LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS (Fred Zinnemann)

REALISATEUR

Fred Zinnemann

SCENARISTE

Carl Foreman

DISTRIBUTION

Gary Cooper, Thomas Mitchell, Lloyd Bridges, Grace Kelly, Katy Jurado, Ian McDonald, Lon Chaney Jr, Lee Van Cleef…

INFOS

Long métrage américain
Genre : western
Titre original : High Noon
Année de production : 1952

Si toi aussi tu m’abandonnes
Ô mon unique amour, toi!
Nul ne pourra plus jamais rien, non, rien pour moi!
Si tu me quittes plus personne
Ne comprendra mon désarroi…
Et je garderai ma souffrance
Dans un silence
Sans espérance
Puisque ton cœur ne sera plus là!

C’est parce qu’il fut un temps membre du Parti Communiste que le scénariste Carl Foreman fut appelé en 1947 devant la Commission des Activités Anti-américaines. Il refusa alors de donner des noms de possibles membres du parti et fut jugé “témoin peu coopératif” et donc susceptible d’apparaître sur la fameuse “Liste Noire” qui commençait à faire trembler Hollywood à l’époque. Comme il l’a révélé par la suite dans des interviews, Carl Foreman s’est retrouvé de plus en plus seul…Hollywood avait peur et ses amis et partenaires en affaire (dont Stanley Kramer, producteur du Train sifflera trois fois) le lâchaient…il ne put d’ailleurs conserver son poste sur le western que grâce à une clause contractuelle.

Après le succès du film de Fred Zinnemann, Carl Foreman dut s’exiler en Angleterre pour retrouver du travail…et même là, il utilisa un pseudonyme pour signer les scénarios de La Bête s’éveille et Born for trouble. Pour Le Pont de la Rivière Kwai, production anglo-américaine signée David Lean et dont il fut l’un des premiers scénaristes, il ne fut même pas crédité dans un premier temps avant que son nom soit ajouté sur les copies suivantes.

Le Train sifflera trois fois reflète donc l’état d’esprit dans lequel Carl Foreman se trouvait au moment de l’écriture. Il paraît d’ailleurs que Gary Cooper, qui n’était pas le premier choix de la production, a avoué plus tard qu’il n’y avait vu pour sa part aucune allégorie politique…pipeauteur ?..et que c’est principalement le conflit intérieur du personnage qui l’a poussé à accepter le rôle du shérif Will Kane.

highnoonrev04

Hadleyville, 10h30. Le shérif Will Kane, qui s’apprête à rendre son insigne, vient d’épouser la quaker Amy Fowler. C’est alors qu’il apprend le retour en ville de Frank Miller, un criminel qu’il avait arrêté et qui a échappé à la condamnation à mort. Miller doit arriver par le train de midi, et ses trois complices (parmi lesquels on retrouve Lee Van Cleef dans son tout premier rôle) l’attendent. Kane comprend que Miller a bien l’intention de se venger et décide de rester pour mettre fin une fois pour toutes à cette menace, malgré les suppliques de sa femme. Kane compte sur l’aide de volontaires pour l’aider à arrêter Frank Miller et sa bande…mais les habitants se détournent de lui…

Sobre et intense, Le Train sifflera trois fois est un western psychologique, l’histoire d’un conflit de conscience dont l’action se déroule pratiquement en temps réel (le montage triche juste un peu avec la temporalité). Le réalisateur Fred Zinnemann a travaillé le cadre et les images récurrentes pour renforcer l’inexorabilité du temps qui avance et qui devient presque un personnage à part entière : les plans sur la voie ferrée et les hommes de Miller qui tuent le temps reviennent à intervalles réguliers, les regards des personnages sur les horloges (filmées telles qu’elles remplissent l’écran) se font de plus en plus insistants et l’homme de loi impeccablement interprété par Gary Cooper est de plus en plus seul au fur et à mesure que l’heure fatidique se précise (un très beau plan à la grue le montre déambulant inlassablement dans les rues vidées de Hadleyville).

critique-le-train-sifflera-trois-fois-zinnemann14

Il a été dit que Gary Cooper était trop vieux pour le rôle (qui n’avait pas été écrit à l’origine pour un homme de 51 ans) et que cela a rejailli sur la crédibilité du couple qu’il forme avec Grace Kelly, dont c’était le premier grand rôle et qui n’avait que 21 ans. Je ne partage pas cet avis. Je les ai trouvés assez touchants en mariés et le côté un peu “rigide” de l’interprétation de Grace Kelly colle bien aux caractéristiques de son personnage et aux révélations qui sont faites par la suite. Quant à Coop, le Gentleman de l’Ouest malade et fatigué (il souffrait d’ulcères de l’estomac à cette période…et il nous a quittés en 1961 des suites d’un cancer de la prostate) trouvait là, selon moi, l’un de ses meilleurs rôles, n’en déplaisent à John Wayne et Howard Hawks pour qui un “vrai shérif” de western ne devait pas montrer doutes et angoisse.
Pour le Duke, Le Train sifflera trois fois était même “la chose la plus anti-américaine” qu’il ait vu de toute sa vie. Il faut dire que Wayne, à qui le rôle de Will Kane avait pourtant été proposé dans les premiers stades du projet, était un ardent supporter de la “Liste Noire”.

J’ajoute que la seule chose que je n’aime pas vraiment dans ce film à la thématique très intéressante, c’est sa chanson, qui rythme régulièrement les pas de Will Kane et dont la version française est terriblement vieillotte.

Si toi aussi tu m’abandonnes
Il ne me restera plus rien
Plus rien au monde et plus personne
Qui me comprenne
Qui me soutienne
Ou qui me donne simplement la main!
Attends! Attends! Attends! Demain.

Superbe film que j’aime énormément.

Merci, Doc, d’avoir situé le contexte que je connaissais pas.
Cela éclaire d’un jour différent le fait que Kane soit lâché par presque toute les habitants de la ville confits de trouille.

Si toi saucisse tu m’abandonnes
Il ne me restera que du pain…