LES PROJETS AVORTÉS


(Marko) #201

Ultimate X ?


(FC powaaaa) #202

Hum … je viens de me rendre compte que je n’avais pas regardé le prénom … j’ai confondu avec “Neal”.

Je me disais aussi que le style était “bizarre” pour du Neal Adams … :blush:

(faut que j’arrête de prendre des vacances, moi !)


(KabFC) #203

Ca c’est vrai, ça te réussit pas du tout.


(Marko) #204

img11.hostingpics.net/pics/951418fabefactor.jpg

X-Factor (Fabian Nicieza/Erik Larsen)

En 1991, suite au départ de Claremont de la franchise des lucratifs mutants, Nicieza monte en grade, et se voit confier la tâche de terminer la dernière saga du roi du sub-plot sur Uncanny X-Men (avant de reprendre la série).
Il ambitionne également avec Larsen de reprendre la série X-Factor avec un nouvelle composition pour l’équipe: Havok, Pyro, Polaris (en mode baraquée durant cette période) ainsi que Horridus et Super-Patriot (alors supposé être Crimson Commando transformé en cyborg), deux personnages que Larsen utilisera finalement à partir de son arrivée chez Image.

Au final, c’est PaD qui héritera de la série, marquant le début d’un run remarquable resté dans les annales (sans oublier les deux autres qui ont suivi).
Tout cela n’a sans doute pas contribué à améliorer les relations entre Peter David et les Image Boys, en particulier Larsen, dont la mésentente avec le scénariste continue toujours.

David et même allé jusqu’à débattre avec McFarlane à l’époque, car il ne partageait pas l’opinion de ces créatifs qui selon lui partaient faire du creator-owned pour créer au final des séries similaires à ce qu’ils faisaient avant.
George Pérez qui était l’arbitre du débat, avait même réalisé une couverture pour l’occasion qui montre bien qui a gagné au final, avec Spawn en mauvaise posture face à deux personnages affiliés aux deux oeuvres de 1993 du duo David/Pérez (Future Imperfect et Sachs & Violens).

img11.hostingpics.net/pics/2604201042728x1023.jpg

Source: julianperezconquerstheuniverse.blogspot.fr


(KabFC) #205

C’est même d’ailleurs PaD qui était furieux de Heroes Reborn géré par les Image boys et qui a insisté pour faire Heroes return pour prouvé que les artistes Marvel maison étaient meilleurs que les Image boys.


(Photonik) #206

Il me semble me rappeler qu’à la base de l’embrouille, il y avait l’utilisation par Larsen d’un Hulk (alors écrit par Peter David) ridiculisé en deux-deux par un Doc Ock subitement surpuissant (dans le titre “Spider-Man”).
Comme Byrne (qui s’est souvent plaint de l’attitude d’un Chris Claremont de ce point de vue, et qui ne peut pas saquer Larsen non plus d’ailleurs), David n’aime pas que des scénaristes se servent de persos “réservés” à d’autre auteurs, genre Fatalis apparaissant dans les titres X-Men, ce genre de trucs…


(Marko) #207

Oui et PaD avec répliqué avec une situation inverse lors du diptyque à Las Vegas, avec Hulk qui mettait Octopus au tapis avec une simple pichenette.


(Blackiruah) #208

Huhu, ça regorge de potins dans les comics ma foi :slight_smile:


(Marko) #209

Ah ça c’est sûr et les ouvrages ne manquent pas là-dessus (mention spéciale à Marvel Comics The Untold Story qui devrait sortir cette année en vf).


(Blackiruah) #210

Bah tiens je me le prendrai tiens.


(Jean-Marc Lainé) #211

[quote=“Jack!”]Alors que le conflit entre le scénariste Chuck Dixon et Marvel Comics reprend de plus belle, le premier déclarant qu’il est sur une liste noire à cause de ses idées conservatrices tandis que le porte-parole Tom Brevoort certifie qu’il n’existe rien de telle mais que les responsables sont peu enclins à travailler avec certains auteurs à cause de leurs comportements (et non pas leurs idées), Dixon donc, présente les deux numéros de Sauria illustrés par Gary Kwapisz.
Il s’agit d’une histoire non-publiée du Punisher (dont Chuck Dixon fut le scénariste attitré entre 1990 et 1995) qui voit le célèbre justicier se battre aux cotés des indigènes de la Terre Sauvage contre l’armée et… les Dinosaures.


