûr, mais on passe du polar à conscience politique au polar divertissement, sans passer par la case que tu décris. D’autant que le film a été un sacré carton.

Jim

Putain…
Je ne l’avais pas vu dans énormément de choses mais j’avais aimé son personnage et son histoire dans la série Lovecraft Country

Parmi les films peu cités (mais on en parle dans la vidéo d’Arte postée par Marko), il y a aussi Un homme qui me plaît, qui est assez particulier, mais exerce sur moi une fascination étrange à chaque visionnage.

Tori.

Il est intéressant, cet article…mais du coup j’ai cru un instant que Chateau était mort…^^

Oui, c’est bien révélateur d’un système qui fonctionnait bien. C’est sûr que l’aura de Belmondo a pris un coup avec la une de Paris Match avec son chien. :smiley:

Norm MacDonald (1959 - 2021)

Le canadien Norm MacDonald, un des bipèdes les plus drôles à avoir foulé le sol de cette planète, vient de nous quitter après 10 ans de combat contre un cancer.

Sa carrière, entamée sur les planches dans les années 80 en tant que comique de stand-up (l’un des meilleurs de tous les temps), se poursuit à la télévision, en tant qu’auteur pour divers shows comme « Roseanne », ou en tant que premier rôle dans sa propre sitcom, « The Norm Show », au succès mitigé. C’est sa reprise de la section « Weekend Update » du Saturday Night Live (où il pulvérise les limites de la bienséance à coup de blagues indéfendables sur Michael Jackson et OJ Simpson, entre autres) qui le starifie définitivement, même si sa carrière ne se remettra jamais vraiment de son éviction parfaitement injuste de la fameuse émission…

Si on le retrouve à l’affiche de films aussi prestigieux que le « Man On The Moon » de Milos Forman, on le voit aussi dans des petites productions un brin ratées comme « Dirty Work » de Bob Saget. Dans les années 2010, il anime une émission incroyable sur Youtube, « Norm MacDonald Live », maladroitement transposée plus récemment sur Netflix, sous le nom de « Norm MacDonald has a show », tout en renouant avec bonheur avec le stand up.

S’il fallait ne retenir que trois moments emblématiques de son corpus, il faudrait revenir sur son sketch incroyable de 12 minutes, « Janice and Shallow Grave », hilarant de noirceur décontractée, la fameuse « Moth Joke » chez Conan O’Brien (ma blague préférée de tous les temps pour ce que ça vaut), et cet extrait d’une lecture de son bouquin, « Tiny White Coffin », à l’humour ravageur qui vire sans prévenir au tragique et brise le coeur de l’auditeur qui ne voit pas venir le coup (tout cela se trouve facilement sur Youtube).

Repose en paix, Norm. Qu’est-ce que tu m’auras fait marrer.

image

Hubert de Lapparent ( 1919-2021 )

https://www.ouest-france.fr/culture/cinema/le-doyen-des-acteurs-francais-hubert-de-lapparent-est-mort-a-l-age-de-102-ans-4e62064c-178e-11ec-9f73-6fd91ee9f0dd

Il fut l’un des pionniers de la Blaxploitation avec son film Sweet Sweetback’s Baadasssss Song sorti en 1971.
Homme aux multiples talents (acteur, scénariste, réalisateur, compositeur, producteur, monteur), Melvin Van Peebles, le père de Mario Van Peebles, nous a quittés à l’âge de 89 ans.

MV5BMjAxMTU3MjM2OV5BMl5BanBnXkFtZTcwMTk2Njg4Mw@@.V1_UY317_CR20,0,214,317_AL