[/quote]

Tiens, Jack, il t’en manque une.
La page 33 (juste avant la page de la poupée et la double avec les pirogues).

http://nsa33.casimages.com/img/2014/06/25/140625111835895099.jpg

Je la mets en def moins bonne que la tienne, je suis sûr que tu auras moyen de corriger ton post initial en remettant une planche en bonne def.

Super projet, dommage qu’il n’y ait pas de version papier.

Jim


(FC powaaaa) #212

[quote=“Marko”]img11.hostingpics.net/pics/951418fabefactor.jpg

X-Factor (Fabian Nicieza/Erik Larsen)
[/quote]

C’est marrant la ressemblance de ce Horridus avec Feral, apparue à la même époque et avec Nicieza également au scénar (mais avec Liefeld).

J’avais déjà vu cette image, mais je ne sais plus où !


(KabFC) #213

[quote=“Photonik”]Il me semble me rappeler qu’à la base de l’embrouille, il y avait l’utilisation par Larsen d’un Hulk (alors écrit par Peter David) ridiculisé en deux-deux par un Doc Ock subitement surpuissant (dans le titre “Spider-Man”).
Comme Byrne (qui s’est souvent plaint de l’attitude d’un Chris Claremont de ce point de vue, et qui ne peut pas saquer Larsen non plus d’ailleurs), David n’aime pas que des scénaristes se servent de persos “réservés” à d’autre auteurs, genre Fatalis apparaissant dans les titres X-Men, ce genre de trucs…[/quote]

C’étaient dans l’arc avec les Sinister Six ou Spidey se prend une branlé monumentale et il a un plâtre qui lui fait un bras cyborg, l’aide de Nova, Ghost rider, Hulk et je sais plus qui. c’est même dans un de ces épisodes que Larsen introduit son soldat cyborg qu’il reprendra par la suite dans Savage Dragon.

Ma découverte de Larsen un arc classique pour moi.


(Photonik) #214

Oui, je l’aime bien aussi, cet arc très généreux (il y a aussi Deathlock et une sorte de monstre géant, Gog, jadis aperçu aux côtés de Kraven, si je ne m’abuse…).
Pour l’image de X-Factor signée Larsen, je me demande si Comic Box ne l’a pas publiée il y a peu (je l’ai vu aussi quelque part et je crois bien que c’était là).


(Marko) #215

img11.hostingpics.net/pics/691427blacksails.jpg

Black Sails (Ed Brubaker/Sean Phillips)

Après le début de leur collaboration fructueuse sur Scene of the Crime, le duo envisage de s’atteler à une mini-série en trois numéros, et plus précisément un creator-owned censé sortir chez IDW.
C’était l’occasion pour le duo de s’essayer à d’autres genres, bien avant Fatale, et dans de cas précis de mélanger l’horreur et l’aventure avec une histoire de pirates vampires qui s’emparent du navire de Dracula.
Le contrat d’exclusivité du scénariste chez la maison des idées durant cette période a cependant compliqué ses projets en cours, tout comme d’autres séries qui avaient un sujet similaire, et il a finalement préféré se consacrer à Criminal, une des oeuvres phares du label Icon.

Source: criminalcomic.blogspot.fr


(Photonik) #216

Intéressant.
J’aurais bien aimé voir le duo sur un titre changeant un peu de leurs ambiances habituelles, tiens.
Je ne sais pas où ça en est, mais ça fait bien dix ou quinze ans que j’entends parler d’un projet de film sur la fameuse traversée du bateau de Dracula vers l’Angleterre… Y’aurait de quoi faire.


(Jean-Marc Lainé) #217

[quote=“soyouz”]
J’avais déjà vu cette image, mais je ne sais plus où ![/quote]

Peut-être dans la précédente version de “projets avortés”, sur SP, non ?

Jim


(FC powaaaa) #218

Possible !


(Jack!) #219

Voici quelques photocopies des pages de Warlock #16 illustrées par Alan Weiss sur un scénario de Jim Starlin (qui restera dans les mémoires comme l’un des grands contributeurs de l’aspect cosmique chez Marvel). Malheureusement, les véritables pages furent égarées dans un taxi.

Pendant longtemps, Starlin laissa entendre que c’est Weiss même qui oublia les planches dans la voiture. Ce dernier a depuis rectifié l’histoire lors d’une interview:

[quote=“Alan Weiss”]Eh bien, si je les avais tenu, elles ne seraient pas perdues. Starlin et moi venions juste de conduire jusqu’à Detroit et je devais ensuite m’envoler pour New York où je devais rester avec Al Milgrom. Quand je suis arrivé, il y avait deux personnes qui m’attendaient à l’aéroport, dont une qui allait m’aider. Vous savez, l’habituel “je peux porter quelque chose ?”. J’ai donc attrapé le plus lourd et dis “prend le reste”. Parmi ce reste, il y avait tout mon bagage artistique. Ce n’était pas un Portfolio traditionnel, ça ressemblait plus à une pochette en carton dans laquelle je transportai mon travail à l’époque. Au final, il ne l’a pas sorti du taxi. Plus tard dans la soirée, je la cherche “Alors, où est-ce que tu as mis le truc avec les dessins ?”

“Quoi ?”

Voilà l’histoire. Je ne mentionne pas la personne responsable. Il y en a très peu qui connaissent les détails. Alan Kupperberg est l’un d’eux, et Starlin le devrait aussi. [Rire] Sinon, ça sonne comme: “Qu’est-ce qui cloche avec Weiss ?” [Rire] “Il était tellement défoncé ? bourré ? Quoi ? Qu’est-ce qu’il a pris ?” Mais non. Écoutez, j’avais beaucoup de travail [dans la pochette]. Cette nouvelle aurait dû me démolir mais j’étais dans une bonne ambiance et ça m’est passé au dessus. Je savais qu’il y avait des copies que nous pourrions retravailler si nous le devions.[/quote]

Ironiquement, la perte des pages de ce qui aurait dû être Warlock #16 coïncide avec l’arrêt prématuré de la série en novembre 1976 (Warlock #15). Pendant un temps, l’épisode sera envisagé pour un numéro de Marvel Fanfare mais, là encore, le sort en décide autrement. La série, alors éditée par Milgrom, s’arrête en 1991 avant que les deux auteurs ne puissent clairement remonter le projet.

Finalement, Jim Starlin relancera le personnage en 1992 à travers la série Warlock and the Infinity Watch avec l’aide du dessinateur Angel Medina sans jamais revenir sur cette aventure.

[size=85]Merci à Jim Lainé de m’avoir pointé dans la bonne direction.[/size]


(Jack!) #220

À la fin des années 90, le scénariste Paul Jenkins et le brillant dessinateur Rick Veitch conçoivent le héros archétypal Centurion avec dans l’idée de le proposer à Marvel Comics. A force de travail, le prototype s’affirme sous le titre de Sentry, célèbre avatar de Superman qui sera, dans un premier temps, présenté comme une création perdue de Stan Lee.

Rick Veitch lève le voile sur la genèse du projet:

http://imageshack.com/a/img908/9270/ULvN29.jpg

[quote=“Rick Veitch”]Alors que je rangeais mon studio récemment, je suis tombé sur un dossier rempli des croquis d’un projet sur lequel j’ai travaillé avec Paul Jenkins: THE SENTRY. Cette semaine, je vais vous montrer ces illustrations tout en vous racontant ma contribution (jusqu’aux changements) dans la création de ce personnage.

Paul et moi sommes de vieux amis. Nous nous sommes rencontrés aux studios de Mirage. Nous avons travaillé ensemble sur BRAT PACK et THE MAXIMORTAL chez Tundra. Paul se consacrait surtout à la production et à l’éditorial à l’époque mais il était clair qu’il avait du potentiel pour l’écriture. Nous discutions souvent d’une histoire qu’il voulait raconter concernant un homme usé, la quarantaine, dépendant, et qui était très proche de son chien. Paul voulait trouver une manière de raconter son addiction comme une manifestation de son subconscient. Si je me rappelle bien, il finit par proposer une version horrifique de son concept à Steve Bissette pour TABOO, mais rien n’est est ressorti.

C’est à la fin des années 90 que Paul et moi nous sommes retrouvés pour essayer de développer son idée sous la forme d’une histoire de super-héros pour Marvel. [/quote]

http://imageshack.com/a/img540/3453/nYCXuL.jpg

[quote=“Rick Veitch”]À l’époque où Paul et moi commencions à travailler sur THE SENTRY, Marvel Comics était en faillite. Anciennement riche, la société avait essentiellement été pillées et désagrégées par Ron Perlman avant de s’enfoncer dans les méandres de la banqueroute. Les fabricants de jouets Ike Perlmutter et Avi Arad finissaient de s’accaparer les propriétés tout en dirigeant sur les cendres de la compagnie. Les ventes étaient au plus bas à l’exception de la collection Marvel Knights, le label dirigé à l’extérieur des bureaux Marvel par Joe Quesada et Jimmy Palmiotti.

Paul s’entendait bien avec Quesada. Le plan était de créer un tout nouveau personnage que nous allions proposer à Joe et Jimmy pour la ligne Marvel Knights. [/quote]

Rodé à l’exercice de la création/réappropriation d’une icône à travers plusieurs générations, l’artiste propose alors à Jenkins de (re)visiter le concept sur plusieurs décennies en l’interprétant à travers les différents courants graphiques de chaque époque:

http://imageshack.com/a/img673/9958/gg4dag.jpg
…[size=85]“Le Sentry de la Seconde Guerre mondiale”[/size]

[quote=“Rick Veitch”]C’est ainsi que Jenky et moi avons commencé à réfléchir au meilleur moyen pour intégrer sa longue histoire à l’univers Marvel. Nous nous sommes installé dans un restaurant à Brattleboro dans le Vermont et, gavés de burgers bien gras et de frites, nous avons commencé l’habituelle partie de “lancé de propositions”.

Paul imaginait le personnage comme un gardien, au sommet de sa tour de garde. Nous avons essayé quelques noms avant de nous décider sur THE CENTURION qui semblait un peu mécanique. C’est finalement Paul qui remplaça CENTURION par SENTRY, un titre tellement bon que nous n’en revenions pas qu’il ne soit pas déjà utilisé.

Ce que j’ai apporté au personnage fut l’angle rétro. J’avais déjà collaboré sur deux projets rétro majeurs (1963 et Suprême) sur lesquels Alan Moore et moi-même avons développé une sorte d’approche ‘‘intacte’’ du genre. La plupart des histoire rétro, d’hier et d’aujourd’hui, tendent à l’exagération exacerbée. Le ridicule est caricaturé; moqué autant dans l’écriture que dans le dessin. Alan et moi croyions qu’une telle approche devait être évitée ; que la folie hasardeuse du SUPERMAN de Mort Weisenberger ou du THOR de Lee/Kirby n’avait nullement besoin d’être exagérée.

C’était cette reproduction aussi-sincère-qu’elle-peut-l’être que je voulais intégrer à SENTRY, créer une fausse origine pour le personnage en remontant à l’époque des comics Timely des années 40. Paul aimait l’idée mais ne savait pas comment nous pouvions expliquer l’absence du personnage pendant les 60 années de continuité de la compagnie. C’est ainsi que l’ampoule s’est allumée au dessus de ma tête. [/quote]

http://imageshack.com/a/img661/967/79GsnQ.jpg
…[size=85]“Le Sentry des années 60”[/size]

[quote=“Rick Veitch”]Je suis presque sûr que ce fut moi qui suggéra que quelque chose de tellement horrible était arrivée à SENTRY que toute mémoire de l’évènement, ainsi que celle du héros, devait être effacée, probablement par un personnage de la trempe du GARDIEN. C’est à ce moment là que Paul et moi avons su que nous tenions notre concept ; la quête de SENTRY pour retrouver sa mémoire et ses pouvoirs, une solution pour son absence dans la continuité, et une motivation pour l’attaque de son propre subconscient.

Nous avons fait un rapide inventaire des autres personnages de Marvel, imaginant leur implication dans cette amnésie massive. La plupart auraient eu la mémoire effacée et d’autres non, comme HULK. Et certains, comme RED RICHARDS et le DOCTEUR FATALIS, étaient assez intelligents pour comprendre ce qui était arrivé. [/quote]

À suivre…


[size=85]Source: rickveitch.com[/size]